entrées

crostini soufflées au fromage

Pour aujourd’hui, une recette directement sortie des tiroirs de ma Maman… Toute mon enfance qui remonte à la surface… Séquence émotion…

Ma maman faisait parfois cette recette quand j’étais toute petite… A l’époque, j’ignorais totalement ce que c’était! C’était bon, et c’était bien là tout ce qui comptait! Pas vrai? Si bien que quand j’ai appelé ma Maman pour lui demander la recette, je lui ai décrit ce plat comme une sorte de tartine avec du blanc d’oeuf monté en neige déposé délicatement sur le pain, et, comme dans un petit nid, le jaune de l’oeuf douillettement installé dans cette mousse angélique, l’ensemble gratiné au four avec un peu de fromage… Bon, ben ma Maman a dû faire un sérieux effort d’imagination pour voir de quoi je pouvais bien parler, et a finalement retrouvé dans ses classeurs cette recette qui a maintenant régalé 3 générations… et vous régalera aussi j’en suis sûre!

Ne me demandez pas de quel magazine cette recette provient… C’était dans les années 60…

J’ai décidé de titrer avec le mot « crostini » parce que ça sonne bien, mais vous pouvez bien appeler ces choses délicieuses des croûtes, des tartines, des bruschettas, bref vous avez le choix.

Crostini soufflées au fromage

Pour 4 personnes

4 belles tranches de pain de campagne (j’ai pris 2 tranches pour bruschettas)
6 oeufs, séparés (6 blancs, 6 jaunes)
300g (250 + 50) râpé
40g beurre
35g farine
250ml lait
sel poivre QS

Préparer une sauce blanche très épaisse en chauffant le beurre puis ajoutant la farine, mouillant avec le lait puis terminant après cuisson avec 50g de râpé et assaisonnement. Laisser refroidir.

Pendant ce temps, faire griller les tranches de pain au grille-pain ou au four.
Préchauffer ensuite le four à 210°C (bon, ben si vous avez comme moi fait griller le pain au four, on va dire « refroidir le four à 210°C »! lol!)

Mélanger les jaunes d’oeuf et les 250g de râpé pour obtenir une pâte dure

Monter les blancs en neige (avec la pincée de sel et la goutte de jus de citron psychologiques 😉 )

et incorporer les blancs montés à la sauce blanche refroidie.

Tartiner le pain grillé avec le mélange jaune/râpé

Recouvrir avec la préparation à soufflé et enfourner à 210°C environ 20 minutes.
Surveiller, ça ne doit pas brûler, mais le jaune d’oeuf dessous doit quand même cuire, tout du moins chauffer assez pour ne pas être froid.
J’ai oublié de faire la photo avant d’enfourner, alors vite, hop, four ouvert, photo, four fermé! Ni vu ni connu!

Et voilà le résultat :

On a dégusté ces croûtes avec une petite salade toute simple, mmmmmmmmm, un vrai régal…

Et j’ai totalement retrouvé le goût de mes souvenirs d’enfance… Quel bonheur… J’espère que Fifille n°2 aura elle aussi quelques souvenirs de cuisine familiale, quelques madeleines, comme Proust, et peut-être sera-ce cette recette comme pour moi ? Fifille n°1 n’était pas là quand nous avons mangé ces croûtes, et j’en referai un jour où elle sera avec nous, car c’est pour moi un symbole de mon enfance d’éducation au goût, et je voudrais lui transmettre à elle aussi cette base qui a tant contribué à me façonner, au point que je m’en souviens encore 40 ans plus tard… Bon, elle n’en aura sans doute peut-être rien à cirer, comme disent les « djeuns », mais c’est pour moi que c’est important! 😉

La recette indique qu’il est possible d’en faire des mini bouchées pour un apéro… Mmmmmm, quelle bonne idée!

Version imprimable

Publicités

27 réflexions au sujet de « crostini soufflées au fromage »

  1. Recette & photos me mettent directement l’eau à la bouche ! Déjà que j’adore le soufflé au fromage mais si tu commences à parler pain de campagne grillé & Cie, je fonds en même temps que l’emmental !Je note tes proportions sinon je vais faire ça au pif et ça ne va pas rendre pareil.Merci du partage !!!

  2. Le bonheur du soufflé sur une tartine…génial! en +, on peut aussi ajouter du jambon, ou des crevettes à l’intérieur…bref y’a qu’à laisser aller son imagination!

  3. Ils n’en ont rien à cirer quand ils sont jeunes. C’est plus tard que les souvenirs resurgissent et là attention, c’est à cette époque que d’un seul coup ils considèrent la purée de Maman ou son boeuf mode comme la première merveille du monde. Mamam c’est un travail à long terme !!!!

  4. Rien que de regarder j’en salive , je fais en faire trés vite , comme quoi ce qu’on a aimé tout petit reviens souvent dans notre mémoire .
    Merci beaucoup pour cette recette .

  5. Cette fois-ci, j’écris mon commentaire….car lire cette recette à fait resurgir du fond de ma mémoire ma grand mère apportant à table ses « croûtons fromage très chauds attendez les enfants pour ne pas vous brûler »…j’avais oublié…merci pour cette madeleine de proust !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s