plats

wok de poulet au brocoli et riz 3 couleurs

Le wok, vraiment c’est un de mes plats préférés ! Rapide, facile, et puis quand on a du monde, je trouve toujours sympa de voir les invités se lever et venir voir la cuisson… Tout le monde en groupe autour de la gazinière, ça discute, ça s’extasie devant les couleurs qui arrivent les unes après les autres, bref c’est super visuel…

wok de poulet au brocoli et riz 3 couleurs

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-18

une recette du magazine Good Food de février 2015, stir-fried chicken with broccoli and brown rice

Pour 2 personnes

prep 5 min
cuisson 30 min (20 pour le riz, 10 pour le wok)

200g de fleurettes de brocoli (j’en ai mis plus !)
1 ou 2 blancs de poulet, selon leur taille
1 pouce de gingembre (environ 2,5cm)
2 belles gousses d’ail
1 oignon rouge (ou d’une autre couleur !)
1 poivron rouge (en conserve dans la recette d’origine)
1 ccafé piment doux en poudre (j’en ai mis moins. Au goût, en fait !)
1 csoupe sauce shoyu (ou sauce soja, ou tamari)
1 csoupe miel
150g riz 3 couleurs (1 poche de 250g de riz déjà cuit dans la recette d’origine)
QS huile végétale neutre en goût et supportant ls fortes températures
1 cive ou oignon nouveau et quelques feuilles de coriandre pour la déco

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-01

Cuire le riz selon la méthode de votre choix, et selon les indications sur le paquet, au thermomix pour moi :

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-03

Réserver au chaud (je préfère le réchauffer au micro ondes au moment de servir).

Pendant ce temps, préparer les brocolis, couper le poulet en morceaux de la taille de grosses bouchées, peler oignon ail et gingembre, laver le poivron, ôter les graines et les parties blanches puis le couper en dés ou en lanières, couper l’oignon en lamelles. Ciseler l’oignon nouveau avec un angle, pour faire des grandes tranches.

Une fois le riz cuit et égoutté (et le thermomix libéré) j’ai pu mettre mon brocoli à cuire à la vapeur. Environ 10 min. Faut tester avec une fourchette, il doit rester croquant !
Oui, je sais, j’aurais pu profiter de la cuisson du riz pour placer mon panier vapeur au dessus et ainsi économiser temps et électricité, mais je trouve que le riz est plus « beau » quand on le cuit à 100° au thermomix plutôt qu’à température varoma… Ben oui, j’ai quelques restes de perfectionnisme quand j’ai un peu de temps devant moi… Mais si j’avais été pressée, j’aurais mis les 2 à cuire en même temps et j’aurai retiré le brocoli une fois la juste cuisson atteinte !

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-02

Il est tout à fait possible de cuire le brocoli à l’eau, il faut alors 3 minutes max de cuisson dans de l’eau bouillante salée. Le brocoli doit rester croquant.

On hache ensuite l’ail et le gingembre (le hachage a été fait au thermomix pour moi, 5sec/vit 5, racler les parois et recommencer si nécessaire)

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-04

Et on peut arrêter là pour reprendre au moment approprié.

Chauffer environ 2 csoupe d’huile dans le wok sur feu vif. Quand l’huile est très chaude, verser les poivrons

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-05

et laisser dorer en remuant presque continuellement jusqu’à ce que quelques zones brûlées apparaissent

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-06

ajouter l’oignon et poursuivre en remuant en permanence, tout doit être très doré sans complètement brûler évidemment !

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-07

Ajouter le piment en poudre, l’ail et le gingembre,

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-08

finir de colorer en remuant tout le temps, attention l’ail brûle très vite donc cette étape est super rapide

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-09

Ajouter le poulet,

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-10

bien mélanger pour dorer le poulet sur toutes ses faces

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-11

et ajouter alors le miel et la sauce soja et porter à ébullition (ainsi que la recette le préconisait, j’ai ajouté 4 csoupe d’eau pour assurer suffisamment de sauce), cuire environ 2 minutes en remuant en permanence.

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-12

Et en principe, là, le poulet est cuit. Tester la cuisson sur un des morceaux, il ne doit plus rejeter de sang, seul un liquide incolore ou blanchâtre est autorisé ! 😉

Ajouter enfin les brocolis, juste le temps de les réchauffer, en mélangeant en permanence pour bien les enrober de sauce.

 

Et voilà !

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-15

Il ne reste plus qu’à ajouter l’oignon nouveau ciselé, en gardant quelques tranches pour la déco

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-16

S’il n’y a vraiment plus de sauce du tout et que c’est tout sec, on peut ajouter un tout petit d’eau ou de sauce soja (goûter avant pour décider laquelle !)

Il ne reste plus qu’à servir avec les dernières tranches d’oignon et quelques feuilles de coriandre en déco.

wok-poulet-brocoli-et-riz-3-couleurs-17

J’oubliais : il y a du miel, mais on ne le sent absolument pas. Il sert à contrebalancer le sel de la sauce soja et à aider à la caramélisation lors de la cuisson. Ce n’est donc pas du sucré-salé, ni même du « doux-salé ».

Bon appétit !

 

plats

mini chapons farcis et leur gravy

Nous avions prévu une dinde pour ce repas de Thanksgiving avant l’heure, mais il est impossible de trouver une dinde chez nous en dehors des fêtes de fin d’année. Pas même chez Monsieur Picard… Alors, sur les conseils de mon boucher préféré, que je remercie vivement, nous sommes partis sur 2 minis chapons, et les conseils de cuisson qui vont avec, car je n’avais jamais cuisiné de chapon, moi !

Pour la farce, nous avons opté pour une valeur sure : Martha Stewart ! Sa farce la plus simple (basic bread stuffing) est juste parfaite.
Et pour la gravy, c’est à dire cette sauce épaisse réalisée à partir des sucs de cuisson, parfois des abats, et de bouillon de volaille, ça c’est un grand classique, on a donc fait comme d’habitude si j’ose dire ! 🙂

Nous avons décidé de préparer le pain et les oignons/céleri sautés au beurre pour la farce la veille, mais de n’effectuer le mélange que le jour J au moment de farcir les bêtes.

Mini chapons farcis et leur gravy

thanksgiving-03

Pour 14 personnes

Pour les chapons :

un plat assez grand qui possède si possible une grille de cuisson permettant que la volaille ne trempe pas dans son jus. Ce plat doit pouvoir passer sur le feu de votre plaque de cuisson. Sinon, ça ne sera pas infaisable, mais faudra adapter, transvaser, etc… Ikea en fait d’excellents !
2 mini chapons, les cous et les abats à part
du beurre à volonté (prévoir une plaquette complète)
2 oignons
QS sel, poivre

Pour la farce :

Nous avons doublé les proportions de Martha Stewart, car avec les proportions données on ne nourrit « que » 10 personnes… 😉

4 baguettes
QS beurre, sel, poivre
2 beaux oignons blancs
4 grosses branches de céleri
8 gousses d’ail
1 gros bouquet de persil, de quoi avoir un volume de 250ml de feuilles une fois ciselées.
6 oeufs
1 1/2 litre de bouillon de volaille (reconstitué du commerce pour moi)

Pour la gravy :

environ 150g farine (250ml)
environ 250ml vin blanc
environ 1 litre de bouillon de volaille (s’il n’y en a pas assez, prévoir simplement de l’eau bouillante)
les abats (foie, coeur, gésier) mixés au plus fin possible, ou passés au tamis si vous ne souhaitez pas trouver de morceaux dans la gravy. Facultatif. J’ai mixé les miens au thermomix, j’ai eu une merveille de finesse que j’ai tout simplement oubliée dans le frigo… et dû jeter, car les abats, on ne fait pas n’importe quoi avec ! Leur conservation est délicate !

La veille :

Préchauffer le four à 210°C, si possible chaleur tournante. Attention, pour certains fours, il faut mettre 20°C de moins quand on a la chaleur tournante, soit 190°C seulement.

Couper les baguettes en tranches, puis en morceaux d’environ 2cm
Etaler sans chevauchement sur des plaques passant au four.
Enfourner pour environ 10 minutes, surveiller : on veut sécher le pain et à peine le colorer. Procéder plaque par plaque à 210°C sans chaleur tournante, sinon, avec chaleur tournante, à 190°C, vous pouvez installer autant de plaques que le mode d’emploi de votre four vous l’indique.
Pour moi, mon four chauffant plus au fond à droite que devant à gauche, j’ai eu des croutons bien caramélisés d’un côté et des morceaux juste dorés comme il faut de l’autre ! Mais ça a très bien été quand même. Va quand même falloir que je me décide à changer de four, mais punaise, que budget !!!!!

Laisser complètement refroidir sur grille. Réserver dans un récipient hermétique à l’abri de toute humidité.

Peler les oignons et les hacher. Idem pour le céleri et l’ail.
Chauffer un bon peu de beurre dans une poêle anti adhésive sur feu moyen. Y faire fondre oignon céleri et ail, sans coloration, sans saler, en mélangeant très régulièrement. Cela prend environ 10 minutes. Réserver dans un bol, saler, poivrer, goûter, rectifier. Quand c’est froid, couvrir d’un film étirable et réserver au frigo.

Le jour J :

Mon boucher m’a indiqué un temps de cuisson de 1h30 pour les chapons, à 180°C. Je savais que javais besoin d’1/2heure pour :
– reposer les chapons bien enveloppés dans du papier alu,
– cuire la farce,
– faire la gravy,
et d’une autre demi heure pour monter le four progressivement en température.
Donc, environ 3 heures avant l’heure estimée de dégustation, nous avons attaqué.

Couper les cous des chapons, réserver.

Préparer le bouillon de volaille et le laisser refroidir.
Mélanger les croutons de pain avec le mélange oignon ail céleri cuit.
Ciseler le persil, l’ajouter, mélanger.
Ajouter les oeufs, mélanger.
Ajouter en plusieurs fois le bouillon refoidi, (ou plutôt tiédi, mais pas chaud sinon ça ferait des oeufs brouillés !) en mélangeant bien à chaque fois. Nous l’avons ajouté en 4 fois. On obtient une espèce de gadoue avec des morceaux de pain.
Assaisonner. L’idéal est de goûter pour rectifier l’assaisonnement, mais certaines personnes peuvent ne pas souhaiter le faire. Dans ce cas, une petite boulette du mélange cuite au micro ondes (attention, ça peut « péter », surveiller !) ou à la poêle (idéal) permettra de goûter.

Farcir les chapons sans tasser, c’est super important si on veut une belle farce. Ficeler les chapons de façon à enfermer la farce et coller les cuisses et les ailes contre les flans. Beurrer à mort comme si votre vie en dépendait. Saler, poivrer.

Beurrer très légèrement (ou huiler à peine) le plat de cuisson. Placer au fond les 2 oignons pelés et juste coupés en 2, et les cous. Placer la grille et poser les bestioles dessus, sur le dos. Enfourner à four froid, réglé sur 100°C pour 10 minutes. Augmenter la température à 140 pour 10 minutes. Puis 160 pour 10 minutes. Ajouter environ 250ml d’eau dans le plat et passer sur 180°C pour 1 heure. Les oiseaux doivent être bien dorés sur le ventre, et pas trop sur le dos. Retourner les oiseaux et réenfourner pour environ 30 minutes. Remettre de l’eau si nécessaire. Surveiller.

Pendant ce temps, beurrer un plat passant au four, genre pyrex, de taille adaptée au reste de farce. Y déposer le reste de farce.

Sortir les chapons du four, enfourner aussitôt le plat avec la farce et enrouler immédiatement et séparément les chapons dans plusieurs couches de papier alu.

Faire la gravy : poser le plat de cuisson des chapons débarrassé des oignons et des cous sur 2 plaques de cuisson si nécessaire (selon la taille du plat !!!) et chauffer sur feu moyen-vif en grattant du mieux possible les sucs de cuisson. Oui, c’est super gras, mais on fait ça 1 fois par an, alors bon, ce n’est pas très grave ! Là, normalement, il faut ajouter les abats mixés et les laisser cuire en mélangeant en permanence. Mais je les ai oubliés dans le frigo… Ajouter la farine et touiller au fouet, comme une sauce blanche, pour éviter les grumeaux. Ajouter le vin blanc et touiller, touiller, touiller, gare aux grumeaux ! Ajouter ensuite petit à petit le bouillon de volaille, si possible chaud (merci le micro ondes !) et touiller, touiller, touiller… Il ne doit plus rester de grumeaux. Ajuster la consistance selon votre goût (ajouter de l’eau chaude s’il n’y a pas assez de bouillon). Verser dans un récipient qui pourra passer au micro ondes. Si vous avez mis les abats, et que vous trouvez votre sauce grumeleuse à cause d’eux, passez au chinois.

Au bout de 30 minutes, les chapons ont reposé, la farce a doré au four et la gravy refroidit dans la saucière… 😉

Et nous on a fait aussi la purée, avec des patates cuites pendant que les oiseaux étaient dans le four et restées dans leur eau de cuisson plus d’une heure, donc encore chaudes, et du lait bouillant pour remonter la température.

Il est temps de découper les oiseaux et de servir, avec la gravy réchauffée. Et tous les accompagnements prévus que vous aurez réchauffés entre temps au micro ondes ou par tout autre moyen de votre choix.

thanksgiving-01

Sur cette photo ci dessus, vous avez, à midi le riz 3 couleurs aux cranberries, aux persil et aux noix. A 13h, les haricots verts. A 14h, le chutney de coings. A 15h le gratin de maïs au parmesan, caché par, à 16h, ma purée de patate douce et pomme de terre aux épices et noix de pécan. A 19h, la purée. A 21h, la farce, et enfin, du centre de l’assiette jusqu’au bout de l’aiguille indiquant 22h, le chapon noyé sous la gravy… 😉

Bon appétit !

plats

wok de poulet aux amandes

On peut certes couper les cheveux en 4, mais les haricots verts, c’est en 3 ! 😉

wok de poulet aux amandes

wok-poulet-amande-08

Adapté de la recette du livre La Cuisine asiatique pour tous

Pour 4 personnes

prep 30 min
cuisson : 20 min

250ml huile végétale neutre (supportant les hautes températures)
125g amandes mondées
1 csoupe sauce soja
2 ccafé maïzéna
300g chair de poulet (si possible cuisses)
1 oignon moyen, haché
1 branche de céleri émincée finement
50g haricots verts fins, émincés
60g pousses de bambou en boite, égouttées
2 cm gingembre frais râpé
3 csoupe bouillon volaille (ou de l’eau… Car préparer du bouillon de volaille pour 3 csoupe, hein…)
2 csoupe noailly prat
2 csoupe eau
1 ccafé huile de sésame grillé (chinoise)
2  ccafé maïzéna (ça en fait donc 4 en tout)
1 csoupe eau (et oui, encore une !)
QS sel, poivre blanc moulu (facultatif)

wok-poulet-amande-10

Chauffer l’huile dans une poêle et quand elle est très très chaude, y faire frire les amandes 1 minute en remuant.

wok-poulet-amande-01

Retirer à l’aide d’une écumoire et réserver sur du papier absorbant. Réserver aussi l’huile parfumée.

wok-poulet-amande-04

Couper le poulet en minces lamelles en biais. Mélanger la sauce soja et 2 ccafé de maïzéna. Incorporer au poulet et réserver le temps de préparer les légumes.

wok-poulet-amande-02

Hacher l’oignon, réserver.
peler et émincer finement la branche de céleri en biais, réserver avec l’oignon.

Préparer les haricots verts, les émincer finement. Les couper en 3 ou en 4, ou en biais ? Selon la taille et la présence ou non de graines. Réserver.

wok-poulet-amande-05

Égoutter les pousses de bambou, ajouter aux haricots
Râper le gingembre, l’ajouter lui aussi, réserver le tout.

wok-poulet-amande-03

Tout est prêt, on passe à la cuisson.

Chauffer le wok.
Quand il est très chaud, verser environ 2 csoupe de l’huile d’amande le long des parois, puis verser le poulet. Saisir sur feu très vif en remuant tout le temps. Procéder en plusieurs fois si nécessaire. Quand tout est bien doré, ôter du wok et réserver.

wok-poulet-amande-06

Si nécessaire, remettre un peu d’huile d’amande dans le wok.
Sauter l’oignon et le céleri environ 4 minutes.
Ajouter haricots, bambou et gingembre, cuire environ 1 minute.

wok-poulet-amande-07

Verser le bouillon, le vin blanc sec, l’eau et l’huile de sésame, mélanger, couvrir et étuver 30 secondes, le temps de délayer 2 ccafé de maïzéna dans 1 csoupe d’eau. Ajouter dans le wok, porter à ébullition.
Remettre le poulet dans le wok, ajouter les amandes pour réchauffer, bien mélanger, goûter pour juger l’assaisonnement, saler et poivrer en conséquence.

wok-poulet-amande-09

Super bon !

Juste, je me demande pourquoi on frit les amandes dans l’huile… Pour parfumer l’huile ? Parce qu’on peut aussi torréfier les amandes à sec… Bon, en tout cas c’est vraiment super bon ! Même si ça fait quand même beaucoup d’amandes… 😉

plats

wok de nouilles soba au poulet et chou kale

J’espère que vous avez toutes et tous passé de très bonnes fêtes.
J’espère également que votre foie n’est pas trop saturé et que vous avez repris un rythme de sommeil plus « normal » !
Ces fêtes sont pour moi une des plus belles périodes de l’année mais aussi une des plus fatigantes… voire LA plus fatigante…

Alors on va se remettre des excès en douceur.
Des petits repas bien équilibrés…
Plein de légumes de saison…
Des huiles riches en substances bénéfiques, en faible quantité pour ne pas non plus achever ce que les repas des 2 réveillons ont déjà bien commencé…
Toujours un féculent, si possible complet ou semi-complet…
Et de la viande, pas beaucoup, mais quand même : si on n’est pas végétarien c’est important de ne pas l’oublier totalement.
Et puis des légumes de saison. Je vous l’ai déjà dit, ça, hein ? C’est parce que pour moi c’est super important. A part quelques exceptions que la mondialisation permet aujourd’hui (ben oui, c’est toujours la saison de quelque chose quelque part dans le monde !), je crois que ça aussi c’est important. Respecter les saisons, et, dans la mesure du possible, choisir des produits locaux cultivés avec soin par des producteurs du coin et, quand on le peut, parce que c’est quand même un sacré budget, passer carrément au bio le plus souvent possible.

Je vous avais promis cette recette juste avant les fêtes, pour vous faire découvrir un autre moyen d’utiliser le chou kale, c’est pour cela que je ne vous parlerai pas de mes hamburgers de luxe du 31, ni de mes super rognons de veau au Xéres… Bien que ce soient des recettes de fêtes, et que les fêtes de fin d’année soient finies, je vous les proposerai une autre fois.

wok de nouilles soba au poulet et chou kale

wok-soba-poulet-kale-18

Traduit et adapté du magazine Good Food de nov 2013, « chicken, kale and sprout stir-fry »

Oui, la recette d’origine est faite aussi avec des choux de Bruxelles… Poueurk, trop mauvais souvenir de cantine… D’où leur disparition de ce plat ! J’ai remplacé par un peu de chou blanc.

Dans la recette précédente, nous avions utilisé quelques feuilles seulement de notre bouquet de kale, nous allons en utiliser encore quelques unes. Ça ne finira pas le bouquet (enfin pas quand on n’est que 2 à table)… Le reste a fini chez moi tout simplement dans une soupe de chou au riz comme celle-ci mais sans le porc !

Pour 2 personnes

100g de nouilles de soba. Cela représente 2 petits fagots : en général – pas tout le temps, alors attention ! – ces nouilles sont vendues en portion individuelles enrubannées.
2 ou 3 feuilles de kale coupées en lanières, pour faire environ 100g, côte épaisse jetée
3 feuilles de chou blanc bien pommé, en lanières aussi, côte épaisse jetée aussi, environ 100g aussi
1 cuisse de poulet sans la peau et désossée puis coupée en lanières. Ben oui, c’est pour un wok… Tout est en lanières ou petits morceaux !
1 ccafé ail finement ciselé
1 ccafé gingembre finement ciselé
1 petit poivron rouge coupé en lanières
1 csoupe sauce soja
2 csoupe vinaigre de riz blanc chinois
Zeste et jus de 1 citron vert
QS huile végétale neutre en goût et un petit filet d’huile de sésame toasté (ou chinoise)

wok-soba-poulet-kale-17

Voici comment j’ai procédé.

J’ai mis l’eau à bouillir dans la bouilloire pour les nouilles.

Pendant ce temps, préparation des légumes :

wok-soba-poulet-kale-02

wok-soba-poulet-kale-07

wok-soba-poulet-kale-04

wok-soba-poulet-kale-05

Inutile de vous dire que l’eau a bouilli avant que j’aie fini mes légumes…

J’ai donc cuit les nouilles suivant les indications du paquet : pour moi, 3 minutes dans l’eau bouillante à peine salée

wok-soba-poulet-kale-01

puis égouttage, rafraichissement dans la passoire sous le robinet et attente en revenant secouer régulièrement pour pas que ça se colle en une seule nouille

wok-soba-poulet-kale-06

Et j’ai continué à préparer les légumes et le poulet pendant ce temps.

Chauffer un fond d’eau dans le wok, genre 2 csoupe, et dès que ça bout, y jeter le kale. Le laisser juste tomber et hop, dans une passoire pour l’égoutter.

wok-soba-poulet-kale-08

Dans le wok vidé de son kale, juste essuyé d’un petit coup de papier absorbant et placé sur feu vif, j’ai chauffé un peu d’huile végétale neutre en goût pour y faire dorer les lanières de poulet.

wok-soba-poulet-kale-09

Quand c’est juste doré à souhait, hop, dans un petit bol.

wok-soba-poulet-kale-11

On remet si nécessaire un peu d’huile végétale neutre en goût, bien laisser chauffer et ajouter l’ail et le gingembre, puis le chou blanc et le poivron

wok-soba-poulet-kale-10

et on mélange très régulièrement pour à peine caraméliser les tout petits morceaux comme ail et gingembre tandis que chou et poivron vont cuire juste ce qu’il faut et rester croquants.

wok-soba-poulet-kale-13

On termine avec le poulet, le kale et les nouilles

wok-soba-poulet-kale-14

mélanger

wok-soba-poulet-kale-15

ajouter la sauce soja, le vinaigre blanc chinois et le jus de citron vert ainsi que la presque totalité du zeste (on en garde juste 2 mini pincées pour la déco)

wok-soba-poulet-kale-16

mélanger et servir tout de suite, avec la petite pincée de zeste « frais » et un mini filet d’huile de sésame toasté sur chaque assiette.

wok-soba-poulet-kale-19

Bon appétit !

plats

Poulet et crevettes au riz à l’espagnole

Voici une recette rapide de plat complet, facile à faire avec les produits du placard ou du congélateur, ainsi que des produits frais faciles à conserver comme les poivrons, les oignons et l’ail.
Grâce au paprika fumé, cette « fausse paëlla » prend des accents espagnols très agréables !

Poulet et crevettes au riz à l’espagnole

poulet-espagnol-12

Traduit et adapté d’une recette du magazine Good Food de novembre 2013, « spanish chicken »

Pour 2 personnes

1 grosse cuisse de poulet déparée en 2, ou 2 cuisses de taille normale. Pour notre repas de midi, j’aurais aimé avoir un peu plus que mon pilon, donc j’aurais, je pense, dû soit utiliser 2 hauts de cuisse ou 2 petites cuisses entières. Pour un repas du soir par contre, ç’aurait été largement suffisant.
1 csoupe de farine. Il s’agit d’une mesure précise et utilisée rase : 15ml
1/2 ccafé paprika fumé piquant (ou doux si vous préférez, ou moitié-moitié) et en prévoir un peu plus pour ajuster en fin de cuisson
1/4 ccafé sel
2 grosses pincées de poivre moulu. J’ai moulu du poivre noir au moulin jusqu’à en avoir assez à mes yeux (et à mes poignets…)
1 oignon, plus exactement 1/2 énorme oignon !
2 gousses d’ail
1/2 poivron jaune
1/2 poivron rouge
1/2 tasse de riz basmati (soit 125ml)
1 tasse d’eau (2 fois le volume de riz)
1 csoupe concentré de tomate
8 crevettes surgelées crues (mais déjà cuites iront tout aussi bien)
QS huile d’olive, persil haché, sel, paprika fumé – pimenté ou non

poulet-espagnol-11

Dans un saladier un peu large, mélanger la farine, le paprika, le sel et le poivre.

poulet-espagnol-01

Y rouler le poulet.

poulet-espagnol-03

Chauffer à feu moyen un peu d’huile d’olive dans une cocotte en fonte ou une sauteuse possédant un couvercle.
Quand l’huile est chaude, y mettre le poulet sans secouer l’excédent de farine et d’épices, mais sans l’ajouter non plus : le geste sera neutre. Laisser dorer le poulet sur toutes ses faces.

poulet-espagnol-04

Sur la photo, on voit que j’ai (bêtement) ajouté le reste de farine pour pas gâcher… Ouais, ben la farine a un peu brûlé… Ce n’est pas mauvais, ni au goût – l’amertume générée était indiscernable – ni à la santé, mais les points noirs résultants ne sont pas du plus bel effet…

Et quand je parle de dorer le poulet, il faut vraiment le dorer, et je dirai même qu’il faut en fait bien entamer sa cuisson. En effet, le riz basmati cuit en 10 minutes. Donc le poulet n’aura que 10 minutes pour terminer de cuire… Il faut donc prendre un peu d’avance sur ce coup-là. C’est pour cela qu’on effectue ce « dorage » à feu moyen et non feu vif : un feu vif dorerait plus rapidement les morceaux, mais sans les cuire !

Pendant que ça dore, préparer les légumes : oignon en lamelles fines, ail écrasé ou ciselé menu, et poivrons en morceaux de 2cm environ.

poulet-espagnol-02

Quand le poulet est bien doré, le retirer de la cocotte et réserver. Remettre un peu d’huile dans la cocotte si nécessaire et mettre à revenir les oignons et les poivrons en remuant constamment au début, le temps que la température baisse un peu dans la cocotte, puis en remuant seulement de temps en temps ensuite, pour ne pas que ça brûle. On veut commencer à voir colorer légèrement nos légumes.

poulet-espagnol-05

Alors évidemment, avec mes points noirs dus à la farine, ce n’était pas facile à voir sur les oignons, mais sur les poivrons déjà mieux !

Quand la coloration commence, ajouter l’ail

poulet-espagnol-06

et le laisser à son tour commencer à prendre couleur.

Pendant que les légumes sont dans la cocotte, mettre un peu plus que 250ml d’eau à bouillir dans la bouilloire. Préparer dans un bol le concentré de tomate et le délayer avec 250ml d’eau bouillante. Garder le reste de l’eau au chaud dans la bouilloire au cas où. Initialement, la recette utilisait du bouillon de volaille, mais pour juste 1/2 tasse j’ai pensé que ce n’était pas nécessaire d’en reconstituer. Si vous souhaitez en utiliser, c’est le moment de le préparer à l’aide de poudre ou d’un cube par exemple, en même temps que la dilution du concentré.
Rincer le riz basmati et bien l’égoutter.

Quand les légumes sont à point, saler légèrement (si vous utilisez du bouillon de volaille du commerce, il est en général très salé donc ne salez pas !), ajouter le riz, mélanger, ajouter ensuite le bouillon de tomate préparé, mélanger, poser le poulet par dessus, couvrir et baisser le feu au minimum. Ça doit mijoter tout doucement… Compter alors 10 minutes.

Pendant ces 10 minutes, attraper les crevettes surgelées et les dégeler sous un filet d’eau courante. Et ciseler le persil.

La cuisson doit se faire à l’étouffée, il est donc important de ne pas soulever trop souvent le couvercle. D’un autre côté, il faut également vérifier que ça n’attache pas au fond et que notre riz ne manque pas d’eau… Donc on soulèvera le moins souvent possible le couvercle mais on le fera quand même au moins une fois pour vérifier le niveau d’eau ! Et aussi, au bout des 10 minutes prévues, on goûtera le riz afin de vérifier qu’il est cuit. On en profitera d’ailleurs pour rectifier l’assaisonnement en sel et en paprika !
Lorsque le riz est cuit pile poil, ajouter les crevettes,

poulet-espagnol-09

mélanger rapidement. Si le son (chrrrrrrrrr) quand vous mélangez prouve que ça manque de liquide, ajouter juste environ 2 csoupe d’eau, mélangez rapidement et vite refermez le couvercle ! C’est en effet juste pour éviter que ça attache au fond, pas pour cuire le riz puisqu’il est déjà cuit.

Au bout de 2 minutes, rouvrir le couvercle, mélanger à nouveau, couper le feu et refermer le couvercle. Laisser finir de cuire comme ça tranquillement encore 2 minutes et c’est prêt ! En effet, une crevette orange est une crevette cuite 😉 !

poulet-espagnol-10

Tan daaaaaaan ! Voici le résultat avec le persil ciselé juste saupoudré par dessus !

poulet-espagnol-13

Le secret de ce plat, c’est le lien entre la cuisson du riz et celle du poulet. La cuisson se fait à l’étouffée, il n’y a aucune sauce, tout le liquide est absorbé par le riz qui ne doit pas non plus devenir « pâtée pour chien » !

Un riz comme le basmati cuit à l’étouffée en 10 minutes et a besoin du double de son volume en liquide. Un autre riz aura des besoins différents. C’est en fonction de la durée de la cuisson du riz qui dirige la façon dont on cuit le poulet qui lui va cuire, selon s’il s’agit de poulet bon marché ou de poulet label rouge, voire bio, de 20 à 30 minutes. Il vous fait donc bien connaître votre riz, ne pas changer de qualité de riz mais bien prendre votre riz habituel que vous connaissez bien, et pareil pour le poulet, en prendre un que vous avez l’habitude de cuisiner, ne pas changer ! Et si vous n’avez pas l’habitude, sachez qu’un basmati prend 10 minutes, que la cuisse d’un poulet de supermarché prendra 20 minutes en tout, et que celle d’un poulet de producteur bio en demandera plus (environ 30 minutes).

Et n’oubliez pas qu’une cuisse de poulet pas assez cuite peut se terminer vite fait au micro ondes, dans une assiette, juste au moment de servir… Donc il vaut mieux privilégier la juste cuisson du riz et terminer le poulet à part le cas échéant.

Bon appétit !

 

plats

Curry vert de poulet aux aubergines et lait de coco

Désolée pour cette interruption de publication… Une semaine de beau temps m’a fait préférer travailler dehors plutôt qu’à mon bureau, puis une méchante gastro m’a tenue éloignée de toute nourriture, aussi bien réelle que virtuelle…

Je reviens aujourd’hui sur une recette réalisée il y a déjà 3 semaines.

J’ai fait plein d’erreurs quand j’ai réalisé cette recette, c’est pourquoi je n’ose pas dire dans le titre que c’est une autre recette des sœurs Scotto… Ni même sous la première photo, ainsi que je le fais habituellement… Elles m’en voudraient de gâcher ainsi un superbe plat par mes bétises…
Mais que je vous raconte.

Curry vert de poulet aux aubergines et lait de coco

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-07

pour 2 personnes (et pas de restes)

1 grosse cuisse de poulet, pelée, désossée, coupée en 10 morceaux
1 belle aubergine, coupée en cubes de 1cm ou 2 environ  (du jardin, s’il vous plaît ! 😉 )
1/2 oignon grossièrement haché (celui qui restait de la recette de vendredi…)
1/2 ccafé de pâte de curry vert thaï. ATTENTION : selon la marque que vous utilisez, la quantité de pâte de curry vert peut aller de 1/2 ccafé à 2 csoupe ! La mienne est hyper pimentée, j’en mets très peu.
400ml lait de coco
2 csoupe (au goût) nuoc mam
1 ccafé (au goût) sucre poudre
1 citron vert : zeste et jus
6 feuilles de citronnier surgelées (quand on a la chance d’en trouver des fraîches en magasin exotique, on en met juste 4 : elles ont tellement plus de goût ! Et on n’ a pas besoin d’ajouter le zeste de citron vert.)
QS huile végétale au goût neutre, coriandre ciselée et piment rouge frais sans les graines coupé pour décorer
riz thaï vapeur pour servir

Et là déjà, je note mes 2 premières erreurs :
– ma pâte de curry est vieille, elle est toujours aussi pimentée mais elle n’a plus de goût… Je vais dès ce WE aller en acheter un pot neuf. Heureusement, le pot est presque vide, je n’aurai pas trop l’impression de gaspiller…
– j’aurais dû utiliser mon merveilleux alligator pour faire des cubes d’aubergine de 1cm… Ou faire des cubes de 2cm maxi ! Mes gros cubes découpés au couteau m’ont obligée à rallonger la cuisson… Et du coup je n’avais plus assez de lait de coco… j’ai mis de l’eau… :-(((

J’ai commencé par faire chauffer un tout petit peu d’huile dans ma poêle-wok.
Une fois chaude j’ai ajouté ma pâte de curry pour la rissoler légèrement et la délayer dans l’huile et j’ai ajouté mon oignon haché, j’ai laissé sur feu moyen-vif* en remuant de temps en temps jusqu’à ce que ça commence à colorer.

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-01

*moyen-vif ???? Mais qu’est-ce qu’elle a bu la Cath, hein ? C’est moyen ou c’est vif ? lol !
Bon, c’est simple, vous allez vous épater vous-même tellement vous allez piger vite. C’est un niveau de graduation de la « fureur » du feu sous la casserole. Le gradient est exprimé, du plus doux au plus fort, par :
doux
moyen-doux
moyen
moyen-fort
fort
Alors, c’était-y pas simplissime ? 😉

J’ajoute ensuite environ les 3/4 du lait de coco, je mélange,

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-02

puis je mets le poulet et les feuilles de citronnier et laisse mijoter sans couvrir environ 10 minutes.

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-03

Alors, sur quoi je le mets, mon feu, pour mijoter tout doucement ? OUIIIIII sur doux, bravo ! 😉

C’est maintenant le tour des cubes d’aubergine, que je mélange bien,

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-04

je mets aussi 2 pincées de zeste de citron vert, je pousse un peu le feu pour porter à ébullition et hop dès que ça bout, je baisse le feu pour mijoter environ 15 minutes.

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-05

Ben oui, sauf qu’au bout de mes 15 minutes, mes aubergines, en trop gros cubes, sont encore dures, que mon poulet, lui, est déjà cuit, et que le lait de coco s’est bien évaporé… Alors, comble de la honte, je rajoute un demi verre environ d’eau bouillante et je couvre pour laisser cuire encore un dizaine de minutes… au bout desquelles c’est toujours pas cuit !!!!!
Mais pourquoi j’ai fait des gros cubes crévindiou !!!!!

Bon, allez, on ne s’énerve pas, hein, ça sent bon donc de toute façon ça ne pourra pas être mauvais. C’est juste que le poulet est déjà trop cuit… Arf…
Et puis je me dis que de toute façon si je ne sale pas un minimum cette affaire-là, mes aubergines allaient prendre encore un temps monstrueux… Si je sale, le liquide va sortir des aubergines, elles cuiront donc plus vite ! Hop j’attrape le nuoc mam, 2 csoupe, crévindiou (oui, je sais, encore !) j’en ai pas assez ! Groumpfff… Je sors donc mon bon vieux sel fin… car la sauce soja changerait trop le goût. Le bon vieux sel de mer, c’est plus neutre.

Seulement si je veux équilibrer la sauce en sel, faut que je mette la fin du lait de coco tout de suite ! C’est donc ce que je fais… Et j’en profite pour ajouter citron vert et sucre, en goûtant bien à chaque fois pour garder une saveur équilibrée. Enfin, selon mes critères à moi, sans doute n’aurons-nous pas les mêmes. C’est pour cela que je vous encourage à toujours goûter.

Et je finis la cuisson doucement, à couvert…

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-06

C’est bon, pas d’autre conn***ie à l’horizon ! Ouf ! On peut manger maintenant ! Avec environ 1/2 heure de retard, ouf le riz n’a pas crâmé et mon Nomamoi n’a pas trop les crocs qui dépassent…

J’ai donc servi avec du riz thaï vapeur, saupoudré de coriandre ciselée et de quelques petits bouts de piment rouge. Sans les graines, ils ne sont pas bien méchants !

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-09

Finalement, malgré toutes mes erreurs, c’était super bon ! Peut-être pas tout à fait assez parfumé à mon goût, mais ça c’est à cause de ma pâte de curry un peu périmée et de mon oubli de racheter du nuoc mam…

Cela dit, j’ai eu beaucoup de mal à digérer ce plat… Il est exceptionnel que j’utilise le lait de coco pur dans un plat, eh bien je sais pourquoi… Il aurait mieux valu que je cuise mon poulet et mes aubergines dans un bouillon et que j’y ajoute du lait de coco pour parfumer et épaissir.Et puis surtout, il aurait mieux valu que ma pâte de curry soit plus épicée (pas plus pimentée mais plus épicée), ça aurait aidé mon pauvre foie…
Mais bon, ça c’est lié à moi, j’ai beaucoup de mal à digérer le lait de coco et la crème.
L’huile par contre ça passe pas trop mal…
Et c’est tant mieux, puisque ce sont justement la crème et la noix de coco qu’on doit éviter quand on a du cholestérol !
Elle est pas belle, la vie ?

Curry-vert-poulet-aubergines-lait-de-coco-08

Bon app’ !

 

 

plats

Poulet en cuisson douce avec aubergines, céleri et fenouil, à la provençale, d’après les Soeurs Scotto

Mon petit jardin donne des aubergines à ne plus savoir qu’en faire ! Je suis d’ailleurs très surprise car certaines ont été mangées par une bête au point de former un trou comme un ver qui traverse tout le fruit… Bon, il faut dire aussi que c’est du plus bio que bio, c’est du 0 traitement, 0 engrais ! Alors si des bêbêtes s’installent, je ne sais pas lutter. D’autant plus que c’est juste une expérience pour cette année, dans une zone du jardin qui attend l’automne pour s’y voir planter quelques arbustes.

J’ai donc prévu de vous faire découvrir 3 recettes successives à base – ou contenant pas mal – d’aubergines.

Aujourd’hui ce sera le

Poulet en cuisson douce avec aubergines céleri et fenouil à la provençale, d’après les Sœurs Scotto

poulet-aubergines-fenouil-celeri-provencale-04

Inspiré d’une recette des Sœurs Scotto, « Secrets de Cuisine »

Ce livre est une bible pour moi, je tiens à vous le signaler… Si vous êtes proches de ma cuisine, je vous le recommande car j’y trouve tout simplement, en gros, tout ce qui me fait vibrer.

Attention : cette recette utilise une cocotte en terre noire spéciale cuisson douce ! Si vous n’en avez pas, adaptez cette recette à votre cocotte.
La recette d’origine est pour 4 personnes et utilise un poulet entier dans une cocotte en fonte noire, vous savez, ce modèle qui a des petits picots sous le couvercle pour faire retomber la vapeur condensée sur les aliments… Et la cuisson se fait sur 1h30 sans avoir doré le poulet avant. Ce sont ces mélanges de légumes et de feuilles qui m’ont fait vibrer et que j’ai voulu reproduire.

Pour 2 personnes qui ne mangeront que ça (et un peu de restes pour moi le lendemain) :

2 petites cuisses de poulet coupées en 2
1 ou 2 aubergines plutôt longues et minces (pour éviter les graines dans la mesure du possible), environ 300g
1/2 fenouil
1 petit cœur de céleri branche
1 poignée d’olives noires à la provençale (je ne supporte plus les olives à la Grecque, du moins pas dans leur version de supermarché)
1 petite tête d’ail
1 tout petit oignon ou 1/2 oignon (je prends des blancs ou des rouges en général, mais je suis tombée sur des Roscoff superbes, alors… 1/2 Roscoff ce sera !)
1 petit citron (ou 1/2 gros citron) si possible bio, sinon au moins non traité après récolte
1 tout petit brin de romarin frais
1 brin de thym frais
4 feuilles de sauge
2 feuilles de laurier fraiches
2 csoupe vinaigre balsamique (vinaigre de banyuls dans la recette d’origine)
QS huile d’olive, sel, poivre

matériel : une cocotte en terre spéciale cuisson douce, une poêle anti adhésive

poulet-aubergines-fenouil-celeri-provencale-03

Pensez à frotter l’intérieur de la cocotte en terre à l’ail avant de poursuivre. J’ai prélevé pour ce faire une des gousses de la tête d’ail de la recette.

Dorer les morceaux de poulet dans la poêle chauffée à feu vif. Je n’ai pas utilisé de matière grasse car j’ai laissé la peau du poulet. Le but est d’obtenir une belle couleur caramel mais pas de cuire le poulet. Dès que la bonne couleur est atteinte, saler, poivrer, réserver dans une assiette.

Pendant ce temps, peler l’oignon, le couper en cubes de 1cm de côté maximum. (Hé hé, vive l’alligator !)
Ôter les côtes extérieures du demi fenouil, couper ensuite en morceaux de taille équivalente à l’oignon.
Idem avec le cœur de céleri et le citron.
Détacher les gousses d’ail sans les peler (sauf une qui frottera l’intérieur de la cocotte et sera ensuite jetée – ou gardée pour une autre utilisation)
Couper l’aubergine en cubes d’environ 1cm de côté, c’est bien évidemment pour des raisons d’homogénéisation des temps de cuisson. L’alligator (ou équivalent, bien entendu), est votre ami ! En tout cas c’est sûr que c’est le mien ! lol !
Rassembler tout ça avec les olives et les herbes fraîches, arroser d’un peu d’huile d’olive, mélanger pour bien tout enrober. Saler, poivrer, re-mélanger.

Dans la cocotte, verser au fond 2 csoupe de vinaigre balsamique.
Placer les cuisses de poulet dorées au fond, verser les légumes – à la main pour les égoutter de l’excédent d’huile – autour du poulet, éviter de les mettre dessus car cela compromettrait la caramélisation du poulet. Pas de bol, ma cocotte est un peu petite pour cela, j’ai tout mis dessus, en attendant le prochain salon bio à Lyon pour acheter une cocotte en terre un peu plus grande.

poulet-aubergines-fenouil-celeri-provencale-01

Punaise, j’avais oublié les olives ! Heureusement je m’en suis aperçue tout de suite, je ne me suis pas brûlée en retirant ma cocotte du four juste le temps de planter une dizaine d’olives de ci de là… J’avais arrêté mon four et laissé sa porte ouverte pour m’assurer qu’il n’allait pas continuer à monter en température sans la cocotte dedans, la peur du choc thermique, bien sûr, et aussi le fait que je n’allais pas pouvoir surveiller la cuisson avant 1h30, il ne fallait donc pas que ça cuise plus vite que prévu… Moins vite, oui (quoi que… quand on a faim…) mais plus vite, non !

Couvrir et enfourner départ à four froid, thermostat sur 180°C, chaleur tournante.
Avec une cocotte en terre, matériau isolant placé à four froid, la température intérieure va prendre du temps pour atteindre les 180° ! Il faudra bien compter 1h30 de cuisson, et ouvrir à ce moment là la cocotte pour voir si tout est bien compoté.

Au bout de 1h30, il m’a semblé que c’était encore un peu trop humide, un peu trop ferme, pas assez fondant… J’ai poursuivi encore 30 minutes à 150°C.
L’odeur qui s’est dégagée de ma cocotte quand j’ai ouvert le couvercle pour contrôler au bout d’1 heure 30… Oh my God ! Inimaginable ! Hou la la, je savais que je tenais du lourd, là ! 😉

poulet-aubergines-fenouil-celeri-provencale-02

J’ai servi avec de la semoule de couscous, et saupoudré d’un peu de persil haché.

poulet-aubergines-fenouil-celeri-provencale-05

Fifille n°2 est venue m’aider à finir les restes… Elle n’en revenait pas de ce que c’était bon ! La pointe d’acidité du citron, la pointe de sucre du vinaigre balsamique, les gousses d’ail fondantes, le poulet dont la chair qui se détache des os est restée bien humide… Que du bonheur.
J’ai par ailleurs dû saler un peu dans mon assiette, car je n’avais pas goûté pour rectifier l’assaisonnement. En effet, vu comme c’était tassé dans la cocotte, je ne voyais pas très bien comment procéder… Alors j’ai mis le sel sur table et mon Nomamoi et moi-même, puis fifille n°2 le lendemain,  nous sommes servis tranquillement.

Bon app’ !