plats

quetsches n°4 : rouleaux de porc aux quetsches, épices et coriandre

Et nous terminons aujourd’hui cette série consacrée à la quetsche par un plat étonnant publié par Jamie Oliver dans son livre « Happy Days with the Naked Chef » : « Japanese Rolled Pork with plums, Coriander, SoySauce and Spring Onions ».

Le genre de plat que, si je n’avais pas eu des quetsches à ne savoir qu’en faire, je n’aurais pas osé tester. Que, si ce n’avait pas été Jamie Oliver, je serais passée sur la recette sans m’y arrêter…

Et bien j’aurais raté quelque chose!

Si vous aviez vu la tête de mon Nomamoi quand il m’a demandé ce que c’était que ce truc-là qui cuisait dans le cuit-vapeur…

Mais si vous aviez vu ensuite l’éclat dans ses yeux quand il a eu avalé la 1ère bouchée… Que d’amour dans c’t’oeil-là, ma brave dame! lol! Liquide, qu’il était, mon Nomamoi, devant son assiette! Au Paradis des Nôzomanous! lol!

Allez, je ne vous fais pas plus languir, voilà la recette.

Rouleaux de porc aux quetsches, épices et coriandre

Pour 4
10 quetsches (les miennes étaient très petites, j’ai pris un bol presque plein de quetsches dénoyautées)
2 csoupe huile olive
2 étoiles de badiane (anis étoilé)
2 morceaux de gingembre de la taille d’un pouce, pelé et râpé finement (vive la râpe microplane!)
2 clous de girofle
2 grosses csoupe de sucre muscovado ( je suppose qu’on doit pouvoir remplacer par de la cassonade, mais bon, ça vaut le coup de faire un tour à votre épicerie bio la plus proche pour trouver ce sucre au goût sauvage, épicé et caramélisé.)
2 csoupe d’eau
600g de filet mignon de porc (j’ai pris des escalopes de porc chez mon boucher, je ne me souviens plus dans quelle pièce il m’a coupé ces escalopes, et je lui ai demandé de me les aplatir au maximum)
Sel, poivre du moulin
1 poignée de feuilles de coriandre ciselée
quelques oignons verts (remplacés par des oignons nouveaux, des cives ou cébettes conviennent parfaitement)
sauce soja
J’ai rajouté un lit de roquette et de l’huile de sésame

Commencer par peler et râper le gingembre. Avec cette râpe microplane dont la réputation n’est pas usurpée, on obtient une purée parfaite, pratiquement sans fibre!

Laver et dénoyauter les quetsches, j’en ai mesuré un bol presque plein.

Ciseler finement la coriandre.

Chauffer l’huile dans une poêle, y placer la badiane, le gingembre et les clous de girofle et les faire sauter une minute. Ajouter les prunes, le sucre muscovado et 2 csoupes d’eau,

mélanger, couvrir et laisser mijoter sur feu très doux 20 minutes.

Refroidir puis réfrigérer. Je n’ai pas eu le temps, j’ai seulement laissé à température ambiante.

Ici, Jamie Oliver demande de travailler le filet mignon pour ôter les parties fibreuses et n’en garder que la noix dans laquelle il fallait faire des tranches très fines pour encore les aplatir à grands coups de casserole… C’est pour cela qu’à mon boucher j’ai demandé plutôt des escalopes, en lui expliquant bien ce que j’allais en faire!

Assaisonner la sauce aux quetsches refroidie, y ajouter la moitié de la coriandre.
Répartir cette sauce sur les 3/4 de la surface de chaque escalope, laissant une extrémité libre

Rouler et placer dans le panier d’un cuit-vapeur, ou un cuiseur en bambou, et cuire 20 minutes à la vapeur

Pendant que ça cuit, préparer un plat de service et y déposer un lit de roquette, quelques rondelles d’oignon nouveau (le blanc et le vert), et quelques pluches de coriandre, en en gardant juste quelques feuilles pour saupoudrer en déco à la fin.

Asperger ce lit de verdure d’un filet d’huile de sésame

Quand les rouleaux sont cuits, les prendre à l’aide de 2 spatules et les déposer délicatement sur le lit de salade. Saupoudrer du reste de coriandre, de quelques rondelles d’oignon vert, verser un tout petit filet d’huile de sésame, et arroser sans restriction de sauce soja!

Déguster…

Oui, vous avez le droit de pleurer de bonheur… Nous ne nous en sommes pas privés. Quoi, j’exagère? Ah, allez, un peu quand même, oui… Mais bon, c’est pour donner une idée…

Version imprimable

Publicités

11 réflexions au sujet de « quetsches n°4 : rouleaux de porc aux quetsches, épices et coriandre »

  1. Super illustration hyper complète, j’ai tout compris 😉 ! Le mélange sucré-salé doit être un vrai délice… en plus je suis une tarée de la coriandre (comprendre: je pourrait m’en manger un bouquet cru…) et ton plat en est magnifiquement bien garni…MIAM !

  2. Les jolies couleurs! C’est vraiment festif, cette recette. Je me demande si les prunes oblongues et presque noires, qui poussent dans mon village, sont semblables aux quetsches.Lorsque vous écrivez que le morceau de gingembre doit être de la taille d’un pouce (c’était probablement écrit « one inch » en anglais), cela équivaut à 2,5 cm.Pour le sucre brun, essayez à la rigueur de trouver du turbinado, qui a plus de goût que la cassonade. Trop souvent, la cassonade qu’on trouve en épicerie est simplement du sucre blanc raffiné granulé, dans lequel on a ajouté un peu de mélasse pour colorer.

  3. ah, j’attendais une recette salée après ta série sucrée sur les quetsches, j’ai bien fait d’attendre, ça me fait envie ;). C’est bête, on m’avait filé des quetsches, mais on les a déjà toutes finies. Crues en plus (on n’avait plus de cacahuètes)… je note quand même, des fois que les émanations toxiques de nos villes fassent pousser des pruniers sur les trottoirs…

  4. J’ai ce livre et comme toi cette recette ne m’avait pas tapé dans l’oeil! Mais maintenant que j’ai vu tes commentaires, ça me donne envie!! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s