sorties

un repas chez Schaeffer à Serrières (Ardèche)

Après un 1er Mai de repos bien mérité pendant lequel mon blog a attendu sagement mon retour, je reviens vous raconter un repas au restaurant Schaeffer à Serrières. Mes beaux-parents y ont fêté leurs 50 ans de mariage, et nous étions conviés tous les 4, fermement décidés à trinquer dignement aux 50 ans de bonheur à venir! 😉

Serrières est une petite ville située au bord du Rhône, à la croisée des départements de l’Ardèche, de la Loire, de la Drôme et de l’Isère… Des départements qui fournissent d’excellents produits frais et goûteux.

Je vais essayer de me souvenir de tout ce que nous avons dégusté, et j’espère que tous ceux et celles qui ont eu l’occasion de goûter le même repas à ce restaurant auront la gentillesse de laisser un commentaire pour corriger ou compléter mes propos… Oui oui, c’est un appel au secours, Alzheimer guette au coin de ma rue… 😉

Avec l’apéritif nous sont parvenus les menus pour choisir tranquillement et cette assiette de 4 « bouchées » délicieuses :

Il s’agissait, dans le sens des aiguilles d’une montre, d’une petite soupière de velouté de châtaignes (moi qui n’aime pas du tout les marrons, j’ai quand même voulu goûter, et bien j’ai regretté qu’il n’y en ait pas plus! J’aurais pu avaler la casserole entière, que dis-je la lessiveuse entière en cuisine tellement c’était bon! Je vais être claire, cette petite souplette avait autant le goût de marron qu’un velouté de légumes le goût de pomme de terre, et c’est sans doute là l’explication de mon acharnement à racler le fond de ma mini soupière 😉 Mais qu’y avait-il donc dans cette soupe qui était aussi délicieux?) puis d’une sorte de tapenade de pied de porc avec des châtaignes (toujours aussi parfaites…), puis une crème aux fanes d’oignon nouveaux absolument parfaite et enfin une mousseline d’asperge d’une finesse et d’une subtilité incomparables…

Voici le menu que nous avons dégusté. Vous pouvez cliquer sur la photo pour l’agrandir.

J’ai commencé par la marmite d’huîtres chaudes… Un régal! Les huîtres, c’est très délicat à cuire, pas assez elles sont froides, trop elles deviennent caoutchouteuses, et là elles étaient impeccablement cuites.
Je ne connaissais pas la laitue de mer, ma foi elle porte bien son nom! Le bouillon était très délicat et très parfumé à la fois, juste comme je l’aime. Il trempait quelques crosnes dans l’assiette, moi qui n’en avais pas mangé depuis… Hou la la… Avant la naissance de Fifille n°1… Il y a donc 20 ou 21 ans… Et c’était à l’époque la 1ère fois que j’en mangeais… Et j’avais trouvé ça délicieux! Si je n’en ai jamais cuisiné, c’est uniquement parce que ça a l’air drôlement ch..nt à peler…

Mon Nomamoi avait préféré le foie gras… Avec une petite confiture d’oignon, du pain d’épices et du pain aux figues, et une petite salade. J’ai cru comprendre qu’il n’avait pas regretté son choix!

Ensuite j’avais choisi le filet de rouget et les St Jacques. Cuisson des St Jacques parfaite, les rougets avaient la peau bien croustillante contrastant avec la douceur de la rondelle de moelle, les oignons frits apportaient un croquant au goût puissant, les lentilles… Ah, les lentilles… Mon Dieu, mais qu’est-ce qu’ils avaient mis dans ces lentilles! Que du bonheur! Et cette sauce « lie de vin »… C’est incroyable comme la St Jacques tout particulièrement (mais le rouget aussi) s’accorde à la perfection avec la lentille et la sauce qui sont des préparations de type « terre » hyper puissantes et parfumées! On pourrait croire que la pauvre St Jacques serait écrasée par autant de puissance, mais c’est tout le contraire, elle en est révélée!

Personne n’a tenté le homard…

Puis un sorbet de carotte au cumin… Bon, alors ça je n’ai pas trop aimé. Pourtant j’adore la carotte au cumin, que ce soit froide en salade, ou chaude en purée ou en flan… Je n’ai pas senti le cumin… Et pour moi un sorbet doit avoir une consistance soit aqueuse, soit crèmeuse, mais pas farineuse… Je dois avoir un problème avec les consistances farineuses, moi, déjà les marrons c’est surtout ça que je crains…

Ensuite, mon Nomamoi a préféré la canette avec son chou au lard et sa sauce aux agrumes… Je crois qu’il aurait aimé lécher son assiette… La sauce était paraît-il exceptionnelle, et le tout s’accordait à merveille. Curieux quand même, jamais je n’aurais imaginé mettre du chou au lard avec une sauce aux agrumes… Comme quoi, c’est un métier! 😉

J’avais choisi l’agneau, non pas parce que j’aime mieux l’agneau que la canette, mais parce qu’avec l’agneau venaient des fèves… Et moi, les fèves, je ne peux pas leur résister… Rhââââââ, des bonnes petites fèves fraîches de printemps, mais qu’y a-t-il de meilleur? Là aussi, réussite totale. Des cuissons parfaites, même pour moi qui avais demandé mon agneau « encore vivant », j’ai en effet eu une cuisson totalement respectueuse de ma demande comme vous pouvez le voir sur la photo. La fine tranche d’aubergine est transparente, ça fait un effet amusant! La sauce était comme d’hab délicieuse (je rêve de savoir faire des sauces comme ça…), et je me suis régalée avec la gousse d’ail confite… Mmmmmmmmm…

Nous avons ensuite gaillardement sauté le fromage… On ne peut pas être partout…
Il fallait bien ça pour profiter du dessert…
Dommage je n’ai pas pensé à photographier la carte des desserts, car non seulement elle était conséquente et tentante, mais en plus maintenant je ne me souviens plus de tout!
Voici ce que mon Nomamoi a choisi. Ben oui, ya du chocolat, alors forcément… Un sorbet au chocolat, un duo de mousses au chocolat, et un sorbet peut-être à l’orange, ya pas que moi qu’Alzheimer guette au coin de la rue… lol!

Quant à moi, j’ai choisi la déclinaison sur le thème du café… J’adore le café…
J’avais des palets au café, une tuile au café, une quenelle de glace au café, de la guimauve au café et une crème au café (en fait une ganache au café) en capuccino, bref un ensemble de puissances et de consistances du plus doux et sucré au plus fort et amer, et du plus moelleux et fondant au plus croquant…

Bref, un repas superbe pour lequel nous remercions les parents de mon Nomamoi…

Hôtel Restaurant Schaeffer
RN 86
07340 SERRIERES
(+33)4 75 34 00 07
www.hotel-schaeffer.com

Publicités

9 réflexions au sujet de « un repas chez Schaeffer à Serrières (Ardèche) »

  1. Ca ne m’étonne pas!c’est bon chez eux en plus l’ambiance est sympaJe connais un peu j’ai de la famille à Annonay, pas loin de làmerci ça m’a rappelé de bons souvenirsBon mois de mai pour toi et ta familleBisesJaclyne

  2. Si votre ramage Se rapporte à votre plumage… Oui, Autant les photos sont magnifiques, autant on comprends que ça allait avec le repas car vous avez du vous regaler !Le visuel en cuisine fait généralement comprendre pas mal de chose ;-)Mmmmmmm !

  3. Je commence tout doucement à déguster ce merveilleux repas… Pour commencer… cette tapenade m’interpelle et me plait beaucoup… J’ai bien noté car qui dit pied de porc dit aussi triperie… donc je suis preneur… Pour l’entrée, je partage entièrement l’avis de ton Olivier qui je dois dire a très bon goût… j’aurai sans hésitation choisi comme lui…(Excuse moi… mais je pars au ciné…à 150 m de la maison et ma Catherine s’impatiente… je laisse donc la suite de mon commentaire pour tout à l’heure… Agatha Christie n’attend pas…)

  4. Que c’est beau d’avoir 50 ans de mariage. Ces plats sont très appétissant et c’est un bel endroit pour pour rendre hommage à un tel parcours de vie. Avec mon mari nous avons 19 ans de mariage et 26 ans de vie commune. Nous avons encore du chemin à faire.Bisous, Doria

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s