sorties

restaurant « le domaine des Séquoias » à Ruy

C’est le dimanche 6 Décembre passé, jour de la St Nicolas, que mes parents nous ont invités à déjeuner avec eux au domaine des Séquoias. Nous nous y sommes donc rendus par une journée absolument glaciale dans un brouillard détrempé…
Heureusement, nous nous sommes vite réchauffés autour d’une table blanche où les verres à eau, tous de couleurs différentes, composaient des tâches joyeuses dans cette journée si météorologiquement terne…

Nous avons choisi notre menu

tout en nous régalant autour d’un petit apéritif réconfortant :

Dommage que je n’ai pas pensé à noter ce que c’était… Je ne m’en souviens hélas plus du tout…

Est ensuite arrivé notre « amuse-bouche en 7 saveurs et textures » :
– sphérification de saumon à l’encre de seiche et blinis (ne le cherchez pas sur la photo : je l’avais déjà avalé quand je me suis souvenue qu’il fallait peut-être songer à prendre une photo pour mon blog!)
– compotée de poire aux noisettes
– rillette de lièvre
– betterave acidulée
– carotte repensée sous forme gélifiée
– air de citron
– gressin aux noisettes

Tout était délicieux, mais c’est particulièrement l’air de citron que j’ai trouvé spectaculaire. J’avais déjà eu l’occasion de me régaler d’un air de parmesan donc je n’ai pas eu la surprise de la consistance caractérisée justement par une absence de consistance, mais même en ayant déjà eu cette expérience j’ai encore été subjuguée par cet air, ce « rien » qui goûte le citron…

Ensuite, foie gras de canard, kumquats pochés.
Un foie gras sublime… Les kumquats (qui d’ailleurs ressemblaient plus à des kumquats confits que pochés) apportent à la fois douceur et acidité contrastant ainsi à la perfection avec la douceur du foie. Une association à retenir. La tranche de gâteau qui accompagnait (dommage, je n’ai pas noté ce qu’il y avait dedans et bien sûr j’ai oublié!) était délicieux, on aurait dit une brioche toastée! Pour moi qui aime bien servir le foie gras avec des tranches de brioche toastée, inutile de vous dire que j’ai été comblée! En fait, en y réfléchissant bien, je me demande si ce n’était pas une brioche aux fruits secs…

Pour l’anecdote : après les fêtes de fin d’année il me restait un peu de foie gras maison. Et j’avais aussi des kumquats que j’avais confits moi-même. J’ai reproduit cette entrée sous forme de bouchées apéritives avec un morceau de pain de mie toasté, un peu de foie gras de canard, un tout petit morceau de kumquat confit et une pistache… Eh bien croyez-moi, ça marche! Ca en jette! C’est un vrai régal, mon plat de bouchées a été lessivé en moins de temps qu’il ne faut pour le dire… J’ai dû faire une 2ème fournée! Et puis une troisième! Et là le combat s’est arrêté faute de combattant : il ne me restait plus de foie gras…

Puis un bar de ligne de l’île d’Yeu, carottes de toutes les façons.
Toutes les façons ? Je ne suis plus très sûre aujourd’hui mais il me semble que c’est un petit bâtonnet de carotte crue qui décore l’assiette. Et avec, purée de carottes, et sous le pavé de bar cuit à la perfection, des carottes dans un jus extraordinaire… Si vous êtes un(e) fidèle de ce blog vous savez sûrement à quel point je me pâme devant ces sauces parfumées, goûteuses, épaisses, riches… J’ai été tellement conquise par ce jus que j’ai demandé ce que c’était… Il était servi avec un poisson et pourtant semblait réalisé à partir d’une viande… Je pensais que c’était de l’agneau, mais finalement, renseignement pris, il s’agissait d’un jus de boeuf-carotte! Pas étonnant que les carottes situées sous le poisson étaient aussi sublimes…

Après est arrivé le sorbet romarin du parc, blanc de blancs méthode traditionnelle de Sermérieu. Le sorbet ? Faut aimer le romarin à forte dose. Pas mauvais, mais sans plus. Le blanc de blancs ? Bôf… L’ensemble ? Un miracle! Un festival! Bref, une merveille…

Cette petite pause rafraîchissante nous a permis de rattaquer ensuite en pleine forme…

Ris de veau et homard bleu de Bretagne, frites de polenta crémeuse…
Avec là aussi un jus, de veau cette fois, à faire damner un saint…

Il y a pas mal d’années de ça (et oui, ça ne nous rajeunit pas…) j’avais déjà eu l’occasion de manger du homard, mais ma conclusion de l’époque avait été que le homard, c’était sacrément moins bon que les crevettes… Du coup je n’en avais jamais remangé, il y avait toujours quelque chose de plus intéressant pour moi à manger! Bon. Inutile de préciser que je suis revenue sur mon jugement suite à ce homard-là… C’est bon! C’est très bon, le homard… Vachement meilleur que la crevette! lol!

Plateau de fromage richement garni :

Mon choix :

Tous ces fromages étaient excellents… Et je remercie encore notre serveur qui a su respecter mon envie d’avoir de toutes petites portions minuscules… Ce n’est pas facile à faire, certains fromages s’effritent, d’autres s’effondrent… Bravo et encore merci!

On passe ensuite au dessert :
– royal chocolat (extraordinaire)
– macaron spéculoos (pas assez goûteux à mon avis)
– sorbet kiwi (extraordinaire)
– croustillant aux figues (pas mal)

Le sorbet au kiwi restera dans les mémoires…

Quelques petites choses pour accompagner notre café… « souvenir d’enfance », je crois, est le nom de cet assortiment…
– macaron citron (pas mal)
– tuile (excellente)
– financier (à se rouler par terre)
– biscuit pistache (excellent)
– sucette ylang ylang (Pas de doute, c’est bien ylang ylang… mais ça fait bizarre d’avaler un produit à priori plus utilisé en parfumerie ou cosmétique qu’en cuisine! Je pense que toute personne aimant les parfums proche-orientaux – c’est la mode du genre ‘Ispahan »… – doit se régaler…)

Clin d’oeil : des petits sachets de sucre coloré pour le café… C’est rigolo, non ?

Quel dommage que je n’ai pas eu le temps de rédiger cet article alors que ma mémoire était encore toute fraîche…

Eric Jambon, le chef, nous a parlé d’une façon très simple de son envie de jouer dans sa cuisine, jouer avec la cuisine moléculaire (billes de « caviar » saumon-encre de seiche, air de citron, carotte gélifiée…) et aussi avec ses souvenirs d’enfance (sucette, macaron…). Une telle approche de la vie ne peut être que séduisante.
Et elle séduit!

Domaine des Séquoias
54 rue de Boussieu
38300 RUY
04 74 93 78 00
www.domaine-des-sequoias.com

Publicités

6 réflexions au sujet de « restaurant « le domaine des Séquoias » à Ruy »

  1. Quand tu t’es roulé une fois par terre, on t’en redonne un autre pour que t’arrête. Wahou quel repas, c’est plus que l’eau à la bouche, je me retiens pour ne pas lécher l’écran. Tu saurais nous refaire le Royal chocolat ?

  2. Combien ? c’était combien le menu ?cette table m’a toujours gonflé, ca ronronne, ca veut faire sans le pouvoir…bref, on lui souhaite le meilleur, surtout que ça tourne bien pour lui mais ce que je vois là ne me donne vraiment pas enviesborgnanera, mi homme mi femme ;o)

  3. Je suis comme toi, la meilleure cuisine s’accompagne de sauces sapides, persistantes en bouche ! pas délirant de créativité mais quand c’est TRES bon… Je note l’accord du sorbet romarin sur le blanc de blanc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s