accompagnements

fricassée de chouchou, chayotte ou christophine

Je souhaite vous présenter encore aujourd’hui un produit découvert à Maurice : les chouchous.

Selon les parties du monde où on les cultive, ces sortes de légumes (enfin ça serait plus légitimement des fruits, mais vu qu’on les consomme plutôt comme des légumes… Un peu comme les courgettes, quoi !) portent des noms bien différents. Je vous laisse lire si vous le souhaitez cet article de wikipdia en français tout en vous recommandant plutôt l’article en Anglais à mon avis plus complet. Mais en anglais. Mais plus complet. Mais en Anglais. Enfin bref, c’est vous qui voyez.

fricassée de chouchou (chayotte, christophine)

ici présentée avec un curry de poulet à la cacahuète.

Pour 4 personnes

3 chouchous
1 csoupe ail haché ( 3 ou 4 gousses)
1 csoupe gingembre haché (environ 2 ou 3 cm de racine fraîche)
On peut mettre des oignons ciselés si on veut, je n’en ai pas mis.
2 brindilles de thym frais
quelques feuilles de carri poullé (feuilles de curry) : facultatif. J’en ai sorti une poignée de mon congélateur, j’avais en effet congelé des feuilles fraîches trouvées un jour de chance à Madras Bazar.
1 verre d’eau (à utiliser csoupe par csoupe)
QS sel, huile végétale neutre (tournesol, colza, isio4 ou équivalent)

Quand vous choisissez vos chouchous, veillez à ce qu’ils soient bien fermes, qu’ils ne soient pas piquants (mais je n’en ai jamais vu de piquants), que leur peau ne soit pas fripée mais au contraire bien lisse. Certains sont un peu plus jaunes, d’autres d’un vert presque foncé, la couleur n’est donc pas une base de choix sauf qu’elle doit vous paraître « saine » (ma 3ème photo de chouchou a été faite avec des chouchous beaucoup plus verts).

Où trouver des chouchous ? Pour les lyonnais comme moi, j’en trouve à mon Auchan habituel, à Grand-Frais, à Madras Bazar, à Paris Store. il yen a sûrement ailleurs aussi, mais je ne connais pas tous les magasins de ma région !

Quand on coupe un chouchou en 2, on voit le cœur un peu plus sombre au milieu.

Un chouchou, c’est facile à préparer. En général, on le pèle avant de l’utiliser. Pour le peler, on va le découper suivant les points les pointillés hé vertige de l’amour rainures qu’on jurerait prévues à cet effet… Un peu comme les potirons, en somme… D’ailleurs c’est de la même famille.

Ainsi débité le chouchou sera facile à peler et on enlèvera le cœur sans difficulté. Vous remarquez la différence de couleur des chouchous ?

Allez, on, commence.
Peler et dégermer l’ail, puis le hacher menu ou l’écraser.
Peler puis râper le gingembre.
Ou bien utilisez les aides culinaires à votre disposition, purée d’ail et purée de gingembre, je vous en ai déjà parlé dans un précédent billet.

Couper, peler, enlever les cœurs des chouchous puis les couper en petits cubes.

Commencer par chauffer un peu d’huile végétale neutre dans une sauteuse possédant un couvercle, à feu moyen. Y mettre l’ail et le gingembre à roussir puis ajouter le thym et le carri poullé (le cas échéant).

Si vous n’avez pas de carri poullé (feuilles de curry), ce n’est pas grave, oubliez-le, ne cherchez pas à le remplacer par quoi que ce soit, et en tout cas surtout pas par du curry en poudre ou en pâte car ça n’a rien à voir !

Quand tout est bien sauté et coloré, ajouter les cubes de chouchou, bien mélanger pour les enrober,

ne pas laisser brûler !
Faire sauter sur feu moyen-vif 2 ou 3 minutes pour commencer à colorer, puis baisser le feu, couvrir et laisser cuire à l’étouffée en surveillant que ça ne brûle pas, que ça n’attache pas. On peut saler très légèrement pour faire rendre un peu d’eau, ou si ça sèche, on peut ajouter 1 ou 2 csoupe d’eau à la fois, juste pour ne pas laisser brûler. Remuer régulièrement.

C’est prêt quand les chouchous sont tendres mais fermes. Ça prend pas mal de temps. Bien plus que des courgettes. Bien 30 minutes minimum ! Faut surveiller, tester régulièrement de la pointe d’un couteau.

C’est un peu comme la courgette, le chouchou, ça n’a pas beaucoup de goût. C’est pour cela que, comme la courgette, on peut aussi bien en faire des gâteaux sucrés que des plats salés ou même le consommer cru, en salade. Et qu’il est recommandé, en version salée, de lui donner un assaisonnement assez relevé ou une sauce bien présente ! Et, si la sauce est très salée (comme ce sera le cas de la prochaine recette), veillez à ne pas saler, ou vraiment très peu, les chouchous.

Quand nous étions à Maurice, Malini nous avait préparé une fricassée de chouchou, celle que je vous reproduis dans ce billet (merci Malini !) et aussi une autre fricassée très semblable, la fricassée de calebasse.

La calebasse (merci Wikipedia), c’est encore une variété de cucurbitacée… Cette famille est carrément immense ! Voici une photo de celle que Malini avait cuisinée : un look pareil ça ne s’improvise pas et surtout ça s’immortalise en photo !

Curieuse courge que celle-ci, n’est-ce pas ?

Je vous laisse méditer sur cette calebasse, de la taille d’une belle courgette avec une longueur d’environ 25cm (comme mon avant-bras !) et de diamètre semblable à celui de mon avant-bras…

Bon appétit !

version imprimable

 

Advertisements

12 réflexions au sujet de « fricassée de chouchou, chayotte ou christophine »

  1. bonjour, de retour à Lyon, mais l’esprit est resté à l’Ile Maurice… c’est vrai que l’on voyage beaucoup sur votre blog…. j’attends toujours des recettes accessibles à toutes…. merci tout de même.. ANNE

    1. Oui, on adore la cuisine mauricienne ! Bon, maintenant ça fait plus de 2 mois qu’on est rentrés, et puis l’été est fini, donc je reviens peu à peu à la cuisine continentale, mais je garde vraiment un attachement très fort à cette cuisine colorée parfumée et souvent épicée !

    1. Alors là, je n’en ai aucune idée ! Je ne connais pas l’expression « calou
      pilé », donc je ne saurai répondre… Par ailleurs je suis sûre et certaine
      du terme « cari poulé », quelle qu’en soit l’orthographe, car je l’ai vu de
      mes yeux vu écrit au supermarché de Rivière Noire sur l’île Maurice.
      Et c’est vendu à Lyon sous le nom « feuilles de curry », en version fraîche
      ou séchée.
      Voici un lien qui peut peut-être vous être utile :
      http://www.facebook.com/note.php?note_id=188688214482

      Une petite recherche rapide sur internet s’imposait naturellement, donc
      voici ce que j’ai trouvé :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Kaloupil%C3%A9

      Conclusion, cari poulé à Maurice, Kaloupilé à la réunion, feuille de curry
      ailleurs, il semble que nous parlons en effet de la même chose ! Si on
      peut en croire mister Google !

  2. bonjour.
    Savez-vous où je peux trouver des feuilles de cari (séchées ou fraîches) sur Lyon?
    Je vous remercie d’avance, j’avoue que je n’en trouve nulle part! Au madras Bazar peut-être?

  3. Merci beaucoup pour votre réponse, je vais aller voir ce week-end ce fameux Madras Bazar. Quant à la petite boutique vers les Terreaux, je crois savoir de laquelle il s’agit, j’irai jeter un œil aussi! Merci encore, moi qui désespérais de trouver des produits indien sur Lyon! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s