accompagnements

légumes, quinoa, épices en cuisson douce

Ce n’est pas du tout ce que j’avais prévu de publier…
En effet, c’est juste un « jifoutou » de restes de morceaux de légumes entamés…
Le genre de truc que je fais pour moi toute seule à midi tellement j’aurais honte de faire manger ça à n’importe qui d’autre… Ou éventuellement à mes ennemis si j’en avais ! lol !

Le résultat m’a tellement plu que j’ai choisi de le partager tout de suite avec vous !

Il s’agit pour moi d’un plat quasiment végétarien (j’ai mis du bouillon de volaille et de la crème, il suffirait de remplacer par du bouillon de légumes ou simplement de l’eau et de la crème d’origine végétale comme avoine ou soja par exemple pour en faire un vrai plat végétarien), mais dans notre cuisine de type « globalement français », je dirais que c’est plus à considérer comme un accompagnement d’une viande blanche.

Légumes, quinoa, épices en cuisson douce

legumes-quinoa-epices-02

Préparation : 0 : on fait au fur et à mesure.
cuisson : 2h

Pour 1 personne (ou 2 petits appétits)

1 échalote
2 toutes petites gousses d’ail, ça fait une « normale »
1/2 blanc de poireau
2 petites carottes
1 belle branche de céleri
3 feuilles de chou blanc, grande taille ( donc pas le coeur, pour le coeur il en faudrait beaucoup plus !)
1/2 courgette
2 csoupe de quinoa (mesurées rases)
1 csoupe poudre sambhar (j’ai trouvé cette recette sur le net, c’est celle qui est la plus proche de la compo de la poudre que j’ai achetée l’an dernier au salon Primevère. Ce qui est important, c’est que cette poudre contient des lentilles et des pois chiches en poudre, source de ce « goût en plus » d’une poudre de curry habituelle)
2 csoupe de crème (je voulais de la crème d’avoine ou de soja, je n’en avais plus… Damned… Alors crème à 12%)
125ml bouillon de volaille (ou de légume, ou de l’eau tout simplement)
QS huile d’olive (environ 2 ccafé), sel, poivre noir fraîchement moulu

J’ai utilisé ma super cocotte en terre noire pour une cuisson toute en douceur. Une cocotte en fonte ou une casserole avec couvercle et fond épais conviendrait parfaitement. Il faudrait néanmoins réduire un peu le temps de cuisson car la montée en température à l’intérieur de ma cocotte en terre est bien plus longue que celle de tout autre casserole « normale ».

Les proportions de liquide que j’indique ici sont liées à mon type de cocotte dont l’ébullition est tellement douce que très peu de vapeur s’échappe, et dont la taille est totalement adaptée pour 1 à 2 personnes. Avec une cocotte dont la surface du fond aurait été plus importante, j’aurais peut-être dû mettre plus de liquide. Alors pensez toujours à bien adapter les proportions à votre matériel, à votre source de chaleur.

J’aurais aimé réaliser cette cuisson au four à 120°C mais malheureusement mon four ne marche plus très bien, en tout cas il n’est plus fiable, et comme je ne voulais pas rester à côté de mon four armée de ma sonde de température pour surveiller, j’ai choisi la cuisson sur le gaz. Ce n’est pas économique, 2 heures de cuisson à feu tout doux tout doux, mais bon… C’est en attendant d’avoir un four neuf !

Allez, on attaque !

  • Peler une des 2 gousses d’ail et en frotter l’intérieur de la cocotte en terre, y compris les côtés, cela dépose un film qui empêche les aliments d’attacher.
  • Verser un peu d’huile d’olive et étaler fond de la cocotte.
  • Mettre à chauffer sur diffuseur et au réglage le plus doux possible pour le gaz.
  • Peler l’échalote et la couper en rondelles fines ; étaler au fond de la cocotte.
  • Peler la carotte et la couper en fins quarts de lune. Ajouter.
  • Peler le céleri et couper également en morceaux de la même taille (environ !) que la carotte, ajouter.
  • Peler la 2eme gousse d’ail, et ciseler finement, ainsi que la gousse d’ail ayant servi à tartiner la cocotte. Ajouter.
  • Émincer finement les feuilles de chou et ajouter. Le chou, c’est ce qui va mettre le plus longtemps à cuire. Donc si vous le souhaitez bien cuit, bien tendre, et plus du tout croquant, il faudra faire des lanières hyper fines.
  • Mélanger un petit peu, juste pour dire de répartir.
  • Rincer les 2 csoupe de quinoa et bien égoutter, ajouter.
  • Couper la courgette en quarts de lune un peu épais (ça fond à la cuisson, la courgette, alors si on souhaite en retrouver un peu sous la dent, il faut faire plus épais que les autres légumes.) Ajouter.
  • Chauffer le bouillon (ou l’eau), ajouter la poudre de sambhar pour la délayer, verser sur les légumes. J’ai préféré délayer pour assurer une meilleure répartition des épices plutôt que saupoudrer. J’utilise le bouillon bouillant pour ne pas abaisser la température dans la cocotte.
  • poivrer
  • Vérifier que l’ébullition arrive, monter un peu le feu si nécessaire (pas trop ! Attention ! La terre est sensible aux fortes variations de température !) puis rebaisser le gaz au minimum dès que l’ébullition est atteinte.
  • Fermer la cocotte et laisser cuire tout doux tout doux environ 1h30. Il faudra beaucoup moins de temps pour une cocotte en fonte, je pense que commencer à tester la cuisson au bout de 30 à 45 minutes serait une bonne idée…
  • Veiller au son qu’il y a bien une toute douce ébullition dans la cocotte, ajuster le feu en conséquence.
  • Goûter pour vérifier la cuisson. Si quinoa et chou sont assez cuits, couper le feu, sinon poursuivre la cuisson un peu plus longtemps.
  • Ajouter la crème de votre choix, mélanger, goûter, rectifier l’assaisonnement (j’ai ajouté du sel et un peu de sambhar saupoudrés dessus) et mélanger, couvrir et laisser finir de compoter 5 minutes, hors du feu.

legumes-quinoa-epices-01

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez apercevoir le diffuseur sous la cocotte.

La chaleur emmagasinée par la cocotte en terre permet de conserver longtemps les aliments au chaud… J’ai donc pu me servir une première fois, puis retourner terminer mon plat tellement c’était succulent !

Si j’avais eu un peu de coriandre, j’en aurais saupoudré quelques feuilles ciselées pour faire de la couleur. J’aurais pu mettre quelques pluches de céleri, mais je n’y ai pas pensé !

legumes-quinoa-epices-03

N’ayant pas destiné ce plat à une publication sur mon blog, je n’ai hélas pas d’autre photo… J’aurais aimé montrer comme d’une cocotte pleine on arrivait à la fin à juste cette quantité de légumes… Ça diminue de moitié.

Bon appétit !

PS : je ne fais pas de publicité pour cette cocotte en terre, je vous offre seulement par le biais du lien mentionné plus haut la possibilité de faire connaissance avec cette superbe pièce. De même, le lien que je donne pour la poudre de sambahr est juste un exemple de composition de cette poudre, je n’ai pas testé cette recette, c’est juste pour information. Vous trouverez sur le net des sites commerciaux pour acheter cette poudre ou d’autres recettes pour la fabriquer vous-même.

Publicités

6 réflexions au sujet de « légumes, quinoa, épices en cuisson douce »

    1. @ Nat@cha : c’est ma cocotte préférée pour toutes les cuissons super douces, et je prends la cocotte en fonte seulement quand je dois faire caraméliser une viande avant de mettre en cuisson douce. Des fois je caramélise à la poêle avant de verser dans ma cocotte en terre noire, ça dépend de ce que je veux faire… Je l’adooooore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s