entrées

gaspacho aux saveurs aillées : recette du pique-nique

Vous avez peut-être remarqué sur la blogosphère quelques billets parlant de pique-nique… Que ce soit Fred (notre gourmande de cuisine et de voyage qui nous raconte ses petits roulés parfumés et ses petits gâteaux citron-griotte griotte), Mireille (qui raconte en menus propos sa version de son gâteau au yaourt), Dominique (dont la cuisine plurielle reprend la recette de Fred des petits gâteaux à la griotte) ou Vanille (qui nous offre dans sa cuisine des 3 sœurs un très complet récit avec photos pour illustrer cette journée), sans compter nos chères Hilda, Marie-Claude et Monique, non blogueuses, j’espère que je n’ai oublié personne, nous essayons de nous transmettre les unes les autres les recettes qui nous ont régalées ce jour-là au parc de la Tête d’Or.

Monique avait réalisé une merveilleuse petite verrine de gaspacho, verrine qu’elle a dressée sous nos yeux ébahis ( Ben oui, pique-nique rime avec rustique… Et verrine avec luxe et finesse… Pour moi en tout cas… Alors jugez mon ébahissement ! ) et qui nous a régalés… Non sans une petite pointe de stress pour moi… En effet j’avais apporté moi aussi un gaspacho… Glups… Et contrairement au raffinement de la présentation de Monique, brochette de mini-mozzarelle, basilic et pain croustillant, je n’avais apporté que des croutons du commerce ! La honte !

Je me disais aussi que c’était dommage d’avoir apporté un plat en double…

Et finalement non, nos deux gaspachos étaient aussi différents qu’un crachin breton d’une averse méditerranéenne ! Celui de Monique était léger, fin, tout en subtilité, et le mien… Heu… Chaussé des mêmes gros sabots que moi ! lol ! C’est Vanille qui l’a joliment (et justement) baptisé

Gaspacho aux saveurs aillées

adapté d’une recette de Gaston Lenôtre

Pour 12 personnes

1 kilo de tomates mûres à point
1 concombre d’environ 500g
1/2 poivron rouge
1/2 poivron vert
1 bel oignon
4 gousses d’ail
200ml d’une excellente huile olive + un peu pour le stockage
80ml vinaigre de vin vieux (attention, ça peut paraître très acide ! Commencer par en mettre 30 ml !)
400ml bouillon de volaille
200g pain de mie
1/4 ccafé piment d’Espelette
QS sel, poivre

Peler les tomates (si ça ne se fait pas tout seul, tracer une croix de la pointe d’un couteau sur le point opposé au trognon, les ébouillanter 30 secondes puis les rafraîchir immédiatement dans un bain de glace) et les épépiner.
Peler le concombre et l’épépiner.
Laver les poivrons, les épépiner.
Peler oignon et ail.
Couper tout ce beau monde grossièrement dans un saladier. Saler, poivrer, arroser de l’huile d’olive, filmer au contact et réserver au frigo pendant au moins 2 heures.

Pendant ce temps, reconstituer le cas échant le bouillon de volaille et le laisser refroidir tranquillement.
Ôter la croute du pain de mie, le déchirer grossièrement dans un grand bol, verser le bouillon dessus, filmer le bol, percer le film d’une pointe de couteau et « oublier » au frais, le bouillon finira de refroidir tout en faisant gonfler le pain de mie.

Une fois le temps de repos au frigo expiré, verser le contenu du saladier dans un mixeur à couteau (genre magimix), ajouter la mie de pain trempée sans chercher à l’essorer du tout, mais en délaissant le bouillon qui n’aurait pas été absorbé. Mixer à fond !
Ajouter le vinaigre : commencer par 2 csoupe, soit 30 ml, puis continuer au goût.
Rectifier l’assaisonnement.
Ajouter un peu de piment d’Espelette, au goût là aussi.

Verser dans une bouteille à l’aide d’un entonnoir sans aller jusqu’en haut, attendre quelques secondes que tout se stabilise dans la bouteille, puis verser délicatement quelques csoupe d’huile d’olive qui doit rester en surface et ne pas se mélanger au gaspacho : c’est une couche qui permet d’isoler le gaspacho de l’air ambiant, un peu comme la paraffine qu’on coule sur la confiture, ralentissant ainsi l’oxydation et permettant une conservation optimale du produit.
Bien fermer la bouteille et réserver au frigo 24 heures maxi.

Au moment de déguster, on peut jeter l’huile qui a servi à la protection ou la mélanger au gaspacho en secouant la bouteille… Au choix !

Servir avec des croutons, des petits dés de concombre ou de poivron bien craquants…

Pour notre pique-nique, c’était la première fois que je préparais mon gaspacho 24 heures à l’avance. D’habitude, je le fais en début d’après midi pour le soir… On le mange donc quasiment tout de suite après sa réalisation… J’ai été très surprise de la différence de goût par rapport à ce que j’obtiens d’habitude, et par rapport à ce que mon gaspacho goûtait lorsque je l’ai mis en bouteille : la saveur aillée s’était sérieusement intensifiée… J’en ai été très surprise ! Et finalement j’adore ça !

En remplaçant le bouillon de volaille par un bouillon de légume, on obtient une entrée végétarienne.

Pour le dessert, j’avais apporté une salade de melons (et oui, melonS au pluriel ! ) : Avec du melon jaune, du melon vert, du melon « cantaloup », c’est à dire notre classique melon à la chair orange, et de la pastèque (épépinée, je déteste les pépins dans la pastèque !), ouf personne n’avait fait la même chose ! 😉

Bon appétit !

Version imprimable

Publicités

5 réflexions au sujet de « gaspacho aux saveurs aillées : recette du pique-nique »

  1. Merci beaucoup pour cette très bonne recette! Je grasseyerai dès que le temps sera meilleur!J’aime beaucoup cette soupe froide ,je la sers avec des croûtons frits (ou de la mie de pain fritte),de l’oignon blanc doux (type espagnol),poivron rouge,jaune,concombre pour ceux qui aiment et un filet d’huile d’olive extra vierge.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s