apéro

gâteaux « songe » : beignets de taro

Voici de petites boulettes frites délicieusement parfumées pour un apéritif haut en couleur : les gâteaux « songe ». C’est ainsi qu’on les appelle sur l’île Maurice, et on les trouve également sous le nom de boulettes d’arouille… et plein d’autres noms encore ! Beaucoup de noms en effet pour cette racine bien connue dans les îles et le continent Africain, et que l’on trouve très facilement (oui, j’insiste ! Très facilement !) ici : il y en a toujours à Auchan, sous le nom de taro ou eddo. A Grand-Frais aussi ! Et bien sûr, aussi dans toutes les épiceries exotiques.

Voici les eddos que j’ai achetés :

les racines de « songe » sont blanches piquées de violet à Maurice, à Lyon elles sont blanches piquées de beige…

Les petits beignets qui en résultent ont la même couleur dorée et le même goût : c’est ça qui compte !

Vous allez vous dire que je m’obstine à vous parler de recettes bizarres aux ingrédients étranges et introuvables… Pourtant je n’ai eu qu’à aller à mon Auchan pour trouver mes eddos… Et parce que j’aime découvrir des plats du monde entier, j’aime aussi vous les faire découvrir en retour…

Surtout ces boulettes frites, elles n’ont pas de piment… Hé hé hé… Vous aviez peur, hein ? 😉

Regardez cette photo et laissez-vous tenter ! Mode vacances, rhum et ombrelle en papier garanti !

Gâteau « songe »

Pour une vingtaine de boulettes

500g de racine de taro ou eddo (l’eddo, c’est un petit taro, les taros font souvent bien plus qu’un kilo ! Il m’a fallu 3 eddos pour faire les 500g nécessaires)
1 tranche de pain de mie (je n’ai pas mis la croute)
1 pincée de sel
1 grosse pincée de sucre
1 morceau de gingembre frais d’environ 3cm
3  à 4 csoupe de fécule de maïs (maïzena)
QS huile de friture
servir avec  sauce pimentée (sauce sriracha ou concentré de tomate avec quelques gouttes de sriracha, ou encore ketchup, « hot » ou « normal »)

La sauce Sriracha :

Peler et râper (râpe à gros trous) les racines.

Peler et râper (râpe à petits trous) le gingembre.
Réunir dans un saladier avec la mie de pain déchiquetée en tout petits morceaux, le sel, le sucre et 3 csoupe de maïzéna. Mélanger à la main,

c’est super gluant,

gardez un robinet ou du papier absorbant à portée de main ! Si c’est trop liquide, ajouter 1 dernière csoupe de maïzéna.

Mettre la friteuse en route pour 180°C (ou comme moi une casserole à bord haut auquel j’accroche un thermomètre sonde…) et préparer une assiette couverte de papier absorbant.

Quand on est presque à 180°C, commencer à rouler la moitié de la pâte en boulettes un peu plus petites qu’une balle de ping-pong, les réserver sur une plaque ou une assiette sans qu’elles se touchent.

Les cuire à 180°C en les tournant régulièrement jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées. Les déposer sur le papier absorbant pour les égoutter. Procéder en plusieurs fois si nécessaire, il ne faut pas en cuire trop à la fois car cela fait baisser furieusement la température de l’huile et vous obtiendriez des boulettes molles et grasses au lieu de croquantes et  légères.

Pendant que la 1ère moitié cuit, former la 2eme moitié des boulettes tout en gardant bien la friteuse à l’œil !

Déguster ces beignets immédiatement, avec les doigts. Chacun les trempera dans un peu de sauce selon son goût !

Vous savez quoi ? Je me suis rendue compte que je faisais quand même pas mal de friture… Et que souvent je refusais de faire certains plats parce que leur préparation nécessitait un passage en friture… Non pas parce que ce n’est pas bon à la santé : on n’en mange pas non plus tous les jours ! mais plutôt parce que c’est trop ch**** (beeeeeeeeeep !) pénible pour moi de gérer cette huile (oui, bon, hein, chacun son truc ! Moi je suis flemmarde et je le revendique, j’en suis fière ! )
Alors hier j’ai acheté une friteuse ! Électrique, thermostatée, et avec minuterie ! Yesssss ! 😉

Version imprimable

Publicités

21 réflexions au sujet de « gâteaux « songe » : beignets de taro »

  1. Appétissant c’est le mot ..
    chez nous on fait si peu de friture que l’huile est rance la fois suivante .. alors ce sont des recettes qui reviennent cheres…. donc je zape automatiquement. c’est bete .; car cela l’air tellement délicieux ..

    1. @Colinette : Comment gardes-tu ton huile ? Moi je la filtre complètement après chaque utilisation (papier filtre) et je la remets dans une bouteille plastique, une bouteille de frial que je garde spécialement pour ça parce qu’elle est opaque. Et je garde à la cave. Même si je m’en sers peu, elle ne rancit pas ! Mais je pense quand même que je l’utilise plus souvent que toi !

  2. Oh là là….. avec le froid, nous sommes reparties dans les îles… bonne idée… mais Auchan est à 50 kms de l’arrière pays niçois… Alors, juste pour rêver…. bonne journée anne

    1. @Choupette : lol ! Rien ne t’échappe ! Je te rassure : même si j’en fais plus qu’avant, je suis très consciente du souci que la friture peut causer et ça reste quand même assez rare que j’en fasse ! Merci Choupette de te soucier de ma santé. #coeurs#

    1. @CCLaudia : eh bien ça a surtout le goût de gingembre, avec une toute petite pointe de sucre. Le taro est un peu un support, un peu comme les paillassons de pomme de terre ou les criques qui ont le goût des herbes etc. qu’on met dedans. Le taro râpé frit, c’est un peu comme la patate râpée et frite, c’est croustillant dehors, fondant dedans…

  3. Je suis pareille, une grande flemmarde de la friture, mais c’est plutôt à cause de l’odeur dégagée… Qui reste beaucoup trop longtemps à mon goût… Du coup, je n’en fais jamais… Mais nous arrivons à l’époque de carnaval, alors, c’est l’époque des bugnes… Il va falloir que je m’y mette!
    😉

    Bisous à toi!

  4. Salut……merci beaucoup pour votre recette, elle m’est tres familiere, car je suis Mauricienne mais etablie en Australie.
    Je connais bien cette recette, car j’en ai fait beaucoup de ces beignets deja.
    Ici en Australie, nos recettes mauriciennes sont aussi tres appreciees.
    Enchantee de vous avoir lue.
    Elise.

    1. @Elise : quand parfois j’ai envie de tout arrêter, de laisser tomber ce blog qui me demande bcp de temps, je reçois un message comme le vôtre, et ça soigne mon petit coeur… 😉 Un message d’Australie !!! Et pour parler cuisine Mauricienne, ma cuisine favorite !
      Merci Elise !

  5. pour éviter la friture : tailler le taro avec un couteau éplucheur, mettre une crevette crue (surgelée) entre deux lamelle de taro, attacher avec une ficelle, saupoudrer du colombo et passer à la poele dans une peu d’huile d’olive. servir avec une sauce nuc-man(excuser l’orthographe).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s