desserts

Fraisier : trucs et astuces…

Ce billet a été modifié le 04/09/2012 : sur ce billet on ne trouve que les trucs et astuces de la réalisation du fraisier. La recette se trouve ici (clic)

Ce billet a été modifié le 09/06/07 à 10h00 : ajout du paragraphe « dégustation »


Depuis que j’ai reçu mon super kit Flexipat Demarle, je ne tiens plus en place… J’ai fait 2 fois déjà le biscuit salé avec la mousse de saumon fumé et la mousse de concombre au chèvre de CuisinePlurielle, et deux fois aussi le célèbre fraisier. Le 1er essai avait été complètement raté… C’est pourquoi je n’en avais pas parlé sur ce blog… Mais avec celui là, j’ai fait quelques progrès, alors ça vaut le coup de publier… Non pas de publier la recette, parce que d’autres l’ont fait avant moi (voir au bas de ce billet), mais plutôt pour raconter les embûches rencontrées, parce que je me dis que je ne dois pas être la seule à rencontrer ces problèmes… Rassurez-moi, sur ce coup là, hein, dites-moi que je ne suis pas la seule… 😉

Le fraisier

On commence par réaliser une génoise.

Dans la recette, on doit monter au fouet électrique (si possible, mais vu le temps et l’énergie que ça demande, mieux vaut un fouet électrique!) les oeufs et le sucre sur un bain marie, et fouetter jusqu’à atteindre 40°C. C’est important… J’ai déjà fait beaucoup de génoises dans ma vie, avec ou sans bain marie, et honnêtement, ça marche mieux au bain marie. La température est importante. Si on ne chauffe pas assez (ou pas du tout), le résultat obtenu sera un peu moins moelleux mais marchera quand même. On obtient une masse de 3 fois le volume de départ. Mais il ne faut pas trop chauffer non plus, car dans ce cas, l’oeuf cuirait, et on obtiendrait des oeufs brouillés…
Quand on n’a pas de thermomètre, il faut simplement tremper le doigt de temps en temps dans la préparation. Ca doit paraître très chaud, mais ne pas être brûlant… Pensez que l’eau du bain de bébé est à 37°C et que ça paraît déjà bien chaud…

Ensuite, on doit sortir la préparation du bain marie et la fouetter jusqu’à total refroidissement. Ca, souvent les recettes ne le mentionnent pas, alors on fouette un peu, mais pas assez longtemps… L’idéal est de posséder un mixeur sur pied, ce qui permet de laisser la machine fouetter tranquillement pendant qu’on fait autre chose. Sinon, il faut prévoir 10 minutes environ à tenir le mixeur au dessus de la préparation…

Enfin, on cuit la génoise dans un flexipat si possible, sinon, une plaque à pâtisserie anti adhésive (style Tefal) marche très bien aussi. Ensuite on laisse refroidir un peu dans le moule, et on retourne le tout pour démouler la génoise sur un papier sulfurisé.

Oui, sur un papier sulfurisé. J’ai essayé de retourner ma génoise sur un silpat, mais la génoise est un biscuit hyper collant, ça attache à tout ce que ça trouve, y compris les doigts… et elle colle même au silpat… et au papier sulfu aussi, mais moins… Enfin je trouve… Donc si on doit couper la génoise (et c’est le cas dans cette recette) on se dépêche de la couper sur le papier sulfu et de la placer sur le plat de service, au moins si elle lui colle après ça ne sera pas grave!

Et on place le cadre de montage bien comme il faut.

Ensuite il faut réaliser la crème mousseline.

C’est juste une crème pâtissière avec du beurre, faudrait quand même être bien distrait ou manchot pour la rater… Oui, sauf que… La recette dit simplement de laisser refroidir avant d’incorporer la 2eme moitié du beurre ramolli… Cela manque de précisions…

La 1ere fois que j’ai fait ce fraisier, j’ai laissé la crème pâtissière avec la 1ere moitié du beurre refroidir dans le bol du kitchenaid monté sur le mixeur du même nom. Et je fouettais de temps en temps pour éviter qu’une peau sèche et dure se forme à la surface, et, au bout de 2 heures, la crème était encore tiède… Et quand j’ai incorporé la 2eme moitié du beurre en fouettant, je n’ai pas obtenu du tout ce que la recette demandait, c’est à dire un mélange « onctueux et léger ». Onctueux, oui, mais léger, non…

En fait, il faut filmer au contact avec du film plastique et laisser refroidir là aussi jusqu’à complet refroidissement…

J’ai poussé le vice jusqu’à la finir de refroidir au frigo. Quand je l’ai ressortie pour y incorporer le reste du beurre mou, miracle! La crème s’est allégée, et de très jaune, elle est devenue un peu plus blanche… J’avais la crème mousseline, cette fois! Il s’était quand même écoulé 4h30 entre le moment où j’ai filmé ma crème et le moment où je l’ai ressortie du frigo… Autrement dit, on ne peut pas faire tout le gâteau d’un seul coup en 1 heure, loin de là, il faut prévoir du temps…

Ensuite vient le montage :

La recette dit de déposer un peu de crème sur la génoise pour que les demi-fraises décoratrices que l’on dispose sur le pourtour soient bien maintenues. Je l’ai fait sur mon 1er fraisier, et de la crème est remontée le long des parois du cadre, tartinant désagréablement les faces décoratives censées réjouir la vue… 😦 Alors pour le 2eme essai, j’ai décidé de ne pas mettre cette crème au fond. Et bien ça ne va pas non plus, car cette crème n’est pas liquide, et quand on la verse sur les fraises, elle ne s’écoule pas jusqu’au fond, il reste donc du vide, et ce n’est pas beau non plus… 😦

Il faut donc bien mettre un peu de crème au fond, mais pas jusqu’aux bords, et être extrèmement prudent en plaçant des demi-fraises décoratives sur le pourtour, de façon à éviter tout glissage de fraise qui pourrait occasionner la présence de crème sur le côte visible…

Et veiller à bien lisser la surface de la crème, non pas pour qu’il n’y ait ni trous ni bosses (enfin si un peu quand même! lol!) mais surtout pour obtenir l’horizontalité de cette surface. En effet si elle est bombée ou en creux, la pâte d’amande dessus ne sera pas horizontale, et ça sera moins joli… Mais bon, je suis chiante perfectionniste, je sais… Pour aplanir correctement cette surface, le plus simple est d’avoir une spatule excentrée de la taille adéquate, ce que je n’ai pas, et donc mon fraisier n’a pas une surface horizontale… Et, comble de l’horreur, non seulement mon anniversaire est passé, mais aussi la fête des mères… Mais que vais-je devenir? lol!

Puis vient le moment tant attendu de la déco

Enfin, pas pour moi, parce que je ne suis pas très agile de mes petits doigts boudinés… Et que mon grand sens artistique ne plait pas à grand monde, pas même à moi… Bref…
Il faut étaler au rouleau de la pâte d’amande colorée. Couper à la même dimension que le cadre cette pâte d’amande. Seulement le cadre est déjà occupé à maintenir le gâteau… Alors il suffit deposer la pâte d’amande étalée bien comme il faut sur le gateau (car la recette est tellement bien concue que le sommet du gâteau atteint exactement le sommet du cadre) et de passer le rouleau à pâtisserie par dessus en appuyant bien fort, le bord du cadre coupera la pâte à la bonne dimension… Ou d’investir dans un rouleau de rhodoïd dont vous chemiserez le cadre avant le montage en marquant bien les angles… De cette façon, vous pourrez récupérer le cadre pour couper à l’aise la pâte d’amande, le gâteau sera maintenu par le rhodoïd! C’est cette dernière solution que j’ai choisie… Et j’ai même pu remettre le cadre autour du gateau ainsi couvert de façon à être bien sûre qu’il ne se déforme pas lors de sa nuit au frigo… Génial, non?

Et voilà le résultat :

J’ai même réussi à faire une espèce de petite rose dans une chute de pâte d’amande…

Bon, bien sûr, rien à voir avec les magnifiques décorations de Manue ou de Sylvie, mais bon, je progresse, je progresse… lol!

et enfin la dégustation :

Excellent, pas de doute, même si cette satanée génoise colle à mort et rend le gateau difficile à servir sans abîmer sa fondation…

Quand même encore un défaut sur lequel il faut que je progresse : la consistance de la crème mousseline.
Quand je l’ai étalée sur les fraises, c’était une vraie merveille d’onctuosité et de légèreté. Mais après la journée au frigo en attendant le moment de la déguster, elle était devenue légèrement grumeleuse, un effet légèrement sablonneux sous la langue. Ca n’a pas changé le goût excellent de cette crème, seulement sa consistance. La crème n’est plus parfaitement lisse comme elle l’était quelques 24 heures avant…

Mais qu’ai-je donc encore fait de mal? Groumpfffff…

Bon, regardons les choses positivement : ça me donne une raison d’en refaire un pour améliorer la crème! Et je reviendrai alors avec une idée de solution dans ce billet (ben oui, quoi, j’ai dit positivement, non? Après tout, il y a toujours de l’espoir! lol!)

Publicités

22 réflexions au sujet de « Fraisier : trucs et astuces… »

  1. Tout est bien expliqué ! Pour faire refroidir la crème, je mets mon saladier de crème pâtissière sur des glaçons en remuant de temps en temps puis j’incorpore le beurre mou au fouet. C’est parfait.

  2. Super billet merci ! Pour la chaleur du bain marie, si c’est trop chaud, même sans oeufs brouillés le mélange de « gonflera » pas… J’en ai fait la triste expérience.

  3. Oh oui ça vaut le coup d’en parler! Parce que c’est une réussite, et parce que ça fait des tas de conseils pour ceux qui n’en ont jamais fait, comme moi;) !

  4. le fraisier bien sùr ta recette est claire et précise , le fraisier , les photos magnifiques , mais ce que je préfère , c ‘ est le manger ou plutôt le déguster , le savourer ….à refaire ?

  5. Ben attends, tu as vu le résultat un peu …. il est super !!!! Après moi j’ai pas rencontré ces soucis là, ma génoise ne colle pas, je la retourne sur la silpat avec le flexipat dès la sortie du four, j’attend 5 minutes et j’enléve le flexipat, nickel …Avec la crème pas de souci non plus … allez la 3 éme sera la bonne :o)))))

  6. J’ai pensé à un truc important aussi, quand tu laisses ta crème patissière refroidir n’oublie pas de mettre un film au contact, donc bien sur la crème sans cela tu vas te récupérer des peaux ensuite …..

  7. Ton fraisier est magnifique!! Bravo!Comme toi, j’avais fait un très beau fraisier mais la crème n’était vraiment pas terrible niveau consistance. Je vais persévérer et recommencer!

  8. wahou !! Bonjour,Je cherche des gateaux à faire et je suis tombée sur ce site… franchement… méga bravo !!! Les gateaux sont magnifiques !!!

  9. j’ai essaye’ la creme mousseline a deux reprises et ds les deux fois, c’etait rate’, j’etais degoutee’, et la j’apprends que tu as incorpore’ la deuxieme moitie’ du beurre apres 4h alors que je l’ai fait apres une demie heure !!!!!!!!!ca explique tout!!!!!!!merci pour ta recette, je note tes astuces!

  10. J’ai raté ma mousseline, la texture avait l’air bonne à vue de nez mais un peu granuleuse déjà la veille, et le lendemain, le fraisier s’est effondré. J’avais sorti crème patissière et beurre longtemps à l’avance pour que les deux soient à temp ambiante. As tu une idée du problème ? J’étais super déçue… c’était pour l’anniversaire de mon père, parfait ratage esthétique, car sinon, durant le repas, il a été terminé entièrement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s