apéro·entrées

Mousse de betterave au thon et chèvre, émulsion de persil

Encore une recette sans cuisson et à déguster bien fraîche, faut dire que la canicule ne nous lâche pas !

C’est une recette découverte sur un groupe facebook d’utilisatrices TM qui déchirent carrément 😉
J’ai donc tout naturellement trouvé des recettes sur le site Thermomix, en voici une (clic), et une autre (sa soeur jumelle… clic), et comme vous le verrez si vous cliquez sur les liens, ce sont des recettes avec de la crème. Seulement voilà, allez comprendre pourquoi, je ne digère pas toujours très bien la crème, alors que l’huile par contre passe comme une lettre à la poste. Pourtant, l’huile c’est 100% de matière grasse, et la crème environ 32 ! Va comprendre, Charles…

J’ai donc poursuivi mes recherches et j’ai trouvé ZE recette parfaite sur 750g !

Alors mets de l’huile… clin d’oeil à Valérie Lemercier, qu’on salue au passage !

Mousse de betterave au thon et chèvre,
émulsion de persil

Je vous promets que ce sont les vraies couleurs !

mousse-betterave-thon-chèvre-émulsion-persil-03

Franchement, on comprend pourquoi j’avais flashé sur cette recette, non ? 😉

Voici le lien vers la recette d’origine, donnée pour le Thermomix, mais très honnêtement un bon blender conviendra très bien. Ou tout appareil capable de mixer menu menu, et d’émulsionner la mayonnaise, sans doute faudra-t-il cependant ajuster un peu la méthode en incorporant l’huile petit à petit par exemple ? A voir !

mousse-betterave-thon-chèvre-émulsion-persil-04

Avec les proportions données j’ai obtenu 6 verres à tapas. Et l’émulsion de persil n’a pas recouvert la totalité de la surface, mais ce n’est pas gênant car c’est très goûtu et c’est une quantité parfaitement calculée pour complémenter sans neutraliser la betterave.

Je pense qu’en ces quantités, on peut faire 4 verres à tapas comme entrées, ou 6 verres à tapas comme apéro minimaliste, ou carrément 18 à 24 mini verrines pour un apéro genre épatez-vos amis !

Qu’ai-je changé à la recette ? Pas grand chose.

Pour la mousse de betterave :
J’ai fait la mousse de betterave avec du fromage de chèvre genre petit billy, 150g, parce que je n’avais pas de faisselle.
J’ai mis une gousse d’ail, et j’aurais dû en mettre 2.
J’ai mis du balsamique blanc comme indiqué dans la recette, et c’était tellement douçâtre que j’ai vite complété avec du jus de citron pour dé-sucrer et ré-acidifier ! Attention, c’est normal que ça soit douçâtre, c’est de la betterave quand même ! Mais trop c’est trop. Donc éviter les vinaigres sucrés me paraît important.
Le thon a laissé des petits points blancs formant un doux sable sous la langue. Peut-être aurais-je dû mixer plus longtemps pour les faire disparaître ? Ou passer au tamis ultra fin ? Bof, en tout cas, ça n’est absolument pas gênant.

mousse-betterave-thon-chèvre-émulsion-persil-01

Pour l’émulsion :
Il faut bien les 2 gousses d’ail pour donner du peps !
J’ai eu peur que le vert devienne gris par oxydation lors du passage au frigo en attendant la dégustation, donc j’ai ajouté du jus de citron, le jus d’environ 1/2 citron.
J’ai eu peur également que l’émulsion déphase mais en fait pas du tout ! Au bout de 24 heures (car on n’a pas tout mangé le 1er soir…) elle avait quand même un poil grisé sur le bord, mais elle était toujours aussi ferme ! J’étais incroyablement agréablement surprise ! On peut donc faire cette recette la veille !

mousse-betterave-thon-chèvre-émulsion-persil-02

Pour la déco :
J’ai pris ce que j’avais : quelques feuilles de persil et des graines de sésame noir. Je n’ai pas voulu mettre de féta, et je n’avais plus de betterave, alors forcément… 😉

Mon conseil :
ne pas faire cette mousse sans la contrebalancer par l’émulsion pour compenser le côté douçâtre de la betterave.

Bon appétit !

 

apéro

tartinade de radis au fromage de chèvre et à la ciboulette, au thermomix ou pas

Je vous parlais de cette tartinade dans mon précédent billet, je vous la présente aujourd’hui. Avec celle à l’artichaut, c’est juste génial à présenter à l’apéro avec des mini toasts ou des gressins… Ou en repas quand, comme ces jours-ci, on ne peut guère avaler grand chose d’autre…

C’est hyper frais, légèrement piquant, c’est juste totalement mégaslurp !

tartinade de radis au fromage de chèvre et à la ciboulette

tartinade-radis-ciboulette-01

adapté d’une recette de Cooking Julia

160g de radis préparés (avec un peu de tige verte, comme si on voulait les manger avec du beurre et du sel)
150g de fromage de chèvre genre petit billy
1/4 ccafé sel, 1/4 ccafé poivre,
1/2 bouquet de ciboulette, ciselée à la main (ou surgelé déjà ciselé 😉 )
1/2 jus de citron
1 à 2 csoupe huile d’olive (facultatif)

Avec un mixeur ou blender autre que le TM : Tout mettre sans le mixeur et mixer sans transformer les radis en bouillie.

Au TM : Mixer les radis en gardant des morceaux, on ne veut surtout pas faire de la bouillie ! Soit entre 3 et 5 sec/vit 5. Ajouter le fromage de chèvre émietté et le reste des ingrédients ; mixer 3sec/sens inverse/vit 4, rabattre et recommencer si nécessaire.

Filmer au contact et mettre au frais au moins 2 heures.

tartinade-radis-ciboulette-02

A moment de servir, vous verrez que le sel a fait rendre de l’eau aux radis. Soit votre préparation est très épaisse et vous pouvez mélanger la tartinade et utiliser cette eau de végétation pour la rendre moins compacte, soit elle est juste comme vous aimez et il suffit de pencher le bol au dessus de l’évier pour vous débarrasser de cette eau superflue.

Sur les photos vous remarquerez que pour décorer j’ai ajouté quelques rondelles de radis et une pincée de ciboulette ciselée. C’est plus joli, mais ça ne rend pas cette tartinade plus simple à déguster !!!

Bon appétit !

apéro

Caviar d’artichaut au basilic, au Thermomix ou pas

En ce moment, vous l’avez sûrement remarqué, il faut chaud chaud chaud. Lyon est particulièrement touchée, sans vouloir vexer les autres régions sous l’emprise de la canicule.

Nous mangeons froid, car même rester à côté du bbq à regarder cuire un plat est pour moi insoutenable.

A part des salades de crudités, que faire ?

Ce

Caviar d’artichaut au basilic

tartinade-artichaut-basilic-03

par exemple. Il s’agit d’une recette Thermomix, mais elle est réalisable avec n’importe quel mixeur ou, mieux, blender. C’est en principe une tartinade pour l’apéritif, mais en ce moment c’est tout ce que nous arrivons à avaler…

Je remercie ma conseillère Christine pour m’avoir envoyé cette recette, c’est une des tartinades que je fais le plus souvent avec celle au radis ! J’y ai apporté quelques modifications minimes (par ex remplacé 4 csoupe de poudre d’amande par 2 csoupe de purée d’amande et ajouté un peu de jus de citron pour ralentir le noircissement lié à l’oxydation lors de la conservation…)

1 bocal de fonds d’artichauts, égoutté (je mets le bocal au frigo la veille en ce moment)
1 gousse d’ail
1 bouquet de basilic (les feuilles)
2 csoupe bombées de purée d’amande blanche (qu’on peut très bien faire au Thermomix !)
50g d’huile d’olive
1/4 ccafé sel, 1/4 ccafé poivre moulu
1/2 jus de citron

Tout mettre dans le mixeur et mixer…
Soit, pour le TM, 20s/vit6. Il faudra peut-être rabattre à la spatule et recommencer quelques secondes.

Verser dans un joli bol à tartinade, filmer au contact et mettre au frais au moins 2 heures.

tartinade-artichaut-basilic-01

A tartiner sur du pain grillé (ou pas… Trop chaud pour griller quoi que ce soit…)

Plus simple tu meurs… Non ?

tartinade-artichaut-basilic-02

apéro

caviar d’aubergine libanais de Loula : m’tabbal

Et voilà, la dernière recette de l’année 2012 faisant appel au barbecue… Mais qu’on peut aussi faire au four ! Et même au micro-ondes… Si si, je vous jure ! Quel que soit le mode de cuisson que vous utiliserez, vous obtiendrez un caviar d’aubergine. Mais la version barbecue vous apportera un petit goût fumé duquel la version au four ne fera que s’approcher… et que les autres versions passeront totalement sans même y penser !

Caviar d’aubergine libanais de Loula : m’tabbal

Cette recette m’a été transmise par Loula lors d’un échange d’emails sur (entre autres) le houmous. Loula, je te remercie, cette version est délicieuse et très différente de ma recette habituelle, le caviar d’aubergine selon Anne-Sophie Pic et Joël Robuchon. Et puis sacrément plus rapide, ce qui ne gâte rien… 😉

Pour un apéro pour 4 personnes (et bien plus si on propose également plein d’autres plats différents – tapas/mezze.)

3 aubergines grillées au barbecue (ou au four)
1 à 3 gousses d’ail (au goût)
1 à 3 csoupe de tahini (au goût) (purée de sésame proche-orientale)
1 jus de citron (au goût)
1 csoupe huile olive (au goût)
QS sel
Pain libanais pour servir.
Il y a des gens qui ajoutent du cumin en poudre, pourquoi pas ?

Pensez à percer la peau des aubergines avant de les mettre à griller… que ce soit au four ou au bbq. Sinon, PAN ! Elles explosent !
Hou, mais la Cath elle n’avait pas parlé de les cuire au micro-ondes ? Eh bien si (il faudra les percer aussi) ! Ou même de les faire bouillir à l’eau pendant qu’on y est, c’est vrai, j’ai rencontré cette méthode, et pas chez n’importe qui :  c’est Fatéma Hal qui l’indiquait dans sa recette de zaalouk (salade d’aubergine à la marocaine)… Mais le mieux c’est quand même le bbq ou à défaut le four ! Y’a pas photo, comme on dit !

Une fois les aubergines refroidies, les vider.

Essorer la chair obtenue légèrement entre les doigts pour éliminer un peu d’eau afin que le caviar d’aubergine ne soit pas trop liquide à la fin. Ça, c’est moi qui l’ajoute, pas Loula. En effet, j’ai fait et refait ce caviar d’aubergine cet été, et c’est toujours quand j’ai pris le temps de presser un peu mes aubergines que j’ai eu le meilleur résultat. A mon goût en tout cas ! 😉

Bien écraser les aubergines à la fourchette (et Loula insiste bien : pas de mixeur !), ajouter un peu d’ail écrasé,

mélanger puis ajouter le tahini, petit à petit, et peut-être encore de l’ail, petit à petit, goûter régulièrement car chacun a sa dose de prédilection d’ail et de tahini.

Le tahini est une purée de sésame assez liquide. Elle a tendance à épaissir au fond du pot quand on la laisse longtemps au frigo… Et de l’huile remonte à la surface… Il ne faut donc pas hésiter à bien touiller le tahini pour le ré-amalgamer, le lisser et supprimer les catons comme celui-ci :

On mélange, toujours à la fourchette, et on ajoute du jus de citron petit à petit, au goût. On sale enfin, toujours en goûtant, de façon a rajouter ail, citron, sel ou tahini selon son goût et ses envies. L’ail, ça arrache, et le tahini, c’est amer…

La consistance finale est « souple », un zeste plus liquide que celle du houmous mais ni liquide, ni compacte.

On termine avec un petit peu d’huile d’olive, très peu, mais c’est indispensable car ça fait ressortir le goût de l’aubergine !

et on mélange une dernière fois.

Et je vous promets qu’à votre prochain apéritif, quand vous présenterez ce caviar d’aubergine, un houmous et un tarama maison, le tout avec du pain libanais (si possible maison, recette à venir… heu… d’ici un an ou deux au rythme où mes journées filent ! lol !) vous allez scotcher tous vos convives à leur siège !

Bon appétit !

Version imprimable

apéro

tomates cerises farcies à la tartinade chèvre-piment d’espelette-miel et quelques idées rapides pour un apéro improvisé

Juste avant les vacances, nous avons eu l’occasion d’accueillir des amis pour un apéritif que nous souhaitions un peu prolongé, mais pas forcément dinatoire, ne sachant pas si nos amis devaient ensuite dîner ailleurs ou pas…

Oui, juste avant les vacances… Ce qui représente chaque année pour moi un moment où je cuisine peu, faute de temps.

J’ai donc préparé des choses très simples et rapides, et complété avec de jolies (et délicieuses) mini verrines trouvées toutes prêtes à Auchan.

Parmi ces petites choses rapides et faciles, mon classique houmous et une

tartinade chèvre-piment d’Espelette-miel

dont je me suis servie pour farcir quelques tomates cerises.

La recette tient en quelques mots :

un chèvre frais genre petit Billy
1 gousse d’ail (au goût, mettez-en 2 si vous voulez)
1/4 ccafé piment d’Espelette en poudre (au goût ! Commencez par une pointe de couteau, on ne sait jamais…)
1 petite csoupe huile olive
1 ccafé miel

la consigne tient en 5 mots : écraser le tout, goûter, rectifier.

Le miel sert uniquement à corriger l’amertume du piment d’Espelette, c’est tout.
On peut y tremper des bâtonnets de légumes, en tartiner des biscuits apéritifs salés (des tucs par exemple) ou garnir des tomates cerises évidées.

Pour cet apéro, j’avais également fait quelques mini brochettes dans la série « plus simple tu meurs » :

– tomate cerise bille de mozza feuille de basilic
– bille de melon, rouleau de speck fumé
– concombre, St Morêt, poivre sancho japonais, surimi à le menthe (surimi déroulé pour insérer 2 feuilles de menthe et re-roulé)

Voilà !
Pas de version imprimable, ce sont des idées plus que des recettes !

Enregistrer

apéro

houmous

Voici un houmous que je sers très régulièrement à l’apéritif. Le houmous (homos, houmos, beaucoup d’orthographes existent) est un mélange du pourtour méditerranéen de légumineuse (pois chiches) et de fruit oléagineux (pâte de sésame: tahina) émulsionné avec de l’huile d’olive, servi généralement froid, nature ou aromatisé (menthe, aneth…) avec un pain plat (pain libanais, pain grec…) destiné à le « ramasser » comme une cuiller, et non à tremper. Ou avec des bâtonnets de légumes croquants pour une version moins calorique.
On peut le trouver tout prêt en boite, mais franchement, c’est tellement facile à faire qu’il ne faut pas s’en priver !

La seule difficulté qu’on puisse éventuellement rencontrer, c’est le tahina (ou tahin, ou tahini, ou tahine, là aussi les orthographes sont nombreuses) car il n’est pas facile à trouver. La purée de sésame qu’on trouve dans les magasins bios est une bonne substitution au tahina importé.

Mon houmous préféré est aromatisé à l’aneth… Pas très méditerranéenne, comme herbe, hein ? lol ! J’en fais très souvent du houmous, et chaque fois que je change d’herbe pour voir, eh bien je reviens invariablement et inévitablement à l’aneth…
Mais aujourd’hui je vous présente une version nature.

Houmous

pour environ 10 personnes (un gros bol)

2 boites de 400g de pois chiches
1 à 2 csoupe de tahini (au goût)
1 ou 2 gousses d’ail (au goût)
QS huile d’olive
1 jus de citron
1/2 bouquet d’aneth (ou menthe, ou rien)
QS sel
Servir avec pain plat libanais ou grec (pita) ou des bâtonnets de légumes (concombre, carottes, céleri etc… )

Rincer et égoutter les pois chiches et les mettre dans le mixeur.
Il est évident que si vous prenez le temps de peler les pois chiches le résultat sera beaucoup plus fin et absorbera moins d’huile.
Ajouter l’ail pelé, dégermé et écrasé. Mixer. On obtient un truc super graveleux. Ajouter petit à petit le tahina (commencer par une toute petite csoupe, c’est très amer !), mixer, on veut commencer à lier la préparation mais le goût très particulier du tahina ne doit pas prédominer, alors goûter très régulièrement et ajouter au fur et à mesure de votre goût.
Ajouter 1/2 jus de citron, mixer.
Verser de l’huile d’olive petit à petit tout en mixant toujours, un peu comme pour une mayonnaise, arrêter quand c’est un peu plus épais que ce que vous souhaitez au final. Le final doit être lisse, épais mais pas compact, et surtout pas liquide, donc arrêter de mixer quand c’est encore un peu compact, et goûter.

Ajouter selon votre goût du jus de citron pour l’acidité (ça va liquéfier la préparation), de l’ail pour le piquant, du sel pour le goût, du tahini pour l’amertume (qui doit rester légère et ne pas prédominer !) et lisser encore la consistance, mixer un tout petit peu pour mélanger et goûter à nouveau, répéter jusqu’à obtenir la perfection.

Ajouter enfin l’aneth et mixer, goûter et rectifier à nouveau.

Alors, et alors seulement, on peut éventuellement ajouter la ou les dernières csoupe d’huile d’olive, soit en mixant, soit en débarrassant le houmous dans le bol de service et en versant l’huile dessus en filet, ou encore en faisant un « nid » dans le houmous (comme le volcan dans la purée) pour y verser l’huile.

Il ne faut jamais oublier qu’on va déchirer des morceaux de pain plat, les former dans la main en cuiller ou en crochet et ainsi les « charger » de la préparation. Il est donc important que le houmous soit souple mais en aucun cas ni liquide ni « sec ». Habituellement, je mets beaucoup de citron dans mon houmous, ce qui le rend plus coulant (mais pas liquide) que celui que vous voyez sur les photos. Mon amie (non blogueuse) Loula dit qu’on peut utiliser un peu de liquide du bocal de pois chiches, ou tout simplement d’eau, pour fluidifier un peu la consistance quand on veut, comme moi pour mes invités de ce jour-là, limiter la quantité de citron.

Les quantités d’huile d’olive utilisées peuvent impressionner, voire faire peur… Il faut être clair, ce n’est pas un plat « régime » (beaucoup de matière grasse) même si c’est un plat « santé », aussi curieux que cela puisse paraître. Il faut juste être conscient qu’il faut manger de tout en quantité raisonnable, que l’huile d’olive est excellente pour la santé et ne contient pas de cholestérol, elle est même réputée pour baisser le cholestérol total et le mauvais cholestérol tout en augmentant le bon, (et ça c’est une info santé à laquelle je suis très sensible). Je vous recommande cette lecture qui vous expliquera tout sur le sujet !
Bref, on ne va pas manger du houmous tous les jours, et quelques bouchées de légumes ou de pain agrémentées de houmous ne peuvent qu’être bénéfiques. Personne ne vous demande de terminer le bol : conservez votre houmous au frigo protégé par un film alimentaire posé au contact du houmous pour éviter la présence d’air. On peut aussi mettre une fine couche d’huile d’olive dessus qui aura le même rôle que le film alimentaire, et jeter cette huile au moment de représenter le houmous sur table après un petit brassage rapide pour le « réveiller ». Mais là, vous allez me lapider sur place ! lol !

Bon appétit !

Version imprimable

apéro·entrées

tartines de sardines grillées au chalumeau d’après Chantal

Une façon trop rigolote de cuisiner les sardines sans barbecue ! Je l’avais repérée l’année dernière, mais c’est seulement cette année que je publie ma réalisation… L’été revient bientôt (enfin d’après le calendrier !), les sardines aussi !

Là encore je vous laisse vous reporter à la recette d’origine sur le blog de Chantal, Assiettes Gourmandes, tout y est parfaitement expliqué et illustré, et je vous indique rapidement les petites modifications que j’ai faites !

tartines de sardines grillées au chalumeau d’après Chantal

Voici la suite de photos du déroulement :

les filets de sardine marinent tranquillement dans l’huile aromatisée (sans zeste de citron vert, je n’en avais pas) à laquelle j’ai juste ajouté un peu de piment rouge haché menu :

Pour les tomates, je n’avais pas de tomates confites… J’ai donc utilisé quelques tomates fraîches, des câpres, et, parce que j’avais envie, j’ai mis aussi un peu d’oignon nouveau, et du persil… Voici donc les tomates croquantes à déposer sur la tartine bien grillée :

On commence à monter l’édifice (bien branlant… chuis pas douée…) :

et mon Nomamoi manie le chalumeau à la perfection !

J’ai ensuite ajouté la fleur de sel de Guérande sur les sardines… mais pas d’herbe supplémentaire, je trouvais le look des tartines super sympa avec ses sardines à la peau caramélisée… Et je n’ai pas mis les copeaux de parmesan parce que, autant je les trouvais adaptés avec la tomate confite, autant ils me semblaient contrarier mon souhait de fraîcheur associé à la tomate et l’oignon (et puis ça menaçait déjà assez comme ça de s’écrouler !)

C’est super sympa à faire, à déguster l’été sur la terrasse, même pas besoin d’allumer le bbq, un grille pain et un chalumeau et c’est fait !

Merci Chantal pour cette super recette !