accompagnements

gratin de blettes presque comme ma grand-mère

Aujourd’hui, un plat que ma grand-mère faisait souvent, que j’adorais, et que j’avais abandonné totalement parce que c’est trop ch.ant de préparer des blettes ma petite famille n’aimait pas ça… Mais depuis que j’ai appris à les préparer sans souci à l’aide d’une simple paire de ciseaux recommencé à en cuisiner, tout le monde adore ça ici… Alors j’ai repris cette vieille recette de ma grand-mère à laquelle je n’ai modifié qu’une chose : je ne cuis pas le vert des blettes à l’eau comme elle mais je le fais sauter à la poêle avec un peu d’huile d’olive, de l’oignon et de l’ail.

Alors là, vous m’en direz des nouvelles.

gratin de blettes presque comme ma grand-mère

Pour 4 personnes
hyper simple
prévoir 1 1/4 heure (y compris préparation des blettes)

1 kilo de blettes préparées, les côtes en petits tronçons coupés aux ciseaux, les verts ciselés
1 gros oignon, haché
3 grosses gousses d’ail, dégermées et hachées
QS huile olive, sel, poivre
Sauce blanche très épaisse réalisée avec 40g huile, 40g farine, 500ml lait, sel, poivre, muscade
QS râpé
Eventuellement un peu de crème (épaisse ou pas, entière ou allégée, de vache ou végétale)

Cuire les tronçons de côtes de blettes à l’eau bouillante salée environ 10 à 15 minutes selon leur taille, égoutter, réserver.
En même temps, fondre l’oignon dans un peu d’huile d’olive sur feu moyen, ajouter l’ail, suer encore 1 minute environ, ajouter enfin le vert de blette ciselé, saler, poivrer et laisser cuire jusqu’à ce qu’il ne reste plus de liquide.
Préparer la sauce blanche : Chauffer l’huile dans une casserole, ajouter d’un coup la farine, mélanger pour former une pâte, ajouter le lait froid petit à petit en mélangeant à fond à chaque fois, ne jamais rajouter de lait tant qu’il reste le moindre grumeau. Ajouter sel, poivre, muscade au goût.
Réunir les côtes, le vert des blettes et la sauce blanche dans une seule casserole, ajouter du râpé au goût, bien mélanger, goûter, rectifier.
Verser dans un plat à gratin et enfourner à four préchauffé à 200°C pour environ 30 minutes. Surveiller.

C’est tout simple, c’est totalement familial et régressif, souvenir d’enfance, comfort food itou itou… Que ça fait du bien…

Ma grand-mère, ainsi que je vous le disais en intro, cuisait le vert de blettes avec les côtes. Elle mettait les morceaux de côtes à cuire, puis, juste avant que ces dernières soient cuites, elle ajoutait les grandes feuilles vertes sans chercher à les ciseler avant. Puis elle égouttait le tout soigneusement, et elle le hachait sur une planche en bois (détournée de son usage initial qui était de faire la lessive dans le grand évier à bac unique) à l’aide d’une berceuse, également appelée hachoir demi-lune… Et c’est ce hachis entre fin et grossier qu’elle ajoutait à sa sauce blanche. Je ne me souviens plus si elle ajoutait des oeufs comme pour un gratin de courgettes ou pas… Tant d’années ont passé, j’étais jeune quand j’avais encore l’occasion d’être dans sa cuisine à faire mes devoirs à la sortie de l’école tandis qu’elle cuisinait pour notre repas du soir… Ces choses-là ne me passionnaient pas encore… La dégustation nettement plus! lol!
Ma petite Maman chérie, si tu lis ça, tu sauras peut-être nous renseigner ? 😉

Bonne reprise à toutes et tous après ce WE prolongé bien agréable… Enfin quand on ne devait pas aller au boulot… 😉

Publicités

23 réflexions au sujet de « gratin de blettes presque comme ma grand-mère »

  1. La prochaine botte de belttes qui passe sera cuisinée comme cela! Très alléchant ce gratin, et j’avoue, je n’ai jamais fait de gratin de blettes! bisous

  2. un des légumes préférés et j’en mange une fois par mois quasiment car ma mère les mets en conserve. je les adore aussi cuites à la vapeur et ensuite sautées à la poêle avec une tomate en quartier et du gruyère rapé. miam

  3. Non, elle ne rajoutait pas d’oeufs dans ce gratin. Par ailleurs, rectification : il s’agissait d’une planche à hacher et non de la planche à laver dont elle se servait en effet pour la lessive avant l’arrivée du lave-linge. Nous nous servons toujours de ladite planche à hacher, mais… plus de la planche à laver… Tu peux dire aussi qu’il s’agit d’une recette de tes deux grands mères. Bises.

  4. Mother adore ! Ben oui, hier, ma maman, qui aime toujours me demander ce que j’allais manger le soir, me dit: »Hier, je me suis fait des blettes avec la recette de Lacath, trop bon !!!! »;-)Merci pour toutes ces recettes, même si ma présence dans les commentaires a été plus que rare ces derniers temps ! Par contre, je te visite régulièrement !

  5. Vraiment que du plaisir, j’ai retrouvé le goût du passé, ma fille ainée ma dit, tu as fait un gratin comme dans l’un des restaurants que nous fréquentons en famille dans le Vercors, mon épouse c’est régalée, et ma plus jeune des filles Pauline qui n’est pas pour les légumes en a réclamé, on retrouve le plaisir de cuisiner et de donner de vraies valeurs aux légumes. Bravo.

  6. Je viens de découvrir votre nouveau blog, félicitations! que du bon et beau travail ! des photos qui comme les recettes nous fonds voyager et existent nos papilles gustatives. C’est une réussite totale, j’adore et j’adhère.

    H. de SASSENAGE

  7. Comme je ne suis plus une jeune femme pressée, j’enlève le fil de mes blettes., j’ai le temps !
    Mes filles font comme vous : ciseau. Mais lorsqu’on a des intestins fragiles, que l’on voit cet amas de fils on se pose pas de question. Ceci dit votre recette ressemble furieusement à celle de ma maman et à la mienne .Avec les blettes du jardin « cassées » de grand matin et dans l’assiette à midi : miam, trop bon.

    1. @Henrietta : quelle chance immense de casser les blettes le matin au jardin ! Moi je ne suis pas faite pour ça : cette année j’ai mis des blettes, je ne savais plus quoi en faire tellement j’en ai eu ! Les acheter en fonction de mes besoins convient mieux à mon style de vie… Hélas…

  8. Moi qui pensait ne pas aimer les blettes et était toujours très embêtée avec ces superbes legumes dans mon panier… j’ai juste modifié l’emental contre de l’ osso erati qui était la depuis un moment. En espérant ne froisser et personne… Merci et merci aux mamies

    1. @ brunel : n’hésitez pas à passer à 60g de farine. Vous pouvez aussi arrêter d’ajouter du lait quand la sauce a atteint l’épaisseur désirée.Vous pouvez épaissir en ajoutant petit à petit à la sauce trop liquide 1 grosse ccafé de fécule diluée dans le moins de lait possible, ça doit couler visqueux, toujours sur le feu et en mélangeant vivement, quand l’épaisseur vous convient c’est bon !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s