entrées

Lyonnaiserie : le hareng-pomme à l’huile

Encore un classique de ma région pour aujourd’hui. Une recette jamais deux fois la même parce qu’il n’y a pas de proportions, que les herbes qu’on y met sont à chaque fois différentes, et que le temps dont on dispose pour laisser les goûts se mêler est également chaque fois différent.

C’est une salade qu’il vaut mieux préparer plusieurs heures avant le repas. Ne travaillant pas en dehors de la maison, c’est relativement facile pour moi. Mais je suis bien persuadée qu’il est parfaitement possible de la préparer la veille pour le lendemain, cela ne peut être que meilleur, a condition de bien rectifier l’assaisonnement au moment de la servir. Hélas, cette salade est tellement bonne que nous n’avons jamais eu de restes nous permettant de valider cette hypothèse… lol!

Hareng – pomme à l’huile

Pour cette recette, il vous faudra environ :
1 à 2 patates à chair ferme (BF, charlotte, roseval…) par personne selon la taille.
1 filet de hareng doux mariné par personne
1 à 2 oignons, au goût
ciboulette et persil hachés au goût, ou autres herbes mais pas basilic.
vin blanc (3 csoupe pour 4 personnes)
vinaigre de bin blanc (vinaigre de Reims pour moi, et 3 csoupe pour 4 personnes)
huile neutre additionnée au goût d’un peu d’huile de noisette ou de noix, commencer par 3csoupe pour 4 personnes.
vinaigrette habituelle moutardée et vinaigrée au vinaigre de vin rouge, huile neutre, au goût.

Commencer par cuire les patates à l’eau salée jusqu’à ce que la pointe d’un couteau s’enfonce facilement. Cela prend entre 20 et 30 minutes selon la taille des patates. On est cencé les cuire avec la peau, puis les peler encore chaudes, mais comme je déteste la chaleur, je les pèle avant de les faire cuire, et je commets même le péché impardonnable de les couper en gros morceaux de taille régulière… Honte à moi…

Déposer les patates chaudes pelées et coupées en morceaux de la taille d’une grosse bouchée dans un saladier. Les arroser immédiatement du vin blanc et du vinaigre de vin blanc et d’huile, remuer, laisser refroidir en remuant de temps en temps. Oui, il y a plein de liquide au fond du saladier. Non, il ne va pas rester longtemps… Les patates vont littéralement le boire…

Pendant que ça refroidit, préparer l’oignon ciselé en rondelles hyper fines. Ajouter aux patates.
Couper les filets de hareng aux ciseaux directement au dessus du saladier, mélanger.
Quand la salade a suffisamment refroidi, ajouter la ciboulette et le persil hachés, mélanger.

Et là, goûter et regoûter en rectifiant l’assaisonnement à grands coups de csoupes de vinaigre de vin blanc et de vinaigrette faite avec moutarde vinaigre de vin rouge et huile neutre (une vinaigrette que j’ai en permanence dans mon placard dans un tupp). Quand c’est très fort en bouche, c’est prêt.

Il faut vraiment que la quantité de vinaigre fasse grimper au rideau : cette salade est assez lourde, seule une très grande acidité peut permettre de la digérer sans la moindre difficulté. De plus, si vous ne la servez pas tout de suite, pensez à la regoûter juste avant de servir : elle s’affadit très vite, et si elle est fade, elle devient indigeste.
A ne manger qu’en hiver quand il fait bien froid dehors…

Publicités

12 réflexions au sujet de « Lyonnaiserie : le hareng-pomme à l’huile »

  1. Allez les Bleus Ce soir j’ai la famille et pas mal de copains chez nous pour voir le match. Je fais des lyonnaiseries à manger devant le match, je ne me souvenais plus de l’assaisonnement de cette fabuleuse recette. (Comment allons-nous les assaisonner les rosbifs ?)Merci de ton aide et allez les bleus.Fred

  2. mariné? Quand tu dit que ton hareng il est mariné… il est mariné dans quoi?? puis BF, charlotte et roseval c’est des sorte de pomme de terre??merci Nikita

  3. Rendons à César ….

    Ce qui est au-dessus est une salade de pommes de terre aux harengs (dérivé certainement lyonnais)
    mais en rien « le véritable hareng-pomme à l’huile » qui comme tout bon gastronome qui se respecte sait
    qu’il est d’origine nordique. Fortement exploité dans des temps très reculés, le hareng et ses congénères
    proches, remplissait les ports du nord comme Boulogne-sur-Mer.
    .Pour la recette c’est plus tôt ici :
    http://www.cuisinedelamer.com/archives/2009/04/01/13110295.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s