plats

poulet aux aubergines à l’africaine, couscous de manioc

Adapté d’une recette de poulet « kedjenou », c’est un plat cuit en cocotte-minute qui vous offrira un poulet cuit à la perfection. Pas sèches, cuites à point, tendres et juteuses, les cuisses de poulet sont baignées d’une sauce épaisse et délicieuse qu’il conviendra peut-être de dégraisser un peu (à moins d’utiliser un poulet bio qui lui ne rendra sans doute pas de gras !) ?
On peut le faire soit avec un poulet entier découpé (garder la peau des poitrines) soit, comme moi, avec des cuisses de poulet recoupées pour séparer haut de cuisse et pilon.

Ce que je trouve particulièrement génial dans ce plat, à part sa méthode de cuisson que vous découvrirez plus loin, c’est l’utilisation de l’Attiéké : du couscous de manioc.

C’est vraiment curieux de penser qu’on peut faire du couscous à partir d’une racine, je pensais que c’était réservé aux céréales ! Je connaissais bien sûr le couscous de blé, depuis peu le coucous de mil (un régal) et maintenant se rajoute ce couscous de manioc, très différent sur le plan de sa nature mais de goût très proche de celui du couscous de mil. Cette idée de croûte de pain au levain, c’est vraiment ce que je trouve le mieux adapté à décrire le goût de ces 2 couscous. Un peu acide, un peu sucré, un petit goût de noisette aussi, bref c’est vraiment une découverte pour moi. Je trouve ces produits spécifiquement africains à Madras Bazar à Lyon, rue Sébastien Gryphe.

poulet aux aubergines à l’africaine, couscous de manioc

adapté du poulet kedjenou

Pour 3 personnes

Prévoir 45 minutes en tout

Pour le poulet :
3 cuisses de poulet recoupées (j’ai eu des restes)
1 grosse aubergine
2 poivrons rouges
1 gros oignons ou 2 moyens
1 ccafé débordante purée ail (2 grosses gousses d’ail ou 4 petites pelées dégermées et écrasées)
1 ccafé débordante purée de gingembre (entre 3 et 5 cm de gingembre frais pelé et râpé)
1 boite 400g pulpe de tomate
2 feuilles de laurier
1 brindille de thym (1/2 ccafé thym séché du commerce)
1 petit piment vert langue d’oiseau (facultatif)
QS sel, poivre

Pour l’attiéké :
200g d’attiéké moyen (couscous de manioc. Vous pouvez remplacer par du couscous moyen « normal »)
250ml eau
QS sel, huile végétale neutre ou huile d’olive

J’ai choisi de servir avec des épinards sautés mais ce n’est pas une obligation. Il y a déjà des légumes avec le poulet. J’avoue que j’apprécie l’amertume des verdures qui contraste avec la douceur des sauces tomate/poivron, et j’aime aussi le jeu des couleurs dans l’assiette !

pour les feuilles d’épinard :
1 csoupe huile végétale neutre
1 ccafé purée d’ail (ou 2 gousses d’ail écrasées)
1 ccafé purée de gingembre (ou 2cm de gingembre frais râpé)
1/4 ccafé curcuma en poudre
800g de branches d’épinard. J’utilise des épinards « de là-bas » (ne me demandez pas d’où…) qui sont en branches, comme des brèdes. Vous pouvez remplacer par n’importe quelle verdure équivalente : épinards « normaux », brèdes, feuilles de navets, vert de blette, légume chinois ressemblant aux blettes, ce que vous avez sous la main.
QS sel

Déroulement :

Dans la cocotte-minute, placer les cuisses de poulet, l’aubergine coupée en morceaux, les poivrons, trognon ôté et corps coupé en grosses lanières, 1 oignon émincé, l’ail et le gingembre, le laurier, le thym, la boite de tomate et le cas échéant le piment haché menu menu.

Saler, poivrer, tout bien mélanger

Fermer la cocotte-minute et mettre à chauffer sur feu moyen-doux. Pas trop fort parce que ça risquerait de brûler au fond, mais pas trop doux parce que ça ne cuirait jamais ! Il faut environ 15 à 20 minutes pour que le sifflement de la cocotte-minute commence.
Et non, on n’ajoute pas d’eau. L’eau de la boite de tomate et celle rendue par l’aubergine suffisent.

Je suis ensuite passée à la gestion des feuilles d’épinard. Je précise à nouveau qu’il y a déjà plein de légumes avec le poulet donc l’ajout de cette verdure n’est pas nécessaire, mais je l’ai fait, parce que je le vaux j’aime bien !

Pendant ce temps, laver et effeuiller les épinards.
Les épinards que j’ai choisis ne sont pas comme ceux que nous trouvons habituellement. Ils poussent en branche. Voici une photo des feuilles :

Dans une grande sauteuse, mettre à chauffer l’huile puis y faire roussir l’ail et le gingembre. Roussir ensuite quelques secondes le curcuma puis ajouter les feuilles vertes.

mélanger régulièrement, ça ne doit pas brûler, ne pas saler. Si, malgré un feu juste comme il faut, ça attrape, ajouter 1 csoupe d’eau, pas plus, et plusieurs fois si nécessaire.

Quand la cocotte-minute pschitte franchement, la prendre par ses poignées, la soulever en faisant attention à ne pas vous brûler les avant-bras, et remuer en un geste circulaire pour faire tournoyer son contenu, puis replacer sur le feu. Attention, ça pschitte super fort ! Faire ce mouvement 3 fois en tout espacées de 5 minutes. L’opération complète dure donc 15 minutes en tout. Continuer en même temps à surveiller les épinards.

Nous menons de front la surveillance de la cocotte-minute et celle des épinards, et nous allons ajouter à cela la cuisson de l’attiéké.

Voici la boite de l’attiéké, je la trouve très belle :

Mettre la bouilloire à chauffer.
Verser 200g d’attiéké dans un saladier. Ajouter une pincée de sel, mélanger.

Verser 250ml d’eau bouillante dessus, mélanger.
Couvrir d’un film alimentaire

Oublier au minimum 10 minutes

Quand les épinards sont complètements réduits, saler légèrement et laisser encore réduire s’il apparaît de l’eau de végétation, sinon c’est terminé.

Au bout des 3 fois de « tournage » de la cocotte-minute (donc 15 minutes de cuisson), couper le feu et laisser retomber la pression sans chercher à accélérer cette phase. Cela donne le temps de réchauffer les épinards si nécessaire, et de terminer la cuisson de l’attiéké.

Égrener l’attiéké à la fourchette, arroser d’un peu d’huile, refermer le film alimentaire et réchauffer au micro ondes 3 minutes à pleine puissance.

Servir chaud !

Le tournoiement des ingrédients a marché : rien n’a accroché ni brûlé au fond de la cocotte-minute. Le poulet était un peu gras, du coup la sauce l’était aussi, j’ai donc fait un peu attention à ne pas trop en mettre en servant.
J’ai fait plusieurs essais de cette recette, un avec plus de tomate (j’avais peur qu’il  n’y ait pas assez de liquide) et sans poivron, un autre en faisant dorer le poulet puis les retirant pour dorer les oignons avant de tout mettre en vrac et de poursuivre le déroulement normal de la recette. Mettre plus de tomate (ou de liquide en général) ne sert à rien sinon à délayer la sauce qui du coup est moins belle, moins épaisse, moins goûteuse. Quant à dorer poulet et oignons, ça rajoute beaucoup de temps de cuisson pour un résultat qui n’est pas significativement meilleur.

Mes photos sont ignobles ! Ah, elles ne donnent vraiment pas envie… Je n’avais aucune idée de présentation… En plus j’avais très faim, j’étais pressée… Mais ce n’est pas une excuse ! La goutte de sauce qui dégouline par exemple, ça fait moche…

Enfin bref, les photos sont moches, mais le plat est excellent !

Bon appétit !

Version imprimable

Advertisements

9 réflexions au sujet de « poulet aux aubergines à l’africaine, couscous de manioc »

  1. bonjour, j’attendrai l’été pour faire un tel plat – toujours l’ile maurice…. l’exotisme… difficile d’oublier… Pour ma part, ce ne sont pas des recettes qui me donnent l’eau à la bouche… mais il y a de la recherche.. bonne journée sous la neige et le froid.. courage… nous autres, ciel bleu et bonne température… ANNE

    1. @ANNE : Pas île Maurice, ce poulet (à part la cuisson des épinards), mais juste faisant suite à un passage dans une boutique où j’ai trouvé ce couscous de manioc. Ne sachant absolument pas comment l’utiliser, j’ai cherché. Et voilà !
      J’aurais pu intituler ce billet « poulet provençal au gingembre »… Ou « poulet aux aubergines et gingembre ». J’ai souhaité respecter l’origine Africaine de ce plat.
      Envoyez-moi encore du courage, j’en ai besoin, il fait toujours aussi froid et on nous annonce enfin un léger réchauffement mais… accompagné de neige !!!

  2. allez, je reprends : cette recette a l’air diablement délicieuse, mais bon, je pense qu’il vaut mieux attendre les légumes de saison… mais il y a de la recherche….. bon week end anne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s