plats

cabillaud à la marseillaise d’Annick et visite de Sète

Déjà une semaine de passée… Il y a une semaine, nous faisions nos sacs pour retrouver des amis d’enfance à Sète. Gandalf était pris en charge, le pauvre, par notre vétérinaire préféré, et Fifille n°2 qui s’était gentiment proposée pour venir avec Copain n°2 passer le week-end chez nous pour le garder s’est retrouvée à passer un week-end reposant et ensoleillé à la campagne…

Nous arrivons à Sète quelque peu en avance, et, en attendant que nos amis soient là, nous décidons de marcher un peu le long de l’étang de Thau. Le soir tombait, il faisait très frais à comparer de Lyon, et nous avons apprécié cette promenade après les quelques heures de voiture.

Dès les premiers pas, dépaysement total…

Le calme de l’eau, les barques alignées, les murs des maisons et les cabanons, comment peut-on être à la Méditerranée et pourtant être dans une ambiance aussi calme et privée ? Oui bon je sais, pour moi la Méditerranée c’est Juan les Pins au mois d’Août… Ceci explique peut-être… 😉

Les nuages sont nombreux, le fond de l’air est frais, le soir tombe, l’aigrette (ou est-ce une grue ?) part en chasse.ou en revient. Je ne suis pas ornithologue…

L’eau est claire et ça clapote tout doucement… Nous aussi, nous clapotons en douceur…

Cette rive de l’étang de Thau est superbe. L’autre rive ? Aucune idée je n’y suis jamais allée !

Le long du chemin, nous nous faisons apostropher par un habitant du coin…

Mais nous n’avons pas le moindre crouton de pain, donc nous passons notre chemin sans nous arrêter.

Nous arrivons enfin chez nos amis… Un petit coin de paradis… Dans lequel vit un arbre paradisiaque… Que je découvre encore mieux sous le soleil du lendemain matin :

Eh oui, on ne me refera pas… Les agrumes et moi, c’est une histoire d’amour pour la vie…

Imaginez un citronnier immense couvert non seulement de fleurs mais aussi de citrons à en faire ployer les branches jusqu’au sol ? Un arbre de 2m de haut, peut-être même un peu plus ?

Avant que je ne m’évanouisse de bonheur au pied du citronnier, mon Nomamoi m’arrache de ma contemplation citrique : nous partons nous promener à Sète.

Nous nous rendons aux halles, le grand marché couvert de la ville.
C’est un marché couvert du Sud, avec beaucoup de spécialités du coin (Tielles, Zézettes, petits gâteaux à l’anis etc.) et tout particulièrement des produits de la mer dont ces coquillages au look incroyable :

D’un peu plus près :

Il s’agit de murex. Et en plus de nous donner la pourpre, ça se mange !

Mais ce sera pour une autre fois, car, après avoir acheté tapas divers, tielles et zézettes, nous allons nous attabler à une terrasse de café où il est possible de déguster des huîtres et des bulots (pas des murex, dommage !) en sirotant un petit muscat sec de pays, le rêve !

Il faut bien digérer après de telles agapes…
Promenons-nous ensemble, histoires sans paroles (ou presque).

Le poulpe est paraît-il l’emblème de la ville.

La ville est traversée de canaux, et plus on approche de la mer, plus il devient évident que Sète est un port très vivant et actif.

Au milieu, la barque de Georges Brassens…

Et je tiens à juste mentionner rapidement que nous avons fait la connaissance dans une galerie d’art du peintre-conteur Aldo Biascamano qui nous a fait passer un moment très coloré.

Bien entendu le week-end a été bien trop court à notre goût, mais peut-être nos hôtes auront-ils une autre appréciation ? 😉 Nous les remercions du fond du cœur pour le merveilleux séjour qu’ils nous ont offert, un moment riche, plein et serein.

Annick nous a régalés de 2 plats que j’ai absolument adorés, et j’ai vite noté les recettes pour pouvoir refaire à la maison une fois rentrée. L’une de ces 2 recettes ne peut pas être cuisinée en cette saison car elle demande des grenades, et on en trouve rarement par chez nous avant Septembre-Octobre. Ou alors, il faut avoir des grenadiers dans son jardin et congeler une partie de la récolte…
C’est donc l’autre recette que je vous propose aujourd’hui :

cabillaud à la marseillaise d’Annick

Une recette du classeur à malice d’Annick…

Pour 4 personnes

6 filets de cabillaud (mais tout autre filet de poisson blanc peu ferme conviendrait)
7 biscottes
2 citrons si possible bio
3 belles gousses d’ail
1/2 bouquet de persil (avec les tiges)
1 poignée d’olives noires ( j’ai pris des olives à la provençale)
QS huile d’olive, sel, poivre

Vérifier qu’il n’y a plus d’arêtes au cabillaud.

Faire chauffer environ 2 csoupe d’huile d’olive dans une poêle ou une sauteuse et y faire revenir le cabillaud en le retournant et mélangeant régulièrement,

jusqu’à ce qu’il se délite complètement. Continuer à cuire jusqu’à évaporation totale du liquide,

saler, poivrer.

Pendant ce temps, dans un mixeur mettre les biscottes, l’ail pelé et dégermé et le zeste des 2 citrons.

Mixer.

Quand le liquide est tout évaporé dans la poêle, ajouter dans le mixeur le persil (avec les queues), mixer et ajouter au poisson et laisser cuire encore 3 ou 4 minutes en mélangeant de temps en temps.

Pendant ce temps dénoyauter les olives le cas échéant et les mettre dans le mixeur (pas besoin de le laver après la chapelure ail-citron), donner juste un petit coup de « pulse » pour dire de couper les olives, pas de les hacher.
A la toute fin, ajouter les olives

mélanger, goûter, rectifier l’assaisonnement, et servir dans les assiettes avec une bonne giclée d’une bonne huile d’olive et le jus d’un des 2 citrons (ou des 2 selon votre goût).

C’est un pur régal !
Vite fait, bien fait, léger, hyper goûteux et parfumé, tout ce que j’aime dans mon assiette !

Alors on dit merci qui ?
Merci Annick !

Version imprimable

Publicités

18 réflexions au sujet de « cabillaud à la marseillaise d’Annick et visite de Sète »

    1. @Cecile en ballade : belle découverte pour nous aussi. J’y étais passée je devais avoir 10 ans donc je n’en ai pas de souvenirs… Et n’hésite pas à essayer la recette, franchement c’est un régal !

  1. Quand le liquide est tout évaporé dans la poêle, ajouter dans le mixeur le persil…Tu parles de quel liquide ? Pendant que tu prépares ton mélange, faut-il éteindre le poisson (car ça cuit vite un filet de poisson !). Merci de ta réponse. Désolé d’avoir été obligée de faire 3 commentaires pour m’exprimer ;-))

    1. @Catoche : ça me fait plaisir de te lire… Alors 3 fois c’est génial ! ^^
      Bon, pour ta question : le liquide évaporé dans la poêle c’est bien sûr le poisson qui a rendu de l’eau en cuisant, et ce n’est pas la peine d’éteindre le feu sous le poisson car ça va encore plus le sécher et c’est justement ce qu’on cherche, quelque chose de bien sec, sinon la chapelure tournerait à la gadoue quand on l’ajouterait dans la poêle. En plus, ça va très vite de mixer le persil au mixeur, et on le fait au dernier moment car le persil, c’est souvent un peu mouillé (en général on vient de le rincer sous l’eau quand on va l’utiliser) donc là aussi ça mouillerait la chapelure.
      Je fais ça au magimix, grande cuve, ça va vraiment très très vite.
      Je crois que c’est le seul plat de poisson qui me plaise où le poisson est cuit et recuit ! L’avantage c’est que tu ne peux pas rater la cuisson ! lol !
      J’espère avoir correctement répondu à ta question, si ce n’est pas le cas, n’hésite pas à demander, ça peut servir à tous les lecteurs !

  2. merci pour la visite, et j’aime cette idée pour le cabillaud avec une chapelure très parfumée, c’est adaptable à d’autre style de poisson que l’on peut effeuiller.

  3. merci pour la découverte de la ville de Sète…
    Nous autres, nous partons en vacances en Auvergne, mais pas de véto sympa pour garder nos deux chattes qui de ce fait sont du voyage…. J’ai dit à mon ami, la prochaine voiture, sera un 4/4….
    la recette a l’air délicieuse, à faire à mon retour…. Nous allons faire une petite cure de pounti, truffade, aligot etc..peut-être passerons nous à Vichy, prendre les eaux, car tous ces plats ne sont pas légers… Humour…comme il a plu après une longue période de sécheresse, peut-être aurons nous la chance de faire la cueillette des champignons…… ANNE

    1. @Gudefin : Coucou Anne, bonnes vacances alors ! Ici à Lyon, on attend toujours la pluie… Les orages d’il y a 2 jours n’ont pas posé une seule goutte sur ma pelouse… Heu… Mon trèfle ! lol !
      A bientôt

  4. ça fait un moment que je ne suis pas allée me balader à Sète, tu me donnes envie là ! tu as ramené des zèzettes ?…
    la prochaine fois tu « pousses » jusqu’à béziers hein promis ?
    oups j’allais oublié, merci aussi pour la recette 😉

    1. @Christhummm : mes parents m’y avaient emmenée il y a de très nombreuses années, j’ai des photos, et j’avais encore les cheveux longs donc j’avais moins de 10 ans… C’est une très jolie ville, et les canaux, la mer et l’étang donnent une ambiance très spéciale que j’aime beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s