entrées

salade thaïlandaise (et ses variantes)… à moins que ce soit vietnamienne? Bref, asiatique… ou orientale?

Une journée magnifique, pleine de soleil, s’annonce… Je ne parle pas de la météo mais de l’anniversaire de mes 2 amies Caramelle et Nina, qui sera fêté dans quelques heures chez cette dernière, en compagnie de quelques autres amies très chères aussi à mon coeur, les « poules du poulailler »…

Je sens que je vais encore rentrer chez moi ce soir avec des crampes aux abdos et aux zygomatiques…

Cette fois, je ne suis pas chargée du dessert mais de l’entrée. Comme Caramelle m’annonce un poulet au curry comme plat de résistance, je n’ai pas à réfléchir longtemps pour choisir ce que je ferai : une salade thaïe. Enfin, de quelque part loin à l’est par là bas où on utilise de la citronnelle, des cacahuètes, du soja de la sauce de poisson etc… Alors je choisis d’appeler ça salade thaïlandaise simplement parce que j’aime les sonorités de ce mot, mais si vous préférez l’appeler vietnamienne, ou quoi que ce soit d’autre, je ne serai pas fâchée!

Cette petite salade, c’est du soleil au milieu de l’hiver, c’est rien que des bonnes choses que notre poule sans laitage sans gluten aime (et surtout a le droit de) manger, ce sont des odeurs et des couleurs et des textures, c’est tout du bonheur vitaminé!

salade vietnamienne

pour 6 à 8 personnes
préparation 1 heure 30 environ
cuisson : 5 minutes

1 chou chinois
1 poivron rouge
1 poivron vert
3 carottes
1 fenouil
1 concombre
2 grosses poignées de germes de soja frais
1 bouquet de coriandre, ou de menthe, ou les 2
1 bouquet d’oignons verts (j’ai mélangé avec des cives, je n’avais pas trouvé assez d’oignons verts)
1 poignée de cacahuettes crues (à défaut grillées salées mais ça serait dommage)

pour la sauce
3 csoupe huile de cacahuette grillée, sinon huile de noix, huile de noisette, huile de colza grillée
3 csoupe nuoc mam
sauce de soja au goût (environ 2 csoupe)
1 csoupe vinaigre de riz
jus de 2 citrons verts
3 piments rouges thaïs
3 tiges de citronnelle
3 gousses d’ail
1 gros oignon blanc (pour moi 2 oignons longs car en cette saison on est entre les oignons secs et les oignons frais, on ne trouve plus du tout ce qu’on veut)
éventuellement, 1 csoupe de sucre

Commencer par la sauce, car les légumes doivent mariner dans les liquides tout le temps de la préparation de la salade.

Peler et couper l’oignon en lamelles tellement fines qu’elles sont translucides. Ma mandoline n’est pas assez sophistiquée pour faire ça, je n’ai donc que mes mains et mon grand couteau de chef…
Couper le haut (un haut souvent sec) et le trognon des tiges de citronnelle, ôter au moins une couche de peau, et couper le reste de la tige en rondelles hyper fines, car on ne les enlèvera pas de la salade au moment de servir, il faudra pouvoir les manger sans avoir l’impression de croquer dans des bouts de bois!
Peler et hacher l’ail très finement.
Couper les piments en deux, retirer les graines et ciseler finement.
Mettre tout ça dans un bol

Ajouter le nuoc mam, l’huile de cacahuète grillée, le vinaigre de riz, le jus des citrons verts, mélanger et ajouter la sauce soja au goût. Ajouter au maximum une csoupe de sucre si jamais le goût du citron vert est trop présent. Moi j’aime le citron vert à la folie, je n’ajoute jamais de sucre, mais il est vrai que je m’éloigne ainsi de la subtilité de cette cuisine exotique…
Laisser mariner ainsi le temps de préparer tout le reste.

Prendre un énorme saladier géant!!!
Trier le soja et le verser au fond du saladier.
Peler le concombre, le couper, ôter les graines et le trancher très finement. J’ai vraiment regretté une vraie mandoline! Verser le concombre par dessus

Ôter les grosses feuilles extérieures épaisses et sales du chou chinois. Le couper en 2 puis chaque moitié encore en 2 dans le sens de la longueur. Ôter le coeur hyper dur comme on le ferait avec des quarts d’endive. Couper en lamelles très fines. Ajouter au saladier.
Laver les poivrons, ôter les graines et les lamelles blanches amères, couper aussi en fine julienne et ajouter au saladier.

Peler, laver et couper les carottes en fine julienne au couteau.
Ôter les grosses feuilles épaisses du fenouil, lui couper le plumet, puis le couper en 2, et couper chaque moitié en très très très fines lamelles. Il en faut peu, son goût est très puissant. Ajouter au contenu du saladier.

Nettoyer l’oignon vert, le couper en fines rondelles. Avec mes cives le travail a été un peu plus long, j’ai dû les couper en 2 ou en 4 dans la longueur suivant leur grosseur pour atteindre la taille que je voulais.
Et enfin préparer et ajouter les feuilles de coriandre. Ajouter au contenu du saladier.

Mélanger : c’est le moment de la récompense, le plus dur est passé!

On va s’occuper maintenant des khuètes… On va juste les torréfier à sec dans une poêle. Il suffit de mettre la gaz dessous et de touiller en permanence pour pas que ça brûle. Quand le couleur souhaitée est atteinte, on verse tout de suite les khuètes dans une assiette ou un bol ne craignant pas la chaleur pour arrêter la cuisson. Une fois refroidies, les couper grossièrement au couteau.

   

Vous pouvez ranger votre couteau, c’est (enfin) fini! lol!

Si personne n’est allergique aux cacahuètes, vous pouvez les mettre directement dans la salade.

Quelques minutes avant de passer à table, verser la sauce sur la salade, et bien mélanger. Il y a beaucoup de sauce, le fond du saladier en est rempli, c’est normal, ne faites pas moins de sauce en pensant qu’il y en a beaucoup trop : quand vous prenez cette salade au restaurant, elle arrive toujours nageant dans sa sauce… En plus, le concombre et les poivrons, au contact du sel de la sauce soja, se vident de leur jus, ce qui augmente encore le volume de liquide au fond du saladier. C’est normal, il faut bien mélanger pour que tous les parfums se mêlent.

Superbes couleurs, non?

Quelques variantes :

Pour transformer cette salade en plat principal, vous pouvez ajouter des morceaux de poulet cuit, ce qui lui donnera une touche franchement vietnamienne, ou alors ajouter du boeuf, et ce sera plutôt thaïlandais.

Pour le poulet, qu’il provienne d’un poulet rôti ou d’une poule bouillie, ce sera toujours bon.

Pour le boeuf par contre, il faut procéder à partir d’un filet de boeuf cru, que l’on aplatira et dans lequel on tranchera (à cru donc) des tranches ou des lamelles fines (mais pas au point d’un carpaccio). On fera ensuite revenir ces lamelles de boeuf dans un wok avec de l’huile fumante, sans faire trop cuire surtout, puis on versera environ 1/3 de la sauce de la salade dans le wok, très vite ça se mettra à bouillir, et hop, c’est fini, on versera ça directement du wok dans la salade, encore brûlant, puis on ajoutera le reste de la sauce et on mélangera. Voilà, c’est prêt!

****************************************

Voilà, c’était notre entrée.
Nina avait fait du pain sans gluten et des baguettes monge exceptionnelles. Je dis exceptionnelles, mais elles sont à chaque fois exceptionnelles, les baguettes de Nina… Je devrais donc dire des « baguettes habituelles pour notre Nina »! lol!
Le poulet au curry, accompagné de riz vapeur et d’un wok aux épices de légumes croquants en julienne était un vrai bonheur. Avec de la crème de soja dans la sauce du curry. Il était impossible de voir une différence avec un curry à la crème de lait! L’onctuosité de la sauce, le fondant du poulet, le croquant des légumes, tout était un délice. De quoi en générer un orgasme des papilles, pas vrai Poupette et Pépette? lol!
Puis l’heure du dessert est arrivée : une meringue maison servie avec des oeufs à la neige et du sorbet aux fruits rouges, accompagnés d’un coulis de fruits rouges et desdits fruits eux-mêmes… Et un remake du « gateau au yaourt des allergiques lait gluten » à la poudre de noisettes, arôme orange… Encore un festival de couleur de texture et de goût!

Comme toujours, la journée a été merveilleuse, le temps a passé trop vite… Tellement vite qu’on ne l’a même pas vu passer… En plus, j’ai dû partir tôt, parce que (non, s’il vous plaît, ne riez pas… ) mon Nomamoi et moi étions invités à dîner chez des amis le soir même… Je suis sortie d’une table pour me glisser immédiatement après à une autre table… tout aussi belle, tout aussi bonne, et… toute aussi débordante de nourriture! lol!

Je vais me mettre l’estomac au repos.
Enfin si je peux… lol!

Publicités

9 réflexions au sujet de « salade thaïlandaise (et ses variantes)… à moins que ce soit vietnamienne? Bref, asiatique… ou orientale? »

  1. Cette salade est un bonheur pour les yeux et certainement pour le goût! Tu as la santé dis-moi, sortir de table pour remettre ça chez quelqu’un d’autre j’en serais incapable! 😉

  2. Quel résumé ma cath !! Parfait ! 😉 je crois que j’aurais jamais le courage d’acheter tout ça pour refaire cette fabuleuse salade mais au cas ou je saurais ou la trouver 😉

  3. J’ai utiliser la sauce sur une salade de soja, poivron et courgettes… un seul mot : FABULEUX !!!Comme il me restait de la sauce et que je n’aime pas jeter, je l’ai ajouter à un plat de boulettes orientales et nouilles soba… EXCELLENT !!Aussi bonne froide que chaude, cette sauce a rejoint mon petit classeur des recettes testées et largement approuvées.J’adore votre blog, continuez longtemps comme ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s