plats

blanquette de veau safranée au citron confit de Carpe Diem

Il fait bien froid en ce moment. Les pluies verglaçantes ont carrément paralysé la région lyonnaise mercredi dernier. Mon Nomamoi a mis plus d’1 heure pour faire un trajet d’une durée habituelle de 20 minutes en voiture. De chaque côté de la route, sur les trottoirs, dans les fossés, même dans un portail et une des piles du portail en question (c’est passé au journal sur France 2, imaginez mon Nomamoi dressé sur la canapé et montrant la télé du doigt : « Là! C’était là! J’y étais! »), il voyait des voitures abandonnées dans le meilleur des cas, et sinon accidentées…
Le périph Nord fermé…
La A46 coupée…
Même l’A6 a été coupée vers Villefranche si j’ai bien compris…
Pour sortir de notre maison, il y a une bonne pente entre notre portail et l’allée du lotissement, mon Nomamoi y a rencontré ses premières difficultés… Puis de demi-tours en demi-tours pour cause de rues interdites à la circulation en raison du verglas (ça nous apprendra à habiter sur un plateau au dessus de la « civilisation »), il a fini par atteindre sa destination.

Quand nous étions aux USA, nous habitions une région habituée aux pluies verglaçantes, « ice-storms » comme ils disent là-bas. Quand cela arrive, on ne croise pas une voiture sur les routes, les écoles sont fermées, les gens ne vont pas travailler. Il faut dire que les « ice-storms » de là-bas n’ont rien à voir avec notre pluie verglaçante lyonnaise de mercredi : le poids de glace devient parfois tel sur les arbres qu’ils sont déracinés, s’abattent sur les lignes électriques, les voitures, détruisant tout sous leurs troncs et leurs banchages gigantesques (et oui, c’est l’Amérique, ya pas que les sandwiches de mcDo qui sont énormes!). On pourrait plus facilement comparer avec ce qui arrive chez nous quand il tombe trop de neige… Je me rappelle même être une fois sortie dans le jardin après un « ice-storm » et avoir décollé d’une feuille d’un arbuste une pellicule de glace qui s’était formée, reproduisant chaque détail, chaque nervure de la feuille : j’avais dans ma main une feuille de glace translucide, c’était magnifique !
Mais ces ice-storms sont tellement dangereux sur les routes… C’est pourquoi toutes les radios diffusaient des alertes indiquant la fermeture des écoles (joie des gosses!) et demandant aux gens de rester chez eux…

Nous avions même acheté là-bas une radio-tempête, c’est-à-dire une radio avec un petit détail en plus : la réception en continu, même éteinte, de la fréquence des alertes aux tornades. En cas d’alerte, même avec la radio éteinte, s’élève un hurlement strident destiné à envoyer tout le monde dans une pièce centrale et sans fenêtre (les WC pour nous) devant accueillir en permanence les papiers importants (passeports, acte de propriété, etc.) de l’eau en bouteille, une radio, des lampes de poche, une réserve de piles neuves et donc régulièrement renouvelée, des biscuits, bref heureusement que nos WC étaient grands! lol!

Et si, en France, lors d’un gros orage, on débranche tout, téléphone, télévision, PC, etc., là-bas au contraire on allume la télé et la radio pour être au courant de l’arrivée éventuelle d’une tornade!

Quel beau pays où la saison des tornades s’étend de décembre à juin, tandis que celle des ouragans dure de juin à décembre… 😉

Nous n’avons pas encore totalement dompté la nature… 😉

Bref, tout cela pour dire qu’en cette saison hivernale où nous affrontons chaque jour les éléments parfois en furie, rien de mieux pour cocooner le soir qu’une bonne petite blanquette de veau…
Mais pas n’importe quelle blanquette!
Oh non!
Celle de Carpe Diem, parfumée au safran et au citron confit… Mais revue à mon goût, c’est à dire avec beaucoup de sauce!

Blanquette de veau safranée au citron confit

recette adaptée de la blanquette safranée de Carpe Diem, du blog « Repaire et Repère »

Pour 4 personnes
1 kg de blanquette de veau
2 carottes
1 blanc de poireau
1 branche de céleri
1 oignon
1 bouquet garni (poireau -déjà cité plus haut-, thym, laurier, queues de persil) : je n’ai mis que le poireau.
1 citron confit
1 verre de vin blanc
1 jaune d’oeuf
1 briquette 200ml crème amande ou soja (ou vache évidemment!)
1 csoupe farine (rase)
1 bonne pincée de pistils de safran
1 jus de citron
de l’eau
Sel, poivre

Placer la viande dans une grande sauteuse ou cocotte en fonte, couvrir d’eau froide, ne pas saler, porter à ébullition.
Mettre le safran à infuser dans la crème. Réserver au froid.

Pendant ce temps, préparer les légumes : carottes pelées et coupées en biseau, épaisseur 1 petit centimètre, oignon pelé et coupé en 2, poireau lavé et coupé en 2, céleri branche, éventuellement bouquet garni.

Quand la viande bout, de l’écume se forme qu’il faut enlever. Soit il s’en forme très peu auquel cas on prend le temps de le faire à l’écumoire, soit il s’en forme beaucoup et il est alors plus aisé de vider la viande dans une passoire, de bien la rincer ainsi que la cocotte, de remettre la viande dans la cocotte et de couvrir à nouveau d’eau froide qu’on portera à nouveau à ébullition.

Saler, poivrer, ajouter les légumes et la garniture aromatique, le vin blanc, porter à nouveau à ébullition puis baisser le feu, couvrir et laisser mijoter au moins 1h30. C’est là que ma version diffère essentiellement de celle de Carpe : Je souhaite avoir beaucoup de sauce, donc je ne laisse certainement pas mijoter jusqu’à « évaporation presque totale du liquide » pour citer les propres mots de Carpe.

Quand c’est cuit, sortir la viande, la réserver, et passer le reste dans une passoire en prenant bien soin de récupérer le bouillon, c’est avec lui qu’on va faire la sauce. Comme j’aime beaucoup les carottes, je les récupère aussi, mais ce n’est pas obligé, chacun fera comme il le sent.
Jeter le reste de la garniture, remettre la viande dans la cocotte sur feu moyen, la saupoudrer de farine, bien mélanger puis ajouter le bouillon filtré petit à petit en mélangeant bien (et j’ajoute encore les carottes).

Ajouter alors le citron confit, juste la peau coupée en petits dés, porter à ébullition et laisser de nouveau mijoter une dizaine de minutes. Goûter, rectifier l’assaisonnement, éventuellement rajouter du citron confit.

Goûter enfin un morceau de viande qui doit être tendre. Si ce n’est pas le cas, rajouter 20 minutes de cuisson ou plus encore.

Quand tout est bien cuit et parfumé, ôter la cocotte du feu.
Mettre le jaune d’oeuf dans la crème au safran, mélanger à la fourchette.
Prélever un peu de bouillon de la blanquette et l’ajouter doucement à la crème tout en mélangeant, cela va tempérer le jaune d’oeuf.
Verser alors la crème ainsi préparée dans la cocotte, mélanger.
Ajouter le jus de citron petit à petit et goûter à chaque fois jusqu’à trouver l’équilibre parfait entre la douceur suave de la sauce safran-citron confit-crème et l’acidité du citron pressé.
C’est prêt!

Servir avec du riz! Carpe parle aussi de patates vapeur, de pâtes fraîches et même de semoule! En effet, le côté méditerranéen-nord-africain de la blanquette apporté par le safran et le citron confit ne peut que résonner plus fort avec une bonne semoule!

Pour faire cette recette, j’ai utilisé un citron confit du commerce. Confit au sel, bien sûr, et conservé dans une saumure, pas un citron de confiseur! Carpe Diem fait ses citrons confits elle même et elle les garde dans l’huile. C’est cette différence dans les citrons confits qui a fait que j’ai dû rajouter du jus de citron à ma blanquette alors que celle de Carpe Diem n’en a pas besoin.

Carpe Diem a eu a gentillesse de me confier sa recette de citron confits et de m’expliquer sa technique, du coup j’ai à mon tout fait mes propres citrons confits, avec les citrons du citronnier que ma voisine m’a confié avant de partir vivre pour quelques années à l’étranger. Ces citrons serviront pour ma prochaine blanquette safranée au citron confit et pour bien d’autres choses encore!

Carpe, encore une recette (2 recettes même si je compte les citrons confits!) pour laquelle je ne peux que te remercier.

Version imprimable

En 2008, nous nous réchauffions autour d’une soupe de rutabaga à l’ail rôti.
En 2007, nous finissions les restes d’un pot au feu dans une moussaka parmentière de pot-au-feu peut-être pas très élégante mais parfaitement délicieuse.

Publicités

8 réflexions au sujet de « blanquette de veau safranée au citron confit de Carpe Diem »

  1. Et bien je ne suis pas peu fière avec ce gentil billet! Je suis ravie que tu aies apprécié la blanquette safranée au citron confit maintenant il me tarde que tu goûtes ces citrons confits pour me dire ce que tu en penses…Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s