confitures

Gelée de coing

Le cognassier du jardin est couvert de fruits cette année, il est donc temps de vérifier s’ils sont mûrs. Ils sont pour la plupart bien jaunes, même s’il en reste quelques uns encore verts. Je secoue l’arbre et je récupère ce qui tombe. Mon Nomamoi me demande de la pâte de coing : souvenir d’enfance… Comment lui refuser ?

Toute pâte de coing qui se respecte commence par de la gelée ! Alors c’est parti pour la

Gelée de coing

Comme d’habitude, c’est une méthode traditionnelle que j’utilise, pas de vitpris ou d’agar-agar ou autre. Pour moi la confiture c’est des fruits, du sucre, du jus de citron et éventuellement un tout petit morceau de beurre si jamais ça mousse trop violemment.

gelée-coing-02

Pour cette recette j’ai préparé :

2 kilos de coings
de l’eau,
1 torchon à gelée (lin ou coton, tissage adapté à filtrer le jus en gardant la pulpe et assez solide pour être vrillé sur lui même sans rompre) placé dans une passoire au dessus d’un grand saladier
puis, en fonction de la quantité de jus récupéré, le même poids en sucre
1 jus de citron
1 compresse de gaze

J’ai commencé par laver mes coings pour leur enlever leur duvet puis je les ai coupés en 4.
Misère ! Tous véreux ! Une horreur ! Du coup j’ai récupéré ce que j’ai pu, j’ai cueilli d’autres coings pour compléter, bref je ne sais pas quel poids de fruits j’ai eu…
J’ai gardé les coeurs et pépins, ça aide pour faire prendre la gelée.

EDIT : depuis la rédaction de cet article, j’ai fait la pâte de coing demandée par mon Nomamoi. Eh ben je peux vous dire que mettre déjà là les trognons et pépins dans un tissu ou une mousseline vous évitera de trier la pulpe après cuisson… Groumpfff… C’est du vécu, ce blog, moi je vous dis ! lol !

J’ai tout mis dans une grande casserole et couvert d’eau froide.
J’ai porté à ébullition avec un couvercle et j’ai cuit à petit bouillon, toujours à couvert, le temps que les morceaux soient cuits : une fourchette les traverse sans difficulté. Évidemment, avec mes gros morceaux, petits morceaux, les plus petits sont tombés en purée le temps que les gros cuisent, mais ce n’est pas un souci puisqu’on va filtrer tout ça.

Quand c’est cuit, on passe le contenu de la casserole dans l’étamine pour récupérer juste le jus. J’ai refermé l’étamine dessus pour pas que les mouches s’installent le temps que ça refroidisse assez pour être manipulable.

Quand c’est manipulable, on presse le torchon pour extraire un max de jus. J’ai trouvé un torchon à confiture il y a quelques années chez Alice Délice, il est super, je peux presser, tordre, vriller, il résiste et laisse échapper le jus sans un poil de pulpe. Topissime.

Ensuite, méthode de cuisson traditionnelle.

On pèse le jus récupéré, on ajoute le même poids de sucre, un jus de citron ; on lie dans une mousseline quelques cœurs de coings avec les pépins, on l’ajoute dans la casserole et on cuit environ 1 heure à partir de l’ébullition en touillant en permanence.

J’ai fait ma gelée au Thermomix, car je n’ai plus le temps de passer 1 heure à touiller devant la cuisinière. J’ai donc été limitée à un volume de 1 litre de jus, 1 kilo de sucre, il m’est donc resté environ 1/2 litre de jus. Ce qui n’est pas un souci car en fait nous ne mangeons pas de confiture… Quand j’en fais, c’est pour « pas gâcher » et du coup pour offrir ou pour quand des invités petit-déjeunent à la maison… Sinon, j’aurais répété l’opération une 2ème fois quand on a un TM de feignasse, ce n’est pas un problème ! 😉

Il m’a fallu environ 15 min / temp 100° /vit 2,5 pour fondre le sucre et atteindre l’ébullition.
Pendant ce temps, j’ai préparé ma mousseline.
Quand l’ébullition a été atteinte, j’ai arrêté le TM, placé la mousseline dedans, et réglé sur 60 min / temp varoma / sens inverse / vit 1  sans le bouchon. Pour éviter les projections, j’ai placé un entonnoir à confiture en inox sur le couvercle, comme le fait le fou sur sa tête dans l’imagerie populaire ;-).

Au bout d’1 heure de cuisson, tester si la gelée prend. Méthode technique : utiliser un thermomètre à sonde pour cuisson, il faut être à environ 105°C. Méthode traditionnelle : prélever un peu de gelée sur une cuiller, souffler pour refroidir et incliner la cuiller : la goutte qui se forme doit être assez visqueuse pour ne pas couler comme un liquide, pour rester accrochée à la cuiller… Elle peut tomber au bout d’un moment, faut pas non plus s’attendre à du béton… Le béton c’est impossible à tartiner !

Couler en pots préalablement stérilisés.

gelée-coing-01

J’ai obtenu les 4 pots de la 1ere photo et un fond de bol avec la quantité que j’ai faite. J’ai incliné le bol pour la 2eme photo, de façon à ce que vous voyiez bien sa tenue, sachant qu’elle était encore un poil tiède. Ce matin, elle était encore plus ferme. Et c’est sa vraie couleur, ce orange un poil rosé… Pas de trucage !

Je ne vous ai pas donné la méthode de stérilisation des pots que j’utilise ! Je prends des pots propres et je verse de l’eau bouillante dedans, ainsi que dans l’intérieur des couvercles. Je les retourne ensuite sur un torchon propre pendant que je règle mon four sur son programme de stérilisation à 130°C. Ensuite je mets les pots dans le bon sens (encore un peu mouillés à l’intérieur), ainsi que les couvercles sur une plaque de cuisson puis le tout au four pendant minimum 30 minutes. En général c’est le temps de cuire une confiture « normale », genre framboise abricot ou mure.
Et comme je risque de garder très longtemps ma confiture, je coule de la paraffine dessus pour bien la protéger.

Et la pâte de coings, je n’en ai encore jamais fait… Alors ce sera pour demain. Pourvu que ça marche… Mon Nomamoi serait tellement déçu si je n’y arrivais pas…

Bon appétit !

Advertisements

5 réflexions au sujet de « Gelée de coing »

  1. Quel courage ! C’est un sacré boulot … Il y a bien un cognassier sauvage sur notre chemin de balade préféré … Mais je ne suis pas certaine d’avoir vraiment l’envie de m’y coller ! Surtout que je n’ai pas de TM … Et que, du coup, si je comprends bien, je serais sensée touiller pdt 1 heure ?!
    A présent je mesure l’abnégation de mon ex-belle-mère qui faisait de la gelée de coing délicieuse … Même moi qui ne suis pas ‘confiture’ (j’en fais pour mon homme, pour nos invités et pour offrir …) j’adorais!
    Bravo à toi … Et dis-nous pour la pâte de coing …
    Bises!

    1. @Patricia : Heu… Y’a aussi la version au vitpris… 10 minutes de touillage seulement… 😉
      Mais j’ai arrêté les « additifs » même naturels s’ils ne se trouvent pas à l’état naturel dans ma cuisine. C’est pourquoi désormais dans mes confitures j’ajoute toujours de la pomme et une mousseline avec les pépins. Mais dans la gelée bien transparente, les pépins en mousseline passe encore, mais la chair… Niet ! 😉
      Et la pâte de coing sera mon prochain article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s