plats

Poisson blanc et tagliatelles de légumes vapeur façon thaïe

Voici aujourd’hui un plat que j’ai fait de nombreuses fois et que pourtant je n’ai jamais pris le temps de noter sur ce blog. Dommage, car l’autre jour j’en avais besoin, et plus moyen de retrouver mes petits papiers !

Je me suis dit que je devais absolument publier cette recette pour ne plus jamais la perdre !
Voilà qui est fait aujourd’hui.

Poisson blanc et tagliatelles de légumes vapeur façon thaïe

IMG_6179.JPG

C’est faisable sur 2 jours quand on a du monde par ex, on fait le bouillon seul la veille et yapluka le jour J le remettre à bouillir avec les compléments de saveur, le poisson et les légumes.

Je l’ai fait au Thermomix, mais avant d’avoir cet outil de feignasse que j’adore je faisais sans 😉
Par contre je ne mettais pas de tagliatelles de légumes. Ce TM me permet de rajouter des légumes à bien des plats que je réalisais sans avant !
Le principe à la casserole est exactement le même, sauf qu’on plonge le poisson dans le bouillon pour l’y cuire au lieu de le cuire à la vapeur. Demandez à votre poissonnier le temps de cuisson par pochage.

pour 4 personnes :

le bouillon de base :

de la pâte de curry verte, la dose peut aller de 1/2 ccafé à 3 csoupe selon la marque que vous utilisez.
1 tige de citronnelle, hachée grossièrement (5sec/vit5 au TM, rabattre, recommencer)
Environ 250ml d’eau (500ml pour moi car j’ai cuit le poisson et les tagliatelles de légumes à la vapeur tout en faisant le bouillon)

Et, parce que j’ai choisi de gagner du temps en cuisant le poisson et les légumes en même temps que je faisais le bouillon :

2 dos de cabillaud (n’importe quel pavé épais de poisson blanc convient. Pour des poissons fins, il faudra le rajouter en fin de cuisson)
quelques tagliatelles de courgette, de carotte et de poivron rouge.

J’ai donc porté à ébullition dans le TM (10 min/vit1/temp varoma) puis placé le varoma au dessus, légumes en bas et poisson en haut) pour 20 min environ (20 min/vit1/temp varoma).
J’ai ensuite gardé ça au chaud (après avoir testé que la cuisson était OK : poisson parfait, légumes un poil trop cuits, 15 min auraient suffi pour eux.)

Finalisation du bouillon :

200ml de lait de coco, mais c’est un maximum à ajuster selon votre tolérance digestive d’une part, et selon la quantité de bouillon de base dont vous disposez ! On veut juste légèrement blanchir le bouillon et l’aromatiser, en aucun cas obtenir une sauce crémeuse.
2 ccafé cassonade,
2 csoupe sauce de poisson (nuoc mam, fish sauce)
2csoupe jus de citron vert (soit 1 citron vert) et le zeste de ce citron vert.

J’ai ajouté les ingrédients ci dessus et à nouveau porté à ébullition.
Notez que si vous faites ça à la casserole,  c’est à ce moment là que vous allez pocher votre poisson. Surveillez bien la cuisson du poisson !
Goûtez et rectifiez l’assaisonnement. Trop sucré : ajouter sauce soja. Trop salé, ajouter sucre. Trop acide, ajouter lait de coco ou sucre. Trop « gras » : ajouter citron.

Service :

Riz vapeur non assaisonné
quelques feuilles de coriandre pour la déco

Pendant ce temps j’ai mis du riz vapeur réchauffé au micro ondes et les légumes dans une assiette, placé le poisson dessus, puis versé la sauce à travers un tamis (récupération de citronnelle et zeste de citron) et saupoudré de coriandre hachée.

Il y avait du bouillon pour 4, c’est normal car il faut souvent un volume minimum selon la casserole qu’on utilise, ou le bol du TM pour moi. Mais c’était tellement bon qu’on a tout mis…
Du coup ça nous a fait une « nage de poisson » ! lol !
Mais quel régal…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

plats

wok de poulet au brocoli et riz 3 couleurs

Le wok, vraiment c’est un de mes plats préférés ! Rapide, facile, et puis quand on a du monde, je trouve toujours sympa de voir les invités se lever et venir voir la cuisson… Tout le monde en groupe autour de la gazinière, ça discute, ça s’extasie devant les couleurs qui arrivent les unes après les autres, bref c’est super visuel…

wok de poulet au brocoli et riz 3 couleurs

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-18

une recette du magazine Good Food de février 2015, stir-fried chicken with broccoli and brown rice

Pour 2 personnes

prep 5 min
cuisson 30 min (20 pour le riz, 10 pour le wok)

200g de fleurettes de brocoli (j’en ai mis plus !)
1 ou 2 blancs de poulet, selon leur taille
1 pouce de gingembre (environ 2,5cm)
2 belles gousses d’ail
1 oignon rouge (ou d’une autre couleur !)
1 poivron rouge (en conserve dans la recette d’origine)
1 ccafé piment doux en poudre (j’en ai mis moins. Au goût, en fait !)
1 csoupe sauce shoyu (ou sauce soja, ou tamari)
1 csoupe miel
150g riz 3 couleurs (1 poche de 250g de riz déjà cuit dans la recette d’origine)
QS huile végétale neutre en goût et supportant ls fortes températures
1 cive ou oignon nouveau et quelques feuilles de coriandre pour la déco

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-01

Cuire le riz selon la méthode de votre choix, et selon les indications sur le paquet, au thermomix pour moi :

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-03

Réserver au chaud (je préfère le réchauffer au micro ondes au moment de servir).

Pendant ce temps, préparer les brocolis, couper le poulet en morceaux de la taille de grosses bouchées, peler oignon ail et gingembre, laver le poivron, ôter les graines et les parties blanches puis le couper en dés ou en lanières, couper l’oignon en lamelles. Ciseler l’oignon nouveau avec un angle, pour faire des grandes tranches.

Une fois le riz cuit et égoutté (et le thermomix libéré) j’ai pu mettre mon brocoli à cuire à la vapeur. Environ 10 min. Faut tester avec une fourchette, il doit rester croquant !
Oui, je sais, j’aurais pu profiter de la cuisson du riz pour placer mon panier vapeur au dessus et ainsi économiser temps et électricité, mais je trouve que le riz est plus « beau » quand on le cuit à 100° au thermomix plutôt qu’à température varoma… Ben oui, j’ai quelques restes de perfectionnisme quand j’ai un peu de temps devant moi… Mais si j’avais été pressée, j’aurais mis les 2 à cuire en même temps et j’aurai retiré le brocoli une fois la juste cuisson atteinte !

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-02

Il est tout à fait possible de cuire le brocoli à l’eau, il faut alors 3 minutes max de cuisson dans de l’eau bouillante salée. Le brocoli doit rester croquant.

On hache ensuite l’ail et le gingembre (le hachage a été fait au thermomix pour moi, 5sec/vit 5, racler les parois et recommencer si nécessaire)

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-04

Et on peut arrêter là pour reprendre au moment approprié.

Chauffer environ 2 csoupe d’huile dans le wok sur feu vif. Quand l’huile est très chaude, verser les poivrons

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-05

et laisser dorer en remuant presque continuellement jusqu’à ce que quelques zones brûlées apparaissent

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-06

ajouter l’oignon et poursuivre en remuant en permanence, tout doit être très doré sans complètement brûler évidemment !

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-07

Ajouter le piment en poudre, l’ail et le gingembre,

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-08

finir de colorer en remuant tout le temps, attention l’ail brûle très vite donc cette étape est super rapide

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-09

Ajouter le poulet,

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-10

bien mélanger pour dorer le poulet sur toutes ses faces

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-11

et ajouter alors le miel et la sauce soja et porter à ébullition (ainsi que la recette le préconisait, j’ai ajouté 4 csoupe d’eau pour assurer suffisamment de sauce), cuire environ 2 minutes en remuant en permanence.

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-12

Et en principe, là, le poulet est cuit. Tester la cuisson sur un des morceaux, il ne doit plus rejeter de sang, seul un liquide incolore ou blanchâtre est autorisé ! 😉

Ajouter enfin les brocolis, juste le temps de les réchauffer, en mélangeant en permanence pour bien les enrober de sauce.

 

Et voilà !

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-15

Il ne reste plus qu’à ajouter l’oignon nouveau ciselé, en gardant quelques tranches pour la déco

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-16

S’il n’y a vraiment plus de sauce du tout et que c’est tout sec, on peut ajouter un tout petit d’eau ou de sauce soja (goûter avant pour décider laquelle !)

Il ne reste plus qu’à servir avec les dernières tranches d’oignon et quelques feuilles de coriandre en déco.

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-17

J’oubliais : il y a du miel, mais on ne le sent absolument pas. Il sert à contrebalancer le sel de la sauce soja et à aider à la caramélisation lors de la cuisson. Ce n’est donc pas du sucré-salé, ni même du « doux-salé ».

Bon appétit !

 

plats

Pavé de saumon grillé miso-paprika-balsamique, wok de nouilles de riz

Encore un wok aujourd’hui… Pour une recette simplissime, et délicieuse.

saumon grillé miso-paprika-balsamique,
wok de nouilles de riz

pave-saumon-grille-miso-balsamique-18

Une recette du mag Good Food Grilled miso salmon with rice noodles

Pour 4 personnes (heu… On a tout mangé à 2… La honte… Mais c’était tellement bon…)

4 pavés de saumon
un peu d’huile supportant les hautes températures (tournesol, colza…)

Pour la marinade du saumon :
2 ccafé pâte de miso rouge (miso noir ??? dans la recette d’origine, j’ai pris ce que j’avais, du rouge)
2 ccafé vinaigre balsamique
2 ccafé sauce soja
1 ccafé paprika fumé (j’ai pris du doux, mais pourquoi pas du fort ?)

Pour les nouilles de riz :
200g nouilles de riz plates
3 csoupe huile végétale neutre en goût supportant les hautes températures
3 gousses d’ail
25g gingembre
3 cives ou cébettes ou oignons nouveaux (8 oignons chinois dans la recette d’origine)
1 piment rouge (2 dans la recette d’origine, mais 2 relativement doux… Les miens sont forts. J’enlève les graines)
100g de pousses de soja (en réalité des germes de haricot mungo. J’en ai mis 200g car je n’aurais pas su quoi faire du reste de mon paquet…)
1 petit bouquet de coriandre, les feuilles seulement, en en réservant quelques une pour la déco
1 csoupe sauce de poisson (j’ai pris du nuoc mam)

On peut tout préparer à l’avance et cuire au dernier moment.

On prépare donc tous les ingrédients.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-01

On commence par faire bouillir de l’eau pour cuire les nouilles. On les cuit dans l’eau bouillante non salée le temps indiqué sur le paquet (en principe c’est 3 minutes), puis on les égoutte dans une passoire et on les rince bien à l’eau froide courante pour éviter qu’elles se collent entre elles.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-08

Max le Momix m’a haché l’ail et le gingembre

pave-saumon-grille-miso-balsamique-02

(5s/vit 5, rabattre à la spatule, recommencer 2s/vit 5)

pave-saumon-grille-miso-balsamique-03

tandis que j’éminçais les oignons, la coriandre et le piment au couteau.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-07

Réserver le mélange ail gingembre dans un petit bol.

Mélanger les ingrédients de la marinade.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-04

(Max le Momix, pas besoin de rincer le bol après il et gingembre, 10s/vit3,5 , rabattre, recommencer)

pave-saumon-grille-miso-balsamique-05

Graisser avec un peu d’huile une plaque passant au four et y déposer les pavés de saumon, peau dessous, chair dessus, et tartiner la chair de la marinade.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-06

Préchauffer le grill du four.

A partir de là, une fois le grill chaud, il faut 5 minutes pour terminer.

Glisser le saumon sous le grill pour 5 minutes (6 à 8 minutes dans la recette d’origine, mes pavés étaient peu épais, 5 minutes ont suffit.

Immédiatement mettre un wok ou une poêle wok à chauffer sur feu vif. Y verser 3 csoupe d’huile. Y mettre le mélange ail gingembre à revenir, toujours sur feu vif et en remuant quasiment tout le temps.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-09

Ajouter piment et oignon, continuer à revenir sur feu vif.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-10

pave-saumon-grille-miso-balsamique-11

Quand ça sent très très bon 😉 (ça va très vite, et faut pas laisser brûler !)

pave-saumon-grille-miso-balsamique-12

ajouter les nouilles et les germes de soja, mélanger à fond.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-13

Ôter du feu, ajouter la coriandre,

pave-saumon-grille-miso-balsamique-14

mélanger, puis la sauce de poisson, mélanger.

A ce moment, le saumon est prêt, vite le sortir du four pour ne pas risquer de trop le cuire.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-15

Servir et décorer des feuilles de coriandre réservées.

pave-saumon-grille-miso-balsamique-16

Vous savez quoi ? On a donc mangé à 2 le plat entier, prévu pour 4… Trop bon. Et mon Nomamoi me dit : « la seule critique que je pourrais éventuellement faire, c’est qu’il y a trop de germes de soja… » Ha ha ben oui, puisque j’ai mis le double de la dose prévue pour éviter d’avoir un reste pourrissant dans le frigo… Il est trop fort, mon Nomamoi, non ?

pave-saumon-grille-miso-balsamique-17

Bon appétit

plats

crevettes sauce rouge, thermomix ou pas

Ça faisait bien longtemps que nous n’avions pas replongé dans la cuisine mauricienne, ça commençait à sérieusement nos manquer. Surtout qu’après avoir cuisiné pendant 1 semaine les restes du grand repas de thanksgiving (en avance) nous en avions ras le bol ! Il était temps de changer.

J’ai choisi de servir ces crevettes avec du riz basmati vapeur et des épinards surgelés, car cette cuisine des îles attache beaucoup d’importance aux couleurs dans l’assiette : rouge orangé, blanc et vert, les couleurs de base.

Crevettes sauce rouge

crevettes-sauce-rouge-11

Pour 4 personnes, nous ne sommes que 2 mais j’ai fait la sauce pour 4 quand même car on adore la sauce !

C’est Max le Momix qui a tout fait. Je vous donne donc les instructions pour le Thermomix, mais aussi pour les méthodes traditionnelles.

Compter environ 5 à 7 belles crevettes crues par personne (des surgelées dégelées pour moi)
2 petits oignons (je n’en avais plus qu’un, j’ai complété avec de l’oignon surgelé)
3 petites gousses d’ail
1 petit piment langue d’oiseau rouge (facultatif)
environ 3 cm de gingembre
1/2 ccafé curcuma
2 tomates, ou 4 petites (ou 1 boite de pulpe/dés de tomate de 400ml, ou 2 tomates entières en conserve sans leur jus)
1 csoupe sauce d’huître (ou du sel, au goût)
quelques feuilles de coriandre
1 ou 2 csoupe d’huile végétale neutre en goût (tournesol pour moi)
QS feuilles de coriandre fraîche pour la déco
du riz basmati vapeur et une tombée d’épinards (ou de brèdes, c’est encore mieux !) pour servir, comme pour ce plat

crevettes-sauce-rouge-01

Méthode traditionnelle :

Peler et hacher l’ail très finement.
Peler et hacher finement le gingembre
Ciseler finement le piment, gardez les graines pour une version plus… gaillarde !
Peler et hacher l’oignon
Couper les tomates en dés
Décortiquer les crevettes
Chauffer sur feu vif l’huile dans une poêle wok ou une sauteuse.
Y faire rissoler (sans brûler !) le mélange ail gingembre en mélangeant de temps en temps.
Ajouter l’oignon haché, le piment et le curcuma, laisser sur feu vif pour commencer à dorer.
Ajouter les dés de tomate, baisser le feu et mijoter 10 à 15 minutes environ, ajouter 1/2 verre d’eau si ça épaissit trop.

Quand la sauce est OK, ajouter la sauce d’huître (ou le sel), mélanger, ajouter les crevettes, mélanger et mijoter 3 minutes : dès que les crevettes sont roses, c’est prêt.

crevettes-sauce-rouge-13

Max le Momix :

Peler l’ail, le piment et le gingembre, les mettre dans le bol et programmer 5 secondes/vitesse 5, avec le bouchon. Racler les parois et remettre 3 secondes/vitesse 5 si nécessaire. Racler à nouveau.

crevettes-sauce-rouge-04

Verser l’huile et programmer 5 minutes/température varoma/vitesse 1 sans bouchon

Pendant ce temps, peler les oignons et les couper en 2, ôter le trognon des tomates et les couper en 2, et décortiquer les crevettes, les réserver au frais.

Au bip, ajouter l’oignon et mixer 5 secondes/vitesse 5 avec le bouchon. Racler les parois si nécessaire et ajouter le curcuma puis remettre 5  minutes/température Varoma/vitesse 1 sans bouchon. Bon, j’ai oublié mon curcuma alors je l’ai ajouté après…

Au bip, ajouter les tomates,

crevettes-sauce-rouge-05

mixer à nouveau 5 secondes/vitesse 5 avec le bouchon.

crevettes-sauce-rouge-06

Et c’est donc là que j’ai mis le curcuma, que j’aurais dû mettre avant, rappelez-vous ! Faut suivre ! 😉

Puis programmer 15 minutes/100°/vitesse mijotage sans bouchon. Placer le panier vapeur (pas le varoma) pour éviter les projections.

crevettes-sauce-rouge-08

Si la sauce vous paraît trop liquide, poursuivez la cuisson, – bien évidemment, si elle est trop épaisse, ajoutez un peu d’eau et portez à nouveau à ébullition avant de poursuivre – et sinon étape suivante :

Ajouter les crevettes et la sauce d’huitre (ou le sel),

crevettes-sauce-rouge-09

programmer 3 minutes/100°C/sens inverse/vitesse mijotage sans bouchon mais avec panier vapeur 😉

crevettes-sauce-rouge-10

Service :

Et on sert avec le riz vapeur et la tombée de verdure (épinards surgelés pour moi), puis on saupoudre de quelques feuilles de coriandre ciselées.

crevettes-sauce-rouge-12

Punaise… Trop bon…

Comme vous pouvez le voir, il y a beaucoup de sauce, trop à la limite… Mais pour nous il n’y en a jamais trop ! 😉

Bon appétit !

plats

Chili de veau rapide aux patates douces

Voici une recette parfumée, délicieuse et surtout hyper rapide à faire.
Elle est tirée d’un livre destiné à perdre quelques kilos pour rentrer dans son maillot de bain, mais vous qui me connaissez, vous savez que les régimes c’est pas mon truc. Comme disait je ne sais plus qui, « j’ai quelques kilos à perdre mais je n’aime pas perdre »… 😉
Bref.
La version d’origine se fait avec de la dinde, encore plus maigre que mon veau, et ne prévoit pas de riz en accompagnement. Et ne prévoit qu’une petite patate douce à chair orange par personne, moi j’ai ajouté une patate douce à chair blanche pour gouter, je n’en avais jamais mangé.

Chili de veau rapide aux patates douces

chili-veau-patate-douce-01

Basé sur une recette du livre Mon régime du lundi au vendredi aux éditions Marabout Chef

Pour 2 personnes

Compter 30 minutes en tout.
J’ai servi avec du riz noir… Le plus long, c’est le riz… 40 minutes…

2 patates douces orange, si possible bio (1 par personne donc elles ne doivent pas être trop grosses). Mais comme je n’avais jamais goûté de patates douces à chair blanche, j’ai voulu essayer. Et pour ne pas perturber mon Nomamoi, j’ai donc mis aussi celle à chair orange, au cas où on n’aurait pas du tout aimé celle à chair blanche. Ce qui a fait beaucoup trop de patate douce…
250g veau haché (ou dinde ou poulet, bref une viande blanche pas trop grasse. Avec mon veau, j’étais limite…)
1 oignon
4 gousses d’ail
1 carotte
1 csoupe cumin moulu (commencer par 1 ccafé et ajouter au goût)
1 petit piment langue d’oiseau
1 boite de pulpe de tomate 400g
200g haricots rouges ou noirs en boite pesés rincés et égouttés.
QS huile d’olive, parmesan fraichement râpé, sel, poivre, coriandre pour décorer

Vous pouvez remplacer piment et cumin par un mélange spécial chili tout prêt.

Préparer tous les ingrédients :
Hacher la viande, réserver.
Peler l’oignon, le couper grossièrement en quartiers, les mettre dans le bol du mixeur.
Peler et dégermer l’ail, l’ajouter dans le mixeur.
Peler la carotte (ou la gratter si elle est bio) et la couper grossièrement en une dizaine de tronçons, mettre dans le mixeur.
Ôter ou non les graines du piment (selon votre tolérance au piment) et le mettre aussi dans le mixeur.
Pulser plusieurs fois jusqu’à obtenir de petits morceaux mais surtout pas de la bouillie ! Réserver.
Mettre la bouilloire à chauffer.

Bien laver les patates douces car on ne va pas les peler, d’où l’intérêt qu’elles soient bio dans la mesure du possible. Les piquer profondément de la pointe d’un couteau. Les placer dans un plat passant au micro-ondes. Ajouter 1 csoupe d’eau. Couvrir d’un film étirable adapté. Installer dans le micro-ondes, on n’aura plus qu’à appuyer sur le bouton.

Mettre un peu d’huile d’olive à chauffer sur feu moyen dans une cocotte à fond épais.
Quand l’huile est chaude, y mettre la viande à revenir environ 5 minutes en remuant fréquemment. On veut cuire la viande et la colorer légèrement.
Quand la viande est cuite, ajouter les légumes mixés, mélanger.
Laisser suer, toujours sur feu moyen, environ 3 minutes.
Ajouter le cumin (commencer par 1 ou 2 ccafé, il sera toujours possible d’en rajouter ultérieurement) et la boite de tomate.
Verser de l’eau bouillante dans la boite jusqu’à mi-hauteur et verser dans la cocotte (ça rince la boite). Mélanger et laisser monter à ébullition, toujours sur feu moyen. Puis baisser le feu au minimum pour mijoter le temps de cuire les patates douces.

Lancer la cuisson au micro-ondes, 8 minutes à pleine puissance.

Pendant ce temps, râper le parmesan et préparer les citrons, ciseler quelques feuilles de coriandre.

Au bout de ce temps, tester la cuisson des patates : la lame d’un couteau doit pénétrer facilement à cœur, sinon prolonger la cuisson.

Goûter le chili et rectifier l’assaisonnement.
Servir le chili avec les patates douces coupées en deux.
Saupoudrer de parmesan, arroser de quelques gouttes de jus de citron, terminer avec la coriandre.

chili-veau-patate-douce-03

J’ai choisi de servir avec du riz bien que ce soit un plat très complet déjà sans cela. Du riz noir, en plus. Pourquoi ? Parce que la couleur de ce riz me plait. 40 minutes de cuisson, quand même, ce riz noir… Donc pas rapide du tout, contrairement au chili en lui même… Mais c’est un riz excellent, au goût de noisette, et sa couleur violet hyper foncé est magnifique.

Ne zappez pas le jus de citron au moment de servir, il change tout !

Quant à la patate douce à chair blanche, j’ai adoré. Elle n’a rien à voir avec celle à chair orange… Si vous ne connaissez pas, je pourrais vous résumer ces 2 sortes de patates douces en disant que la patate douce à chair orange a la couleur et la consistance d’une courge un peu plus sucrée que notre potiron habituel, tandis que la patate douce à chair blanche est comme une pomme de terre farineuse un poil plus sucrée que notre bonne vieille patate à soupe classique !

chili-veau-patate-douce-02

Bon appétit !

plats

Porc sauce aigre douce

Un peu de cuisine rapide aujourd’hui.
Quoi de plus rapide qu’un bon wok ?

Ce qui est le plus lent dans c’t’affaire, c’est d’arriver à mettre une vidéo ! 😉
Mais ça a l’air de marcher.
La vidéo que vous découvrirez plus loin inclut une bande son, mais par souci pour les bébés qui dorment, les collègues de boulot qui bossent et les papys qui font la sieste, j’ai réglé le volume à 0, vous pourrez le monter vous-mêmes. Mais bon, entendre des légumes griller dans un wok, c’est pas super passionnant non plus… Bref.

Porc sauce aigre douce

wok-porc-sauce-aigre-douce-08

Un recette du livre Nouvelles recettes au wok de la collection Marabout.

pour 4 pers
prep 10 min
cuiss 15 min

matériel : wok

1/2 ccafé 5-épices en poudre
2 ccafé noailly-prat
1 ccafé sauce soja
500g filet de porc en tranches fines
1 ou 2 csoupe huile végétale neutre supportant les hautes températures (colza, tournesol…)
1 ccafé huile de sésame grillée (chinoise)
1 gros poivron rouge (350g) en gros morceaux
1 poivron vert moyen (200g) en gros morceaux
1 oignon rouge moyen (170g) en tranches fines
1 petit ananas (900g) détaillé en cubes

sauce aigre douce :
60ml eau
2 café sucre poudre
2 ccafé vinaigre blanc chinois
2 ccafé sauce soja
2 ccafé sauce tomate (j’ai utilisé de la sauce tomate panzani en tube)

Servir avec du riz vapeur (basmati)

wok-porc-sauce-aigre-douce-06

Mélanger dans un récipient le 5-épices, le vin blanc et la sauce soja. Ajouter les lamelles de viande et bien mélanger, couvrir et mariner le temps de faire le reste (ou plus longtemps au frigo)

wok-porc-sauce-aigre-douce-01

Préparer les poivrons et oignons, réserver dans un récipient.

Préparer la sauce aigre-douce dans un petit bol, réserver.

Préparer l’ananas, réserver dans un autre récipient.

wok-porc-sauce-aigre-douce-02

Chauffer un wok. Quand il est chaud, ajouter l’huile végétale neutre en la faisant ruisseler le long de la paroi.
Sauter les poivrons et l’oignon.

[jwplayer player= »1″ mediaid= »56502″]

Quand ils sont tendres et légèrement dorés, ôter du wok et réserver.

Si nécessaire, remettre un peu d’huile. Égoutter la viande (réserver la marinade) et la saisir dans le wok. Procéder en plusieurs fois, car s’il y a trop de viande, la température dans le wok sera insuffisante pour saisir la viande : une grande quantité de jus va apparaître et la viande va bouillir au lieu de griller.
J’avais prévu une petite vidéo ici, mais elle a été filmée avec mon téléphone en position verticale, et du coup l’image est ridicule… Mieux vaut ne pas vous la montrer… J’apprends, que voulez-vous, j’apprends, c’était ma 1ere fois !

Quand elle est toute dorée, la sortir du wok et réserver.

Verser la sauce et la marinade dans le wok, porter à ébullition.

wok-porc-sauce-aigre-douce-03

Remettre les poivrons et oignons, bien mélanger. La sauce va commencer à épaissir un peu. Ajouter la viande, mélanger en permanence.

wok-porc-sauce-aigre-douce-04

Hors du feu, ajouter l’ananas, quelques gouttes d’huile de sésame et bien mélanger.

wok-porc-sauce-aigre-douce-05

Servir avec un riz basmati vapeur.

wok-porc-sauce-aigre-douce-07

des couleurs pareilles, c’est incroyable !

wok-porc-sauce-aigre-douce-09

Alors, la vidéo, ça vous dit ?
J’en fais d’autres ? Pour les futurs billets à venir ? Et quand j’ai Fifille n°2 à la maison pour tenir la caméra, sinon, c’est compliqué… 😉

plats

curry de chou-fleur au yaourt

C’est un curry très particulier que je choisis de vous proposer aujourd’hui. Un curry quasiment « sec » : il n’y a que peu de sauce. Et en plus cette sauce est à base de yaourt…
Le mélange d’épice est surprenant, et le résultat l’est aussi ! Délicieux, et surprenant. Je pense qu’il intéressera les palais les plus curieux d’entre les vôtres… 😉
Bref, c’est un plat que je vous recommande de tester chez vous avant de le faire pour vos invités !

Curry de chou-fleur au yaourt

curry-chou-fleur-yaourt-06

Traduit et adapté du livre Complete Indian Cooking

Pour 4 personnes

prep : 15 min (le plus long pour moi a été de retrouver les épices : j’en ai de partout !!!…)
cuisson : environ 45 min

matériel : une sauteuse assez large pour contenir les bouquets de chou-fleur sans qu’ils se chevauchent.

2 coupe huile végétale neutre en goût (tournesol, isio 4, colza…)
1 chou-fleur moyen (environ 750g), détaillé en bouquets de taille à peu près identique (donc recouper les plus gros)
300ml de yaourt, j’ai utilisé au lait de brebis : texture plus riche, plus oncteuse à mon goût…)
2 gros oignons, pelés et hachés
2 gousses d’ail, pelées, dégermées et écrasées au presse-ail
4 feuilles de laurier
300ml d’eau bouillante
QS sel
il fallait aussi une pincée d’asafoetida, un truc qui pue – ainsi que son nom l’indique – que je n’ai pas l’honneur d’avoir dans mes placards, donc je n’en ai pas mis.

et pour les épices :
6 clous de girofle
6 grains de poivre noir (j’ai pris du poivre sauvage de Madagascar)
1 gousse de cardamome noire, juste fendue de la lame d’un couteau pointu
2 gousses de cardamome verte, fendue aussi
2 demi-bâtons de cannelle soit 5cm en tout (en général la cannelle est vendue en demi bâtons, les grands étant plus grand que les pots Ducros ou Amora ou autre marque de la grande distribution.)
1 ccafé graines de coriandre
1 ccafé graines de cumin
1 ccafé piment rouge en poudre (facultatif je suppose…) (remplacé par 1/2 ccafé de flocons de piment séché, avec les graines)

et j’ai servi avec du riz basmati.
Et accessoirement un autre curry que je voulais goûter, que vous trouverez dans ma prochaine publication, qui est absolument délicieux lui aussi, plus proche de nos habitudes gustatives que le curry de chou-fleur que je vous présente aujourd’hui, et qui ne va absolument pas avec ! lol !

Chauffer à feu moyen 1csoupe d’huile dans une large sauteuse, y ajouter l’asafoetida (si vous en avez, moi pas) et les bouquets de chou-fleur et laisser revenir environ 5 minutes. Ça dore un peu, pas beaucoup.
Retirer à l’aide d’une cuiller à trou ou d’une écumoire et réserver dans un saladier supportant la chaleur du chou-fleur. Verser les yaourts dessus, mélanger.

curry-chou-fleur-yaourt-02

Remettre 1 csoupe d’huile dans la sauteuse, toujours sur feu moyen, et quand l’huile est chaude, y faire suer les oignons, l’ail, les feuilles de laurier et tous les épices sauf le piment.

curry-chou-fleur-yaourt-01

Saler. Les oignons doivent commencer par devenir transparents, c’est à dire cuire, avant de colorer. Laisser suer ainsi jusqu’à coloration dorée des oignons. Si les oignons colorent sur les bords avant d’avoir eu le temps de cuire et de devenir transparents avant, baissez le feu, ajoutez une goutte d’eau, c’est trop chaud !
Ajouter enfin le piment, mélanger.

curry-chou-fleur-yaourt-03

Ajouter le chou-fleur et son yaourt, bien racler le saladier pour ne rien laisser perdre !

curry-chou-fleur-yaourt-04

Mélanger, baisser le feu et laisser mijoter doucement 10 minutes.
Verser alors l’eau bouillante, mélanger et laisser mijoter encore 25 minutes en mélangeant régulièrement.

curry-chou-fleur-yaourt-05

Le chou-fleur doit être tendre et il doit rester un petit fond de sauce pour éviter que ça brûle au fond. Dans mon cas, le chou-fleur n’était toujours pas cuit… Alors j’ai mis un couvercle et prolongé la cuisson de 10 minutes, et c’était OK.

curry-chou-fleur-yaourt-08

Un régal avec du riz basmati nature, tout simplement !

curry-chou-fleur-yaourt-07

Il peut être intéressant de retirer les épices « dures » avant de servir, c’est certes moins décoratif, moins joli sur l’assiette, mais ça peut éviter des accidents de dentier ou des recrachages brutaux : personne n’aime croquer dans un clou de girofle, un grain de poivre (quoi que… 😉 ) ou une gousse de cardamome…

Bon appétit !

plats

curry de porc au lait de coco et à la citronnelle des Soeurs Scotto

Voici à nouveau une recette tirée d’un livre que je qualifierai d’exceptionnel, « Secrets de cuisine des soeurs Scotto ». Ce livre, si vous ne l’avez pas déjà, je vous le recommande, c’est une bible pour toutes les personnes qui comme moi aiment la petite touche d’exotisme apportée par quelques épices bien choisies et bien dosées. Jamais je n’ai raté une des recettes de ce livre, et toujours nous nous sommes régalés. Simplicité des recettes, lecture aisée, vocabulaire « normal » et compréhensible par tout un chacun, bref quand je vous dis que c’est ma bible en cuisine, vous comprenez pourquoi.

curry de porc au lait de coco et à la citronnelle
des Soeurs Scotto

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-08

Une recette des soeurs Scotto prise dans leur livre « Secrets de cuisine des soeurs Scotto », curry de porc coco citronnelle

Pour 4 personnes

Prep 20 min
Cuisson 1h30 (2h en tout pour moi avec ma cocotte noire spéciale cuisson douce qui met bien 30 minutes pour monter en chauffe !)

matériel nécessaire :
– cocotte ou sauteuse possédant un couvercle,
– mixeur ou blender,
– passoire fine ou chinois étamine

Il est important de respecter la taille des morceaux de viande et de ne pas dépasser les 1h30 de cuisson de la viande : pour l’avoir fait, je peux vous dire que ça rend la viande un poil sèche et filandreuse, ce qui n’est absolument pas le cas quand on arrête la cuisson au bon moment ! Mais soyez rassuré(e) : même un poil sèche et filandreuse, la viande reste tendre et humide, c’est juste excellent au lieu de sublime ! 😉
Voici ce que j’ai pris/fait :

800g échine de porc coupée en morceaux de 3cm de côté. Pas moins de 3cm car ça réduit en cuisant et il ne reste plus que des petites bouchées de rien du tout.
1 boite 400ml lait de coco
100g oignon, pesé puis pelé et grossièrement haché
2 grosses gousses d’ail, pelées et dégermées puis hachées grossièrement (J’ai utilisée l’une d’elles pour frotter le fond de ma cocotte en terre, puis je l’ai soigneusement remise avec sa copine, et je les ai hachées).
3 bulbes de citronnelle fraîche, pelée de sa feuille extérieure dure et sèche, les 2 extrémités jetées car dures et/ou sèches, et la partie consommable finement ciselée. (vous en verrez plus sur mes photos car je congèle les tiges coupées en 2 pour qu’elles tiennent dans ma boite en plastique !)
50g gingembre frais, pesé puis pelé et haché grossièrement
1 petit piment langue d’oiseau, coupé en 2 et graines ôtées (cueilli sur la plante qui a refleuri dans son pot placé dans ma cuisine juste devant la fenêtre, en plein Sud !)
2 ccafé curry en poudre
1/2 ccafé cannelle moulue
2 csoupe feuilles de coriandre ciselées, plus quelques feuilles pour la déco
1 csoupe jus de citron vert
QS sel, poivre noir fraîchement moulu

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-01

Ainsi que je le disais dans la liste des ingrédients, j’ai commencé par frotter le fond de ma cocotte en terre noire avec ma gousse d’ail avant de la hacher avec sa copine. Ceci est lié à ma cocotte, cela lui donne de l’étanchéité car elle est poreuse. Si vous n’avez pas cette cocotte, vous n’avez pas besoin de le faire.
Dans le même ordre d’idée, j’ai tout de suite mis ma cocotte à chauffer doucement sur le diffuseur à feu très doux avec juste un fond de lait de coco dedans. Cela aussi, vous n’aurez pas besoin de le faire avec une autre sorte de cocotte.

Dans le bol du mixeur, j’ai mis mes oignons, l’ail, le gingembre, la citronnelle, le curry, la cannelle, le piment, du sel et du poivre noir fraîchement moulu, et j’ai commencé à mixer un peu déjà pour obtenir des morceaux un peu plus petits. J’ai ensuite ajouté le lait de coco et j’ai continué à mixer jusqu’à obtenir une pâte liquide et granuleuse.

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-02

J’ai filtré cette pâte au dessus de ma cocotte dans une passoire étamine en pressant bien pour faire sortir les sucs au maximum

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-04

Un liquide coloré et magnifiquement parfumé est venu rejoindre le fond de lait de coco dans la cocotte noire qui commençait à chauffer.
Si vous n’avez pas de cocotte noire mais une cocotte en fonte ou une sauteuse, vous avez pressé votre pâte au dessus d’une cocotte vide et froide 😉

J’ai ajouté les cubes de viande dans la sauce et j’ai mis sur feu moyen

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-03

puis j’ai mélangé, couvert et attendu que ça commence à bouillir, et j’ai alors baissé le feu au minimum pour 1h30 en mélangeant de temps en temps.

Et puis dans ma passoire, je me suis dit que quand même, quel gâchis… Tout ce bon oignon, ces herbes, ces épices qui allaient partir à la poubelle ! Je me suis dit que j’allais essayer de presser ça un peu mieux. J’ai mis cette pâte déjà pressée ue première fois dans des sachets à thé, et j’ai pressé au dessus de ma cocotte : j’ai réussi à extraire encore un peu de jus parfumé avant que le sachet se déchire entre mes doigts.

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-05

Du coup, quand j’ai refait ce plat une 2ème fois, je ne me suis pas cassé la tête, j’ai mis la pâte déjà pressée une fois dans la passoire étamine dans mon linge à faire les gelées, et j’ai pressé jusqu’à ce que mort s’en suive mes bras n’en puissent plus ! Cela m’a donné une quantité de jus plus importante que la 1ere fois. Ce qui a donné une sauce bien plus forte en goût que la 1ere fois. C’est pourquoi je ne vous conseillerai pas de faire cela. Presser à fond dans la passoire étamine puis éventuellement entre les doigts un petit peu, c’est suffisant, je pense qu’au delà on dénature le plat attendu avec trop de puissance. Si on m’avait dit qu’un jour j’écrirais ça, je ne l’aurais pas cru, je me serais moquée…
Et en plus, ça a fait déphaser mon lait de coco :

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-09

tout le gras est monté à la surface ! Je vous rassure : j’ai enlevé la viande et j’ai passé la sauce au mixeur plongeur pour ré-émulsionner les 2 phases et tout est rentré dans l’ordre, la preuve en photo :

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-10

Avec ma cocotte en terre noire, j’ai pu couper le feu 1/4 d’heure avant la fin de la cuisson.

Il ne reste plus qu’à ajouter la coriandre et le jus de citron, mélanger, goûter et rectifier l’assaisonnement.

J’ai servi avec du riz basmati, saupoudré de coriandre ciselée.

curry-porc-coco-citronnelle-scotto-07

Je remercie les soeurs Scotto pour cette superbe recette.

Bon appétit !

 

entrées

salade de céleri rave à la pomme verte

En ce moment, mon foie a des soucis pour s’acclimater : des jours on lui propose des plats bien réchauffants, adaptés aux froides journées de fin d’hiver/début de printemps, et d’autres jours, on se croirait en été et il ne laisse rien passer ! Je fais une petite cure de jus de radis noir et d’artichaut, ça aide bien, mais il s’agit de ne pas contrer les bienfaits de cette cure avec une alimentation trop riche et globalement inadaptée.

Salade de céleri-rave à la pomme verte, sauce au yaourt de brebis et à la menthe

salade-pomme-verte-celeri-02

adapté d’une recette du livre « Moi, je cuisine vert et gourmand » de Brigitte Namour

C’est une entrée, à la base, mais nous, pour en faire un plat complet, nous avons ajouté du hareng acheté dans une grand magasin Suédois, si vous voyez ce que je veux dire 😉
Voici ce que j’ai fait :

Pour 2 personnes

1 petit céleri rave
1 grosse pomme verte granny smith
2 cébettes

1 yaourt de brebis
1 petit jus de citron
1/2 ccafé vinaigre balsamique
1 petite pointe de couteau de paprika doux
les feuilles de 2 branches de menthe
QS sel, poivre

Pour servir : feuilles de salade de couleurs différentes et appétissantes et, pourquoi pas, des harengs, qu’ils soient doux et marinés à la française, ou marinés aux aromates suédois… 😉 ainsi qu’un pain bien rustique, le superbe pumpernickel ikea vendu en carton et à cuire chez soi est idéal.

salade-pomme-verte-celeri-01

On commence par peler, laver, râper, ciseler et rassembler dans un saladier.
On fait la sauce, ya qu’à mélanger…
On brasse les râpés/ciselés dans la sauce, on goûte et on rectifie.
On met la jolie salade colorée dans un plat, on dépose dessus les râpés en sauce.
On n’oublie pas le pain.
Si on le souhaite, on rajoute les harengs.
Et si j’avais eu assez de menthe – ben oui, elle démarre juste dans mon jardin, mes 2 branches étaient bien « raquenettes » (serait-ce du patois lyonnais ?) – j’en aurais mis pour décorer.

salade-pomme-verte-celeri-03

Bon app’ !

plats

le « rata » du dimanche : curry de pommes de terre, chou, carotte et petits pois en cuisson douce

Eh oui, le dimanche, c’est le jour idéal pour le rata, ou le jifoutou ! D’une part on a le temps de se chouchouter avec une cuisson douce et longue qui invite au calme et à la sérénité, et en plus on peut finir les restes du frigo en attendant de repartir à neuf le lundi…

curry de pommes de terre, chou, carotte et petits pois

curry-chou-carotte-patate-petit-pois-02

La petite poussière blanche sur la photo, c’est le poivre « maniguette » de Madagascar moulu, une baie douce et piquante à la fois, je l’adore…

Traduit et adapté du livre Complete Indian Cooking

Pour 4 personnes

Prep : 25 minutes
cuisson : 1 heure environ. 35 minutes dit le livre, pour une cocotte genre Le Creuset, ou même une simple casserole possédant un couvercle. Mais moi avec ma cocotte en terre noire, j’ai mis 1 heure… C’est d’ailleurs pour limiter le temps de cuisson que j’ai fait des morceaux de petite taille, des lanières fines. Sinon il aurait fallu 1h30.

2 csoupe huile végétale de votre choix : en cuisson douce, la température ne s’élevant jamais vraiment très très haut, les qualités de l’huile ne seront pas dégradées. Même en rissolant les épices… Car c’est rissolé, pas frit !
1 petit oignon, haché
6 gousses d’ail, dégermées et écrasées
1 ccafé graines de cumin
1 ccafé curcuma
1/2 chou blanc bien compact, en fines lanières (1 chou entier, grossièrement haché dans la recette d’origine, mais moi ça ne tenait pas dans ma petite cocotte en terre noire à laquelle je n’avais pas encore acheté de grande sœur…)
2 pommes de terre moyennes à tout faire genre charlotte, pelée et coupée en cubes de 1cm (125g dans la recette d’origine)
1 poignée de petits pois écossés, surgelés pour moi, laissés à dégeler dans un bol  (125g dans la recette d’origine)
1 grosse carotte, coupée en rondelles fines (125g dans la recette d’origine)
1/2 boite de 400g pulpe de tomate (250g tomate fraîche dans la recette d’origine)
1 ccafé poudre de mangue. (Et ça si vous n’avez pas, ne vous bilez pas. Soit vous oubliez, le résultat ne sera pas celui attendu mais ça sera un régal quand même, soit vous essayez de mettre une goutte, j’ai bien dit une goutte, de miel. A vos risques et périls. Moi j’ai la chance d’en avoir et c’est légèrement sucré et acide à la fois.)
1 petit piment rouge langue d’oiseau, ciselé aussi finement que si votre vie en dépendait, avec les graines pour un effet plus piquant, sans les graines pour une version sans risques… ou presque ! (un piment vert dans la recette d’origine. Je me demande s’il ne s’agirait pas d’un piment vert doux, ceux qu’on trouve chez nous en provenance du  Maroc… )
15g gingembre frais râpé
1 ccafé garam masala
1/2 bouquet de feuilles de coriandre, de quoi faire 1 csoupe  de feuilles ciselées et quelques feuilles pour la déco.
2 csoupe de beurre fondu pour servir (et ça inutile de vous dire que je ne l’ai pas fait)
QS sel, poivre noir du moulin (maniguette de Madagascar pour moi)

curry-chou-carotte-patate-petit-pois-03

On attaque avec la chauffe de la cocotte en terre noire, bien frottée à l’ail, qui commence à monter en température sur le gaz avec son diffuseur placé en dessous. On commence à feu très doux et on monte petit à petit.
En même temps, on prépare tous les ingrédients.

On met un peu d’huile à chauffer sur un bon feu dans le fond de la cocotte et on y fait rissoler oignon, ail et graines de cumin. On devrait atteindre une couleur dorée pour les oignons, mais comme c’est assez long à obtenir avec cette cocotte, je me suis arrêtée quand les bords des morceaux d’oignon commençaient à colorer et que l’ail, lui colorait déjà un peu plus…

Pendant ce temps, on poursuit la préparation des ingrédients.

On ajoute alors le curcuma, on touille et on ajoute les carottes, les patates et le chou. On mélange bien. On laisse continuer à rissoler une bonne dizaine de minutes, en mélangeant de temps en temps, car il faut après un gros ajout d’ingrédients froids donner le temps à la cocotte de remonter en température. Quand c’est fait, que ça rissole fermement, on sale, on mélange et on couvre. Normalement, ça doit rendre du jus, et un peu de vapeur devrait même commencer à s’échapper de la cocotte… C’est bon ! Si ça ne rend pas un peu de jus, ajouter 2 ou 3 csoupe d’eau bouillante, ça amorcera la réaction. On baisse alors le feu au minimum, et on laisse cuire environ 45 minutes.

Au bout de 45 minutes, le chou doit être tendre et les patates cuites mais encore bien fermes.

On ajoute alors les tomates, la poudre de mangue (ou la gougoutte de miel, mais franchement je pense que ne rien mettre, c’est mieux si on n’a pas la poudre de mangue), les petits pois qui ont eu le temps de dégeler dans un bol le piment et le gingembre. Il est temps de mélanger, couvrir, cuire 5 minutes, ajouter et couper le feu : la chaleur résiduelle de la cocotte dont l’inertie est importante suffira à terminer la cuisson.

curry-chou-carotte-patate-petit-pois-01

10 minutes plus tard, on goûte pour vérifier que tout est cuit – si ce n’est pas le cas, on reprendra la cuisson encore 10 minutes – et rectifier l’assaisonnement.
On termine en ajoutant le garam masala et presque la totalité de la coriandre, on mélange bien et on couvre à nouveau pour 5 minutes.

Et on sert avec la coriandre réservée et un bon coup de moulin à poivre !

curry-chou-carotte-patate-petit-pois-04

Bien entendu, vous pouvez faire la même chose avec une cocotte en fonte émaillée, vous serez sans aucun doute beaucoup plus proches du résultat attendu de la version du livre, et avec des temps de cuisson bien plus courts. Vos oignons seront bien dorés comme demandé dans le livre, et il n’y aura que des étapes de 10 minutes de cuisson chacune. Les patates seront sans doute plus fondantes, peut-être même auront-elles disparu, fondu, dans le jus rendu ?

curry-chou-carotte-patate-petit-pois-05

Encore un plat exceptionnel…
Le gingembre garde un goût très frais puisqu’il est ajouté en fin de cuisson, et les feuilles de coriandre infusent doucement quelques minutes dans le plat avant de servir…
La douceur de la cuisson, vraiment, c’est topissime. Et si vous n’avez jamais mangé une pintade au chou en version cuisson douce en cocotte en terre noire, mais seulement, tout comme moi jusqu’à aujourd’hui où je rédige ce billet, en version cocotte en fonte émaillée genre Le Creuset avec une vraie caramélisation de la peau et une cuisson au four à environ 190°C, eh bien vous ne pouvez juste pas imaginer…