plats

Pour la St Patrick, je voulais faire un « Irish Stew »…

Je voulais faire un « Irish Stew » le jour de la St Patrick. En effet, j’ai eu la chance quand j’étais gamine que mes parents m’expédient à Dublin apprendre l’anglais (et de garder encore aujourd’hui des liens avec les personnes qui m’ont accueillie et qui sont également venues chez nous) et d’y déguster un merveilleux ragoût très parfumé et contenant des… rognons! Si si! Même que la maman de ma correspondante m’avait dit en me servant « je suppose que tu n’aimes pas les rognons donc je ne t’en sers pas ? », pensant bien faire et n’ayant sans doute pas encore remarqué à qui elle avait affaire ! lol! Bref, elle a été très surprise car seul son mari mangeait des rognons, ses 6 enfants et elle-même ne pouvant pas avaler ça… Comment aurait-elle pu imaginer qu’une petite française de 17 ans allait pouvoir se régaler d’un truc pareil ?

Bref, ma réputation a commencé à ce moment là à se répandre dans le monde entier : « celle-là, vaut mieux l’avoir en photo qu’en pension »! lol!

Mais je m’égare. Voilà, en fait j’ai adoré ce ragoût avec de l’agneau, des patates, des rognons, une sauce épaisse, sombre riche, parfumée et si savoureuse… Une seule fois dans ma vie, et je m’en souviens encore… Sans jamais avoir cherché à reproduire ce ragoût avant cette année où je me suis dit que, quand même, quand on tient un blog de cuisine, on peut accorder un peu plus d’attention à ces souvenirs d’enfance ou d’adolescence qui nous forment et nous conditionnent à jamais…

Alors j’ai cherché des recettes d’Irish Stew sur internet et aucune ne me satisfaisait. J’ai donc élargi mon champ de recherche et je suis tombée sur un plat qui me semblait se rapprocher de mes souvenirs. Ce n’est pas un « Irish Stew » du tout, mais il contient des rognons, il est délicieux et c’est tout ce qui compte !

Ragoût du Lancashire (Lancashire hotpot)

adapté d’une recette sur le site web du magazine Good Food, « Lancashire Hotpot »

Pour 4 personnes
Prévoir 2 heures en tout

Pour cette recette, on est censé utiliser du « dripping », c’est à dire usuellement le gras rendu par le bacon cuit par exemple pour le petit déjeuner, que l’on conserve et qui sert plus tard de matière grasse pour cuire autre chose en y apportant bien plus de parfum qu’une simple huile de cuisson. C’est ce que nous faisons parfois avec de la graisse d’oie par exemple.

100g de « dripping »… ou de beurre (! Remplacé par une quantité d’huile nettement inférieure pour moi…)
900g d’agneau pour ragoût en gros morceaux (de l’épaule pour moi)
3 rognons d’agneau entiers préparés (j’en ai mis 4)
2 oignons moyens hachés
4 carottes moyennes pelées et coupées en rondelles pas trop trop fines
25g farine
2 ccafé sauce worcester (Lea & Perrins pour moi)
500ml bouillon d’agneau ou de volaille (bouillon de mouton en cube pour moi)
2 feuilles de laurier
900g patates, pelées et coupées en tranches fines (comme pour un gratin de pomme de terre)

Préchauffer le four à 160°C/140°C chaleur tournante/gaz 3.
Mettre un peu d’huile à chauffer dans une cocotte en fonte possédant un couvercle et y faire revenir les morceaux d’agneau. Procéder en plusieurs fois si nécessaire (il peut être nécessaire aussi de rajouter un peu d’huile) puis réserver dans un saladier.

Voici les rognons d’agneau. Je n’en avais jamais vu, ça ne ressemble absolument pas à des rognons de veau mais plutôt à des rognons de lapin géants!

Une fois les morceaux de viande bien dorés et réservés, on refait pareil avec les rognons coupés en grosses bouchées.

Quand ils sont dorés eux aussi, on les réserve dans le saladier avec la viande.

Voici mes carottes et mes patates dans la passoire en attendant de les couper en rondelles. C’est juste pour donner une idée des quantités.

Remettre éventuellement un peu d’huile dans la cocotte puis y faire sauter sur feu vif les oignons et les carottes jusqu’à ce qu’ils soient dorés.

Saupoudrer de farine, mélanger et laisser cuire environ 2 minutes pour épaissir la farine (attention, ça a tendance à bien coller au fond de la casserole, donc bien gratter au fond en mélangeant) puis ajouter la sauce worcester et le bouillon, porter à ébullition. Ajouter encore la viande et les rognons ainsi que le laurier, mélanger et couper le feu sous la casserole.

Disposer les patates en rondelles sur le dessus. Bon, mon grand-père, grand spécialiste du gratin dauphinois devant l’éternel, coupait ses patates rondelle par rondelle au couteau, toutes exactement de la même épaisseur, de quoi me rendre dingue moi qui suis toujours à la bourre et à courir partout… puis qui les plaçait religieusement une par une encore dans le plat, avec un chevauchement absolument égal et parfait… Bref, j’ai tout versé les rondelles de patate dans la casserole puis j’ai étalé rapidement en une couche la plus uniforme possible… Chacun son truc…
Arroser d’un peu d’huile (mon pschitt chéri mon amour… sinon, un papier absorbant et un peu d’huile et le tour est joué ! ) saler poivrer.

Couvrir puis placer dans le four pour environ 1 heure et demie : les patates doivent être cuites.

Ôter le couvercle, re-pschitter d’huile les patates (ou les caresser avec le sopalin imbibé d’huile) et ré-enfourner sans le couvercle, ou mieux encore passer sous le grill 5 à 8 minutes. J’ai choisi la version simple, sans passage au grill, il a fallu presque 20 minutes pour colorer mes patates.

Et voilà!

Je voulais aussi faire un Irish soda bread, mais je m’y suis prise un peu tard et je ne pouvais pas avoir en même temps dans le four mon pain et ma cocotte de ragoût… Donc tant pis, on a eu du pain « normal »…

Bon, et bien nous nous sommes régalés. Et puis les rognons d’agneau c’est super bon, et en plus c’est vraiment pas cher !  Dommage qu’ils me soient interdits à cause du cholestérol… Mais j’ai quand même goûté, hein, je n’allais pas laisser passer ce plat sans le goûter dans son intégralité ! 😉

Version imprimable

En 2008, Mercotte nous régalait de sa délicieuse panna cotta café, chantilly café et j’en ai encore aujourd’hui un souvenir ému… Faut dire que j’adore tout ce qui a le parfum de café…

En 2007, je réalisais pour la première fois ce moelleux citron-gingembre confit sur une recette d’Aude, un régal refait de nombreuses fois depuis, et je faisais, tout comme ce soir d’ailleurs, quelle coïncidence, une pizza ! Sauf qu’en 2007, je faisais ma pizza pâte épaisse au levain liquide méthode Kayser, ce qui ne fut pas le cas ce soir…

Advertisements

5 réflexions au sujet de « Pour la St Patrick, je voulais faire un « Irish Stew »… »

  1. Caresser la patate au sopalin, un grand moment de cuisine. Les rognons j’aime, mais un brin plus cuits. C’est avec étonnement que je t’ai vu déguster un rognon bleu, cela m’a marqué.

  2. j’apprécie particulièrement le récit de vos recettes, c’est on ne peut plus naturel… et il n’y aurait pas de photos que l’on les imaginerait très facilement.merci de nous faire partager votre passion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s