plats

Artichauts poivrade au bouillon parfumé, couscous de mil aux racines crues : plus détox tu meurs !

Je cherche toujours, depuis mon passage au salon Vivez Nature l’année dernière, à élargir la gamme des céréales ou des légumineuses que je consomme. En effet, même si une céréale est une céréale (ou assimilé, le quinoa par exemple), toutes les céréales ne se valent pas et ne contiennent pas, ou alors dans des proportions différentes, les mêmes vitamines et sels minéraux. C’est pourquoi, la dernière fois que je suis allée à Madras Bazar à Lyon acheter un très bon riz en conditionnement de 5 kilos, je suis restée un très long moment devant le rayon des céréales avant de repartir avec de l’attiéké (couscous de manioc – qui est une racine et non une céréale !) du couscous de fonio (assimilé à une céréale) et du couscous de mil (ou millet… Ma grand-mère cueillait du millet dans les petits chemins de campagne pour en donner les graines aux oiseaux… Est-ce le même ?), et encore, je me suis restreinte, j’avais envie de tout découvrir !

Je cherchais, comme à l’accoutumée, à associer céréale et légumineuse avec des légumes réputés pour leur propension à « nettoyer » le corps. Pour les légumes, le choix a été rapide : qu’est-ce qui est de saison et qui fera super bien dans un bon bouillon ? L’artichaut ! Le radis noir ! Mais le radis noir je le préfère cru ! Et les céréales ou les légumineuses dans le bouillon, ça rend ce dernier opaque, voilé, et moi je veux un bouillon clair, à manger avec le reste, servi à côté si nécessaire.
Alors pourquoi pas un pseudo couscous ? Revu à ma façon ? Il y manquera les légumineuses, mais tant pis… Attention donc aux végétariens, ce n’est pas un plat complet !

Pour nous qui cherchons ces derniers jours des repas très légers pour retrouver la forme, les formes et le sommeil, ces artichauts au couscous de mil et le bouillon l’accompagnant ont formé la totalité de notre repas. En période normale, c’aurait plutôt été une entrée.

Et le résultat, alors là, plus détox tu meurs !

Artichauts poivrade au bouillon parfumé,
couscous de mil aux racines crues

Pour 2 personnes
6 à 8 petits artichauts poivrade
1.5 litres d’eau
1 clou de girofle
2 feuilles de laurier
1 csoupe graines de cumin entier
1 csoupe graines d’anis vert
1 csoupe graines de fenouil
1 csoupe baies de genièvre
250ml de couscous de mil (magasins africains, SANS GLUTEN) peut être remplacé par du couscous « normal »
1 carotte
2 branches de céleri
1 belle rondelle de radis noir
QS sel, huile d’olive, feuilles de persil et de coriandre, citron pour tourner les artichauts

Vous êtes pressé(e) ? Utilisez des petits fonds d’artichauts surgelés…

Tourner les artichauts et les citronner au fur et à mesure en les frottant contre une moitié de citron frais puis gardez les dans de l’eau citronnée le temps de passer à la cuisson.
Mettre dans une casserole de taille adaptée tous les aromates, couvrir d’eau et porter à ébullition. Saler précautionneusement. Ajouter les artichauts. Cuire à frémissement environ 20 minutes, tester la cuisson des artichauts avec la pointe d’un couteau.

Pendant ce temps, commencer la brunoise.
Retirer les artichauts.

Voici la boite du couscous de mil :

et voici la graine :

rincer et égoutter le couscous de mil puis le mettre dans un saladier.
Filtrer 250ml de bouillon bouillant et le verser sur le mil, mélanger, filmer, oublier 10 minutes.

Laisser le reste de bouillon infuser.
Si vous n’avez pas terminé la brunoise, c’est le moment de le faire. C’est long…
Préparer aussi les petites feuilles ciselées.

5 minutes avant de manger, filtrer le reste du bouillon et le remettre à chauffer. Ajouter un peu d’huile d’olive au couscous, bien mélanger. Réchauffer le couscous au micro-ondes 2 minutes. Remettre les artichauts dans le bouillon pour les réchauffer.
Quand le mil est chaud, lui ajouter la brunoise froide, bien mélanger, goûter, rectifier l’assaisonnement et disposer dans les assiettes.

Ajouter les artichauts,

et servir le bouillon à part.

Bien entendu, vous pouvez aussi servir ce plat comme un couscous, c’est à dire cuire le mil au couscoussier et verser le bouillon dans les assiettes.
En tout cas, ne pas laisser gâcher ce bouillon excellent au goût et à la santé.

Il est possible de faire la même chose avec un couscous « normal », bien entendu. Mais ce couscous a un goût absolument incroyable, très différent de celui de notre couscous de blé habituel. Il a des parfums de noisette, une légère acidité, un petit côté sucré en même temps, parfois j’avais l’impression de manger la croûte d’un très bon pain au levain, c’est la comparaison la plus proche que je puisse trouver pour vous donner une idée de ce goût particulier. Bref, c’est vraiment très spécial, et très bon. J’en rachèterai, c’est sûr !
Et quand on lui ajoute le croquant de la petite brunoise, mmmmm, c’est le bonheur ! 😉

Bon appétit !

Version imprimable